Cartes blanches : Mme In’t Groen

Rencontre du 3è type

On râle toujours après les profs et les cours, le réveil qui sonne le matin, le départ dans le froid et la bruine, chargés d’un sac trop lourd, les devoirs à faire et à refaire éternellement… Il est pourtant des rencontres à l’école qui peuvent changer le cours de notre vie. C’est lors de mon tout premier cours d’anglais en 6è (à l’époque on n’en faisait pas en primaire) que je suis tombée amoureuse de cette langue: en un quart d’heure, ma décision était prise: je serai professeure d’anglais !

My teacher was Mrs Ferullo. Une belle femme d’une trentaine d’année, élégante, joyeuse, magnétique. Elle avait le don de nous captiver, de trouver mille-et-une petites activités originales pour nous faire jouer avec ces mots « bizarres » qui nous ouvraient les portes d’un nouveau monde… Je me souviens d’avoir été littéralement plongée dans un univers étranger, comme déposée sur une autre planète alors que ces mots mystérieux m’apparaissaient comme un code secret à décrypter.

Je trouvais fascinant que ce décodage me permette d’accéder à du sens, à de l’humour, à d’autres façons de penser, à d’autres cultures ! C’est devenu un véritable jeu intrigant, un défi à relever qui ne m’a plus quitté pour toutes les langues que j’ai apprises par la suite ou celles juste croisées lors de mes voyages.

Un sentiment d’une force similaire s’est emparé de moi lorsqu’un jour, sur le quai d’une gare, j’ai vu 2 étudiants sourd-muets parler en langage des signes. Tous les deux riaient sans pouvoir s’arrêter. J’ai ressenti une envie folle de pouvoir les comprendre, de pouvoir entrer dans leur monde, de pouvoir les « atteindre » … Car parler une langue, c’est d’abord et avant tout, toucher à l’Humain.

Mme In ‘t Groen.

Je tiens au passage à vous faire une petite page de pub pour la pièce de théatre de Mme In’t Groen qui s’appelle « meilleurs vieux » dont l’intégralité des bénéfices seront reversés au victimes de l’ouragan Irma.

Tsubasa

Comments are closed.