Visite d’un apiculteur

Mardi 9 janvier un apiculteur nommé Emmanuel Josserand est venu présenter son métier à la classe de 3ème A pour le projet «ruche du plateau».

Il nous a expliqué que apiculteur veut dire agriculture des abeilles car «api» vient de «apis» qui signifie abeille en latin est «culteur» vient de culture.

Il nous a dit qu’il est devenu apiculteur par passion car avant il était professeur mais qu’il s’est rendu compte que s’occuper de ses abeilles lui prenait plus de temps que de faire ses cours alors il a arrêté son métier et est devenu apiculteur pour s’occuper de ses abeilles à plein temps.

Il est existe des écoles d’agricultures spécifiées en apiculture. Il faut avoir un diplôme obligatoire pour pouvoir bénéficier d’aide (environ 50000€). La meilleure formation est un stage chez un apiculteur professionnel.

Emmanuel nous a expliqué que l’on n’était pas obligé d’être un apiculteur professionnel pour avoir des ruches mais qu’il avait voulut le devenir pour pouvoir avoir des stagiaires.

Pour être apiculteur il faut être fort pour pouvoir porter les ruches et calme pour ne pas exciter les abeilles.

Les apiculteurs ne s’occupent pas que de récolter le miel ils récupèrent également le propolis, la cire pour les cosmétiques et les bougies, le pollen, le venin d’abeilles pour les laboratoires…

Une ruche peut contenir jusqu’à 50000 abeilles, pèse entre 40 à 50kg et peut contenir 10 à 25kg de miel selon les années.

Le plus grand prédateur de l’abeille est le varroa. C’est une sorte de puce qui suce le sang de l’abeille.

Le miel est fabriqué l’été pendant la grande saison. L’apiculteur récolte le miel dans la ruche. Le miel peut coûter entre 10 et 12€ le kg. Les prix augmente selon la période. La récolte se fait l’été. Il y a cinq étapes pour fabriquer le miel.

 

Étape 1 : Récupérer les cadres dans les ruches.

Étape 2 : Désoperculer les cadres : ôter la pellicule de cire qui ferme les alvéoles pour permettre au miel de s’écouler.

Étape 3 : Extraire le miel, à l’aide d’un extracteur.
En tournant, l’extracteur fait sortir le miel des alvéoles.

Étape 4 : Filtrer le miel pour extraire les impuretés (pollen, pattes et ailes d’abeilles…).

Étape 5 : Après quelques jours de repos, les impuretés restantes sont remontées à la surface. L’apiculteur les retire et peut mettre son miel en pot.

Le miel peut avoir des goûts différents. Cela dépend des espèces de fleurs butinées par les abeilles.

Les abeilles peuvent butiner le nectar d’une seule espèce de fleur, si les ruches sont situées au milieu d’un champ, de tournesol par exemple.
Les plus connus sont les miels d’acacia, miel de lavande, miel de châtaigner…

Le miel peut aussi provenir d’un mélange entre différentes espèces de fleurs, on l’appel alors miel toutes fleurs.

En hiver les abeilles forment une énorme boule pour réchauffer la reine. La température descend rarement en dessous de 25°C dans cette boule. Pendant ce temps les apiculteurs en profitent pour fabriquer des ruches et des cadres avec la cire qu’ils auront récoltée. La cire doit être obligatoirement bio.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *