Tous les billets de la catégorie Non classé

Début de séjour : fatigués mais bien arrivés

Non classé 0 commentaire »

Boujour à tous !
Notre giga-groupe, bien canalisé par Mrs Aubé s’est bien comporté, affrontant les 8h de car et les 7h de traversée. Quelques malades dans le trop long trajet de Poole à Newton-Abbot…
Mardi après-midi : culture avec l’abbaye de Torre et ravissement avec toute la région en miniature dans un parc peuplé de résineux de toutes les régions du monde.
Ce mercredi matin, nous retrouvons nos élèves après leur 1ère immersion dans le grand bain linguistique. Auront-ils surnagé ? Suspense…

Les photos, c’est pour tout à l’heure…

les accompagnateurs.

Anniversaire : le 16 avril 1955 est créé le mot « ordinateur »

Non classé 0 commentaire »

A la demande de la société I.B.M -France,  le mot ordinateur est inventé par le professeur de philologie  Jacques Perret,  et qui voulait dire,  selon lui : « Dieu mettant de l’ordre dans le monde »


Il s’agissait pour IBM de proposer un équivalent francophone à l’anglais : « Computer », venant lui même du vieux français « comput » qui désignait le calcul de la « lune de Pâques » servant à fixer cette date essentielle du calendrier chrétien qui a la particularité d’être mobile.

Nous avons donc échappé au médiocre « calculateur » qui est pourtant la traduction courante de « computer » ou de l’allemand « Rechner » ou de l’espagnol « computador »…

Le s Français ont donc fait du « calculateur » un objet quasi « mystique » ; Est-ce pour cela que nos 1ers ordis n’ont plus eu de descendance ?

L’épreuve d’histoire des Arts 2010-2011 : La fiche d’évaluation

Non classé 0 commentaire »

Évaluation de l’épreuve d’Histoire des Arts pour le DNB 2011

3ème __

Nom : ______________________________ Prénom : ________________________

Prestation orale : On évalue ici des capacités à présenter un exposé efficace et vivant, tel que cela se pratique régulièrement au collège. Sous-total

oral : /6

  • Attitudes : être capable d’exposer les informations en faisant un usage efficace de la parole et des gestes
/4
  • Usage des outils : savoir montrer, sur des documents, les éléments intéressants pour la compréhension de l’oeuvre.
/2
Contenu : On évalue la qualité des informations apportées sur l’oeuvre, trouvées à l’aide de la fiche d’analyse Sous-total

écrit : /14

  • Contexte historique : être capable de déterminer la place de l’oeuvre dans la production de son auteur et dans l’histoire
/4
  • Description : savoir détailler l’oeuvre en expliquant quel sens ces détails peuvent avoir
/8
  • Interprétation globale / personnelle : être capable de dire quelle visée a été celle de l’artiste, et comment vous, vous avez perçu l’oeuvre.
/2
Appréciation et bonus :2 points peuvent être apportés pour des exposés dont la présentation aura été particulièrement soignée, et pour des élèves capables d’apporter des précisions pertinentes lors d’un bref échange avec les professeurs. Total /20
Tags : , , ,

L’épreuve d’histoire des arts au collège : fiche évaluation

Non classé 2 commentaires »

Évaluation de l’épreuve d’Histoire des Arts pour le DNB 2010 3ème __

Nom : ______________________________ Prénom : ________________________

Prestation orale : On évalue ici des capacités à présenter un exposé efficace et vivant, tel que cela se pratique régulièrement au collège.

Sous-total

oral : /6

  • Attitudes : être capable d’exposer les informations en faisant un usage efficace de la parole et des gestes

/4

  • Usage des outils : savoir montrer, sur des documents, les éléments intéressants pour la compréhension de l’oeuvre.

/2

Contenu : On évalue la qualité des informations apportées sur l’oeuvre, trouvées à l’aide de la fiche d’analyse

Sous-total

écrit : /14

  • Contexte historique : être capable de déterminer la place de l’oeuvre dans la production de son auteur et dans l’histoire

/4

  • Description : savoir détailler l’oeuvre en expliquant quel sens ces détails peuvent avoir

/8

  • Interprétation globale / personnelle : être capable de dire quelle visée a été celle de l’artiste, et comment vous, vous avez perçu l’oeuvre.

