Incendie de Vincennes : à quoi joue l’UMP et l’État sur ce drame humain ?

23 06 2008

RESFCe matin à 7 h 30 arrivaient à Nîmes 102 retenus en provenance de « feu » le CRA de Vincennes.
Un TGV spécial rempli de Gendarmes (2 par retenu) pour transporter (est-ce le bon terme ?) une centaine de personnes qui un jour se sont retrouvées sans papiers et avaient atterri arbitrairement au CRA de Vincennes.
Je suis donc parti rejoindre devant le CRA les militants RESF, nous savions que certains retenus sortiraient aujourd’hui.
Je suis parti rempli d’interrogations sur ce drame, le moins qu’on puisse dire est que la confusion régnait dans les médias : avant tout, dans quel état étaient-ils et quelles avaient été leur condition de transfert, et puis ces chiffres contradictoires sur les « disparus », ces informations changeantes sur les circonstances  de l’événement, ces accusations ubuesques de l’UMP sur la responsabilité du RESF …
Huit retenus ont été libérés cet après-midi … Libérés … Foutus dehors dans les faits.
Huit parisiens laissés devant le Centre de Rétention de Nîmes, bien caché loin du centre ville, avec simplement les vêtements qu’ils avaient sur eux … à Vincennes.
Certains ce matin sont arrivés pieds nus, d’autres les vêtements noircis par l’incendie.
Puis sont venus les témoignages des « libérés », bien sûr le traumatisme de la mort d’un des retenus quelques jours plus tôt, déjà avec quelques révélations, tous le décrivaient comme visiblement très malade…
Puis le déroulement d’une journée anormale … Alors que le moindre petit incident est réglé dans la minute grâce à la vidéo-surveillance, alors que trois jours avant, l’incendie d’un matelas avait été réglé plus que prestement. Comment se fait-il que cette fois-ci il ait fallu plus de vingt minutes avant la moindre intervention alors que tout le monde savait ce qui était en train de se passer. A-t-on volontairement laissé faire ? Cela a-t-il un rapport avec les compte rendus de l’audit, demandé par la Cimade à l’Inspection du Travail, qui devaient arriver le 12 juillet et qui auraient pu contraindre à la fermeture de ce centre ? L’impossibilité totale pour les retenus de s’enfuir, d’où sont venus les chiffres de ce matin, 50 « évadés » ! ??Alors encore plus de questions finalement …Les accusations ce matin de l’UMP sur une responsabilité du RESF puis l’ouverture d’une enquête qui commence avec le fait que la manifestation devant le Centre de Vincennes n’avait pas été déclarée en Préfecture (???) , manipulation de l’opinion publique sur le plus gros cafouillage du Ministère Hortefeux ? Volonté délibérée de commencer une chasse aux militants du Réseau ? Commencerions-nous à trop déranger ? Cet incendie et la propagande qui a suivi n’est pas sans rappeler certains événements historiques.
Mais revenons à l’humain, huit sont sortis aujourd’hui sans argent, sans solutions pour rentrer à Paris, sans un seul papier, perdus …Nous avons obtenu pour l’instant un hébergement pour la nuit, et des papiers de sortie du CRA, mais demain ? Leur retour à Paris ?
Et puis dès demain les plus de quatre-vingt-dix autres vont commencer à sortir …
Leur « transfert » s’étant fait illégalement : absence des dossiers par exemple … ils devraient sortir rapidement.Ceux qui sont sortis aujourd’hui étaient intégrés, avaient un travail, un logement, une vie de famille, payaient des impôts …
Puis la machine infernale s’est mise en route, jusqu’à leur transport comme du bétail à Nîmes, puis leur abandon pur et simple devant le Centre de Rétention …
Quel pays est devenu la France ?
Et à quoi joue l’UMP et l’État avec leurs ridicules accusations sur le Réseau ?
Ludovic Bourely


Actions

Informations

Une réponse à “Incendie de Vincennes : à quoi joue l’UMP et l’État sur ce drame humain ?”

25 06 2008
Circé (19:02:20) :

Je me suis permise de faire un lien sur mon dernier article vers le votre, en ce qui cocerne les témoignages.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire