Je reproduis ici l’édito du rédacteur en chef du Café pédagogique, tant je me sens en accord avec son point de vue :

L’Éditorial de François Jarraud

Les dossiers de la rentrée : Quelle place pour les TICE à l’Ecole ?

« La révolution numérique n’a pas eu lieu » a pu écrire il y a peu Natacha Polony dans Le Figaro, estimant que l’expérience des Landes, un département où les collégiens sont équipés d’un ordinateur portable, aboutit à « un bilan qui reste mince ». La formulation est exagérée pour les Landes, où 57% des enseignants se servent de l’ordinateur au moins un cours sur deux, ce qui est très au-dessus des pratiques courantes. Mais elle est globalement exacte pour le France où l’écart entre l’équipement et les usages est important.

Pour Le Figaro, cette faible utilisation va de soi. « Pouvait-il en être autrement ? » écrit-elle « Le défaut de formation n’est sans doute pas seul en cause. Les professeurs de français invoquent la nécessité du lien concret avec le texte, l’importance de l’écriture ». Et elle explique que l’usage de l’ordinateur nuirait à l’apprentissage de l’écriture.

Pourquoi ces usages limités ? Ce que nous apprend l’expérience des Landes ce sont les facteurs de résistance aux tice en France. Quand on demande aux enseignants des Landes pourquoi ils utilisent peu ou jamais l’informatique, les arguments avancés mettent tous en question la forme pédagogique. On a peur de perdre du temps, de perturber le cours. On ne voit pas l’intérêt pédagogique de l’utilisation de l’ordinateur ou d’Internet. Ce que nous confirme l’exemple des Landes c’est que c’est parce que l’ordinateur et Internet ne sont pas perçus comme réellement indispensables à sa discipline qu’ils ont du mal à trouver place. La culture numérique paraît perturbante et saugrenue dans l’univers scolaire.

Pourtant bien des études ont conclu à l’efficacité des TICE. Ainsi, récemment, une étude européenne qui souligne le fait que les Tice motivent les élèves et encourage l’autonomie et la collaboration. Récemment aussi, une étude du Becta qui souligne le fait que les Tice permettent d’aller plus vite et encouragent les enseignants à collaborer. Une autre étude, réalisée par Stephen Machin, Sandra Mc Nally et Olmo Silva pour le Forschungsinstitute zur Zukunft des Arbeit (IZA) en 2006, va dans le même sens. « Nous avons la preuve d’un impact positif de l’investissement en TIC sur les performances scolaires dans l’enseignement primaire » écrivent les auteurs qui ont croisé les investissements faits dans les TIC avec les résultats aux tests KS2, passés par les enfants en fin de primaire.

Les Tice, la lecture et l’écriture. Contrairement à ce qu’écrit Le Figaro, c’est justement pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture que les Tice sont efficaces. C’est ce que montre une étude de Jean Heutte, publiée dans la revue académique Spirale. « Globalement le niveau scolaire des élèves habitués aux TIC a significativement progressé au cours du cycle 3, tout particulièrement pour les élèves faibles en début de cycle » souligne-t-il. Les élèves habitués à l’informatique ont un temps de lecture plus rapide (gain de 15%). Ils comprennent mieux ce qu’ils lisent. Mais plus que dans le lire c’est dans l’écrire que les TICE lui semblent efficaces.

Culture contre culture scolaire. Les Tice ont encre bien d’autres avantages pour l’Ecole. Elles permettent d’accéder directement à la culture puisque celle-ci s’est totalement numérisée. Dès maintenant Internet est le premier vecteur culturel de très loin. S’y opposer c’est choisir de creuser le fossé entre culture et culture scolaire, voire parfois préférer la seconde à la première.

Ce n’est pas un mince paradoxe que de présenter les Tice en ennemis de l’Ecole en ce moment. Car c’est sur elles que les pays développés misent pour assurer la continuité pédagogique lors de la pandémie grippale. En Angleterre, aux Etats-Unis, les enseignants vont porter sur le réseau les documents pédagogiques qui permettront de prendre en charge leurs élèves malades. Qui pourra encore douter de leur efficacité ?

Landes : L’Ecole hésite devant le numérique

TICE : Le défi de l’efficacité

TICE : une efficacité prouvée mais pas démontrée

L’Europe confirme l’impact éducatif positif des TICE

Une troisième étude confirme

Article Le Figaro