/2

Appréciation et bonus :2 points peuvent être apportés pour des exposés dont la présentation aura été particulièrement soignée, et pour des élèves capables d’apporter des précisions pertinentes lors d’un bref échange avec les professeurs. Total /20

Tags : , , ,

L’épreuve d’histoire des arts au collège : fiches méthode (2)

Non classé 4 commentaires »
  • Analyse détaillée d’une œuvre d’art :

(cette fiche est un guide méthodologique,pour aider à se poser des questions et structurer ses idées , il ne s’agit pas de répondre à tout mais de choisir les questions adaptées à votre oeuvre)

1.Présentation

Nom de l’artiste, titre de l’oeuvre, date

-Technique et support

-Dimensions

2.Le contexte historique :


– Quel âge a l’auteur à l’époque ? Est-il déjà connu ? Pour quelle autre œuvre ?

– Quand et où a été réalisée cette œuvre ? Quels événements importants, qui d’après vous ont un lien avec l’œuvre, l’ont précédé ?

– Dans quel courant artistique se situe cette œuvre ? Justifiez votre réponse à l’aide d’autres exemples d’autres artistes.

– L’auteur a-t-il voulu continuer une tendance artistique de son époque ou au contraire être en rupture avec elle ?

– L’auteur a-t-il joué un rôle autre qu’artistique dans sa vie ? Si oui, dites lequel et quel rapport vous y voyez avec l’œuvre.

3.Description(comment fonctionne l’oeuvre?)

Le sujet : Qu’est-ce qui est représenté ? Que peut-on voir ? Décrivez précisément ce que vous voyez..Aidez-vous des indications données par le titre.

Le site : L’œuvre est-elle exposée dans un musée ou bien dans un site particulier ? Si elle est in-situ décrivez le lieu. Est-ce l’oeuvre qui a justifié un tel lieu d’exposition ou bien est-ce le lieu qui a justifié cette représentation?

Spectateur : Quelle est la place du spectateur par rapport à l’œuvre? Doit -il regarder l’oeuvre frontalement, ou bien peut-il tourner autour, entrer dedans, participer, réaliser une action qui mette l’œuvre en mouvement?

Quel est le genre de l’œuvre ? (portrait, paysage, nature morte, scène religieuse / historique, mythologique, composition abstraite…)

Caractéristiques des formes : Sont-elles réalistes ou stylisées, figuratives ou abstraites, géométriques ou organiques, « ressemblant à… », « évoquant… » , « faisant penser à.. », ou absence totale de référence extérieure, simple jeu de formes et de couleurs ou de matériaux.

Composition :Tracez les lignes directrices (lignes de construction, lignes de forces « qui traversent l’oeuvre », grands axes sur lesquels l’image est construite). Quelles sont les lignes dominantes (verticales, horizontales, obliques, courbes et contre-courbes, spirales et quels effets produisent-elles) ? Peut-on apercevoir des figures d’appui (grandes figures géométriques, pyramide, cercle, ovale , losange…qui structurent également l’image et ajoutent à sa signification – A ne pas confondre avec les contours des formes) ?

Schéma général de construction : Comment est le cadrage, la mise en page?

-Y a-t-il un centre d’intérêt, quel est-il ? Où se trouve t-il ? Comment le regard circule-t-il dans le tableau?

-Organisation de la surface : Répartition des masses, des pleins et des vides ;  symétrie ou non, équilibre ou déséquilibre.

Rythme et mouvement :Y a-t-il un rythme ? Lequel? Généré par quels éléments, quels lignes? Et s’il y a un mouvement ,dans quel sens?

Espace :

Point de vue: Comment est vue la scène? Même hauteur que le spectateur, vue plongeante ou en contre-plongée ? De face ou latéralement ? Effet produit par cet angle de vue (Spectateur intégré ou extérieur à l’œuvre) ?

Espace en 2 dimensions : Y a-t-il une illusion de profondeur, comment est-elle suggérée ? Perspective avec point de fuite ou spatiale (suggérée par la couleur et la lumière, les vides et les pleins) ?

Les plans: Créent-ils la profondeur ? Y-a-t-il une diminution des éléments dans le lointain ?

-La couleur :

Quelles couleurs ? (Les nommer)

-Dominante chaude ou froide ?

-Aspect des couleurs / intensité et valeur : primaires ou secondaires, pures ou très nuancées,vives, éclatantes, criardes ou pâles, tendres pastels, douces, pures,franches, salies, intenses…

-Relations des couleurs entre elles : contrastes violents, ou camaïeux, dégradés…

-la couleur est-elle expressive, réaliste, symbolique…(couleurs réelles ou sans rapport avec la réalité) ? Qu’expriment-elles ? Que viennent-elles renforcer ? Quelles sont les impressions visuelles que produit la couleur ? Produit-elle des effets de lumière, exprime-t-elle de sentiments ? Symbolise-t-elle quelque chose ?

