La nouvelle : Le conte de Noël 2

Nills posa Rouqio sur son lit et descendit prendre son petit déjeuner. En deux jours, il s’était tellement attaché au chat roux qu’il se sentait oppressé en allant au collège sans lui.

« Rouqio ! appela le garçon. Viens, mon bonhomme ! »

Le chat était lui très intelligent. Depuis que Nills l’avait adopté, il avait vite compris son nouveau nom. De plus, ce chat n’était pas agité. Il était d’un calme tellement paisible…que quiconque le regardait se sentait apaisé. Il avait une façon d’observer les gens avec une réelle empathie dans les yeux, on aurait presque dit qu’il comprenait les sentiments humains, qu’il lisait dans la tête de son maître. D’ailleurs, il suivait Nills partout dans la maison.

« M’ man ! Je suis levé ! cria Nills.

-Meow ! renchérit Rouqio. »

Le garçon mangea du pain avec de la pâte à tartiner et but un verre de jus de fruits. Ensuite, il empoigna son sac et sortit son vélo du garage. Il pédala à toute vitesse vers l’arrêt de bus « la mairie » où il attacha son vélo avec un antivol à code à 6 chiffres (il avait calculé, cela faisait 1 million de possibilités pour un voleur). Nills avait choisi cet antivol précisément car il était très inquiet à l’idée de se faire voler. Il grimpa dans le bus qui venait tout juste de s’arrêter devant lui. Il soupira de soulagement ; Rouqio avait bien failli le mettre en retard avec son obsession à le maintenir au lit !

 

 

 

 

 

 

 

 

Il arriva quand même au collège, mais devant l’attendait la plus grande brute de l’établissement. Il s’agissait de Domy, un petit costaud qui aimait martyriser les plus jeunes. Et, en l’occurrence, Nills était sa victime préférée du moment.

« Stop, microbe, grogna-t-il en lorgnant Nills d’un œil mauvais. Vide ton sac, je suis sûr que t’as des merveilles dedans.

-Je t’ai rien demandé, se défendit Nills en serrant la lanière de son sac entre ses doigts. Tu cherches quelqu’un à frapper, Domy ? Je suis pas la bonne personne. Et puis, va-t’en, tu vas me mettre en retard.

-Qu’est ce que tu insinues, microbe ? demanda Domy, qui paraissait hésitant.

-J’insinue que tu n’es plus aussi populaire qu’avant, enchaîna sa victime, brodant pour le déstabiliser. Avant… que tu mettes un râteau à Leyil en croyant que moi, son meilleur ami, n’allait pas tenter des représailles !

-Pff… Tu n’es même pas ami avec Leyil ! Tu as vu ta tête ? Pas étonnant que les autres élèves t’évitent comme ça ! »

Nills soupira. Il en avait déjà assez de ce duel de piques. Échafaudant un plan dangereux, il s’enfuit en courant et cria :

« C’est pas aujourd’hui que tu m’aura, Domy ! »

Sous ses airs bravaches, Nills était cependant déstabilisé par ce que Domy lui avait dit. C’était vrai, il n’avait aucun ami, mais ce n’était pas à cause de son physique. C’était à cause de…. Bon, assez bavardé.

Rentrons dans le vif du sujet.

A suivre…..

One Response to La nouvelle : Le conte de Noël 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.