Elle s’est battue pour devenir mathématicienne : Sophie Germain

Salut tout le monde !

Aujourd’hui, je vais vous parler de Sophie Germain, une grande mathématicienne !

Bonne lecture !!!

Source : www.numerama.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                        Sophie Germain

 

 

 

Sophie Germain naît le 1er avril 1776 au sein d’une famille aisée et cultivée.

C’est la deuxième fille d’Ambroise Germain, commerçant de soie et de tissus, et de  Marie Madeleine Gruguelu.

A l’âge de treize ans, une après midi où elle s’ennuyait, elle décide d’aller explorer la bibliothèque de son père, afin de trouver un roman digne de ce nom…

Elle cherche, feuillette les livres, regarde les couvertures des livres et puis s’aperçoit qu’en feuilletant des livres, elle découvre un nouveau mot :  » les mathématiques ».

Alors elle le prend et le commence.

Grace à la lecture de l’ouvrage de Bézout, elle apprend la théorie des nombres, puis elle se plonge dans l’étude d’autres textes, dont leçons de calculs différentiel et de calcul intégral du mathématicien Joseph Cousin.

 

Elle décide alors d’apprendre le grec et le latin et réussit rapidement à maitriser ces langues généralement utilisées à cette époque pour la diffusion des sciences.

Après cela, elle commence à comprendre la logique des mathématiques, et essaye alors des exercices, qui lui paraissent d’une facilité extraordinaire… 

Ses parents tentent tant bien que mal de la dissuader de se tourner vers une profession <<masculine>> (hé oui, car les femmes n’ayant pas encore certains droits devaient se contenter de ce qu’elles pouvaient avoir) mais elle résiste et finit par avoir le soutien moral et financier de ses parents.

Plus tard, la jeune femme peut se consacrer totalement aux mathématiques, en partie grâce à ses sœurs car leur mariage participent à l’amélioration de la situation financière de la famille. Ainsi, elle n’a pas besoin de travailler pour gagner sa vie.

 

Un jour, elle apprend que l’école Polytechnique va ouvrir pour les jeunes passionnés de sciences & mathématiques.

Évidemment, elle est très déçue. Pourquoi ? Car les filles ne peuvent pas encore étudier !

Mais Sophie est prête à tout pour avoir les cours de Polytechnique et rencontre un jeune homme se nommant Antoine Augustin Leblanc, passionné de mathématiques et qui fait ses études à l’école Polytechnique.

A partir de ce moment, Sophie est impressionnée et devient son amie fidèle.

Elle se procure donc les cours et fait les devoirs d’Augustin à sa place.

Le professeur de celui ci est épaté et lui demande un rendez vous. Alors, Augustin lui avoue que c’est une personne qui l’aide pour ses devoirs et pas n’importe quelle personne car c’est une fille !

Son professeur demande à la rencontrer et Augustin le répète à Sophie qui est vraiment très heureuse car c’est son rêve !!!  

Elle va au rendez vous et est sous le charme :                                                                                       

elle trouve l’endroit très beau et surtout trouve que le professeur d’Augustin est très gentil.

Il lui pose beaucoup de questions sur ses méthodes et lui demande si quelqu’un l’aide pour faire ses exercices.

Bien entendu, elle lui répond que non.

 

Quelques années plus tard, elle devient la première mathématicienne et devient célèbre.

Elle meure de vieillesse le 27 juin 1831 à Paris.
Aujourd’hui, plus personne ne sait qui elle est, ni ce qu’elle a fait, alors parlez en autour de vous pour faire renaitre son histoire ?
 Et vous pouvez aussi impressionner votre prof de maths en lui en parlant de tout ce que je viens de vous raconter et lui dire qu’il y a un article dessus sur le p’tit collégien...
Mon article est terminé et j’espère que ça vous a plu !!!
Je vous remercie d’avoir lu cet article attentivement.
Au revoir et à bientôt pour un prochain article !
                    Jeanne Ghillebaert

 

One Response to Elle s’est battue pour devenir mathématicienne : Sophie Germain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.