-La lumière:

-D’où vient-elle ? La source est-elle visible dans l’œuvre même ?

-Quelles sont les parties éclairées et celles dans l’ombre, comment s’organise la répartition de la lumière dans l’œuvre ?

-Est-elle douce ou violente, chaude ou froide, contrastée ou non (effet de clair-obscur), diurne ou nocturne ?

-Son rôle par rapport à l’expression…

-Dessin / Trait:

-Tracé ou non, importance du graphisme ?

-Contours marqués, nets ,délimitant les formes (cernes) ou au contraire diffus, effacés, fondus…

-Relation entre le dessin et la couleur (objets délimités par du noir ou par contiguïté avec une autre couleur)

-Si l’œuvre est un dessin, décrivez la ligne, l’outil et son effet dans l’œuvre

-Facture / Touche:

-les traces du pinceaux sont -elles visibles? La peinture est-elle lisse, posée d’une manière régulière et contrôlée, avec des effets de transparence, ou au contraire avec des effets de matière, épaisseur, empâtement, surcharge de matière ?

Trace du geste de l’artiste : petites touches légères ou appuyées, touches larges, aplats, couleur posée par taches points projections…; touches longues, courbes,droites, courtes en virgule, rapides…

L’artiste a-t-il peint rapidement, calmement, délicatement?…

-Les matériaux :

Nommez-les

D’où proviennent-ils (récupération, papiers usés, matériaux industriels, issus de la nature…) ? Comment sont-ils disposés ? Comment tiennent-ils sur le support, quels rôle jouent-ils ? Pourquoi l’artiste a-t-il choisi de présenter des objets, des matériaux plutôt que de les représenter ?

Architecture :

Si l’ œuvre est-une architecture : en quoi est-elle construite,nommez les matériaux les plus importants ?

Décrivez les formes de la construction. S’inspire-t-elle de formes organiques, géométriques ?

Les lignes du bâtiment paraissent-elles souples ou au contraire l’architecte a-t-il privilégié les angles droits, ou vifs, les obliques, les horizontales, les verticales.

Faites un schéma pour dégager la structure (le squelette de l’architecture).

Y-a-t-il des murs, comment est fermé le bâtiment, quelles sont les ouvertures, y-a-t-il des espaces de circulation, le bâtiment est-il monobloc ou bien y a-t-il plusieurs espaces, comment sont-ils reliés ? Qu’en est-il des espaces techniques, sont-ils visibles ? Y-a-t-il un toit, quel forme et quels matériaux le composent ?

Comment est l’espace intérieur ? Fixe ou modulable ?

Quelle est la relation de l’architecture avec son environnement (urbain ou naturel) ?

Quelle est la fonction de cette architecture ? A quoi sert-elle ?

Sculpture :

Si l’ œuvre est une sculpture : quelle est la technique ? Modelage, moulage, taille, construction, installation ?

De quels matériaux ou objets est-elle composée ?

La sculpture repose-t-elle sur un socle ? Comment est-il : matériaux, forme ? Fait-il partie intégrante de la sculpture, ou bien quelle est sa fonction? Support, piédestal ?

Qu’elle est la relation de la sculpture avec son environnement ? Si l’on peut tourner autour, imaginez les différents points-de vue.

4.Analyse du sens : Interprétation, que signifie l’image ?

A partir de votre analyse des éléments plastiques, dégagez la signification de l’œuvre, ce qu’elle veut dire ?

Pourquoi l’artiste a-t-il réalisé cette œuvre ? Pour surprendre ,témoigner, interroger, provoquer, dénoncer, s’exprimer, quels sentiments exprime-t-il ?

Imaginez que vous puissiez rentrer dans cette œuvre, que sentiriez-vous ?

Si on pouvait entendre parler les personnages présents dans l’œuvre,que diraient-ils ?

Quand vous regardez cette œuvre quelle est la première chose qui vous vient à l’esprit ?

Quelles sont vos réactions devant cette œuvre ?

Quels états d’âme vous transmet -elle ?

En quoi pouvez-vous dire que cette œuvre est-une œuvre d’art?

Expliquez pourquoi vous avez choisi cette œuvre,en quoi elle vous a interpellé?

Tags : , , ,

Les conseils de classe, ça approche !

Non classé 3 commentaires »

Tremblez élèves, les profs fourbissent leurs armes !

Merci aux Zrofs !

