Championnats du monde de cyclisme: une édition particulière

Cette année, les championnats du monde de cyclisme avaient lieu à Insbruck en Autriche. Ils se sont déroulés le week-end dernier. Voici quelques informations sur cette course si particulière :

Tout d’abord, les équipes sont réparties selon leur nationalités, première originalité car habituellement, les coureurs d’une même équipe peuvent être de nationalités différentes.

Le profil de la course

258 kilomètres de course avec 80 kilomètres de plaine avant d’entamer 7 tours de circuit en passant par la terrible côte d’ Igls. Attention, dans le dernier tour, une dernière montée avec des pentes avoisinant les 28%!! Un dernier gros effort pour les jambes car après, cela descend jusqu’à l’arrivée avec juste trois petits kilomètres de plaine avant le sprint final.

La course

En fin de matinée, le départ est donné. Rapidement, un groupe d’une dizaine de coureurs attaquent. Aucun favori n’est présent dans celui-ci. Ils vont totaliser jusqu’à 19 minutes d’avance sur le peloton mais ils se feront rattraper à une trentaine de kilomètres de l’arrivée. D’autres, comme le belge Greg Van Avermaet, l’italien Damiano Caruso et l’espagnol Omar Fraile semblent avoir des fourmis dans les jambes car ils attaquent et font de gros dégâts parmi les favoris comme l’irlandais Dan Martin, le récent vainqueur de la Vuelta, Simon Yates ainsi que le polonais et vainqueur de l’édition 2014 Micha? Kwiatkowski. Arrivés dans le dernier mur, les coureurs de l’équipe de France accélèrent fortement du fait qu’ils ne se retrouvent plus qu’à 5 à l’avant : le français Romain Bardet, le canadien Michael Woods, l’espagnol Alejandro Valverde, l’italien Gianni Moscon et le néerlandais Tom Dumoulin. Au sommet, Moscon et Dumoulin sont distancés même si le néerlandais rentre dans la descente. On semble s’engager dans un sprint en petit comité avec Bardet, nous avons notre chance mais c’est finalement l’espagnol Alejandro Valverde qui s’impose juste devant Romain Bardet et le canadien Woods complète le podium.

Source: www.sudouest.fr

 

 

 

 

 

 

Maintenant, les 3 anecdotes marquantes de championnat :

La chute de Peter Sagan

Le slovaque a perdu ce week-end ce qui lui semblait destiné : depuis 3 ans c’est lui qui s’imposait et affirmait sa domination mondiale. On ne peut pas lui en vouloir, le parcours était trop exigeant pour lui.

 

Mauvaise journée pour Warren Barguil

Le coureur français a passé un bien mauvais week-end : il a été contraint de changer de vélo suite à une crevaison et a chuté dans la descente. Championnat du monde à oublier pour le coureur de la Fortunéo Samsic.

 

Une belle récompense de fin de carrière pour Valverde

Le coureur espagnol s’est offert le plus beau titre de se carrière. Agé de 38 ans, le « doyen » du peloton portera le maillot arc-en-ciel la saison prochaine, certainement l’une des dernières. revenons sur ses principaux succès :

Il remporte deux fois le titre national : en 2008 et en 2015. Et la même année en 2009, à l’apogée de sa carrière, il s’impose lors du tour de Catalogne et du Critérium du Dauphiné.

Valverde est le roi des Classiques : il remporte 4 fois Liège-Bastogne-Liège, 4 fois la Flèche Wallone avec une exceptionnelle arrivée au mur de Huy et 2 fois la classique espagnole de San Sebastian, sans oublier ses 16 victoires d’étapes sur les 3 grands Tours.

Pour moi, le maillot de champion du monde est amplement mérité pour un aussi grand coureur.

Juste pour préciser, le champion du monde de contre la montre 2018 est l’australien Rohan Dennis.

Sources :  http://www.velo-club.net/post/le-parcours-des-championnats-du-monde-2018-reveles

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alejandro_Valverde

Source: todaycycling.com

 

 

 

 

 

 

Grislin Thibaut 4H

Comments are closed.