Et à Mme Aubé qui a dégoté cette petite merveille…

Copyright LesZrofs.fr © 2009 par Frichtiweb.com


Tags : ,

Le point sur les Tice à l’école : la révolution numérique est-elle en marche ?

Non classé 2 commentaires »

Je reproduis ici l’édito du rédacteur en chef du Café pédagogique, tant je me sens en accord avec son point de vue :

L’Éditorial de François Jarraud

Les dossiers de la rentrée : Quelle place pour les TICE à l’Ecole ?

« La révolution numérique n’a pas eu lieu » a pu écrire il y a peu Natacha Polony dans Le Figaro, estimant que l’expérience des Landes, un département où les collégiens sont équipés d’un ordinateur portable, aboutit à « un bilan qui reste mince ». La formulation est exagérée pour les Landes, où 57% des enseignants se servent de l’ordinateur au moins un cours sur deux, ce qui est très au-dessus des pratiques courantes. Mais elle est globalement exacte pour le France où l’écart entre l’équipement et les usages est important.

Pour Le Figaro, cette faible utilisation va de soi. « Pouvait-il en être autrement ? » écrit-elle « Le défaut de formation n’est sans doute pas seul en cause. Les professeurs de français invoquent la nécessité du lien concret avec le texte, l’importance de l’écriture ». Et elle explique que l’usage de l’ordinateur nuirait à l’apprentissage de l’écriture.

Pourquoi ces usages limités ? Ce que nous apprend l’expérience des Landes ce sont les facteurs de résistance aux tice en France. Quand on demande aux enseignants des Landes pourquoi ils utilisent peu ou jamais l’informatique, les arguments avancés mettent tous en question la forme pédagogique. On a peur de perdre du temps, de perturber le cours. On ne voit pas l’intérêt pédagogique de l’utilisation de l’ordinateur ou d’Internet. Ce que nous confirme l’exemple des Landes c’est que c’est parce que l’ordinateur et Internet ne sont pas perçus comme réellement indispensables à sa discipline qu’ils ont du mal à trouver place. La culture numérique paraît perturbante et saugrenue dans l’univers scolaire.

Pourtant bien des études ont conclu à l’efficacité des TICE. Ainsi, récemment, une étude européenne qui souligne le fait que les Tice motivent les élèves et encourage l’autonomie et la collaboration. Récemment aussi, une étude du Becta qui souligne le fait que les Tice permettent d’aller plus vite et encouragent les enseignants à collaborer. Une autre étude, réalisée par Stephen Machin, Sandra Mc Nally et Olmo Silva pour le Forschungsinstitute zur Zukunft des Arbeit (IZA) en 2006, va dans le même sens. « Nous avons la preuve d’un impact positif de l’investissement en TIC sur les performances scolaires dans l’enseignement primaire » écrivent les auteurs qui ont croisé les investissements faits dans les TIC avec les résultats aux tests KS2, passés par les enfants en fin de primaire.

Les Tice, la lecture et l’écriture. Contrairement à ce qu’écrit Le Figaro, c’est justement pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture que les Tice sont efficaces. C’est ce que montre une étude de Jean Heutte, publiée dans la revue académique Spirale. « Globalement le niveau scolaire des élèves habitués aux TIC a significativement progressé au cours du cycle 3, tout particulièrement pour les élèves faibles en début de cycle » souligne-t-il. Les élèves habitués à l’informatique ont un temps de lecture plus rapide (gain de 15%). Ils comprennent mieux ce qu’ils lisent. Mais plus que dans le lire c’est dans l’écrire que les TICE lui semblent efficaces.

Culture contre culture scolaire. Les Tice ont encre bien d’autres avantages pour l’Ecole. Elles permettent d’accéder directement à la culture puisque celle-ci s’est totalement numérisée. Dès maintenant Internet est le premier vecteur culturel de très loin. S’y opposer c’est choisir de creuser le fossé entre culture et culture scolaire, voire parfois préférer la seconde à la première.

Ce n’est pas un mince paradoxe que de présenter les Tice en ennemis de l’Ecole en ce moment. Car c’est sur elles que les pays développés misent pour assurer la continuité pédagogique lors de la pandémie grippale. En Angleterre, aux Etats-Unis, les enseignants vont porter sur le réseau les documents pédagogiques qui permettront de prendre en charge leurs élèves malades. Qui pourra encore douter de leur efficacité ?

Landes : L’Ecole hésite devant le numérique

TICE : Le défi de l’efficacité

TICE : une efficacité prouvée mais pas démontrée

L’Europe confirme l’impact éducatif positif des TICE

Une troisième étude confirme

Article Le Figaro