JOURS APRES JOURS

Prouve ta jeunesse par ta curiosité et ton désir! Exige l'inaccessible ! (V.Cespèdes)

POUR FAIRE UNE FICHE DE SYNTHESE AVANT UNE EVALUATION FINALE

POUR FAIRE UNE FICHE DE SYNTHESE

AVANT UNE EVALUATION FINALE

(niveau collège)

Pour préparer une interrogation de fin de séquence et ne pas être surpris par les questions, il faut compléter les rubriques ci-dessous. Tu es sûr ainsi de ne rien oublier… Cette méthode peut servir dans d’autres matières…

Ta fiche de synthèse doit apporter les renseignements suivants :

Séquence n° :

Titre de la séquence :

Objectifs de la séquence : (tu retrouveras ces objectifs au début ou à la fin des notes de cours, ou sur le plan de la séquence…)

Textes étudiés : (ci-dessous, un exemple)

Titre de l’extrait

Extrait de (titre du livre)

auteur

Date (époque)

contexte

Thème / but du texte

Un repas de roi L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche Miguel Cervantes 1605 Écrit pendant que l’auteur  était en prison. Description d’un repas royal / faire envie au lecteur…

 

Vocabulaire vu (en classe ou travail personnel) :

Exercices faits :

(n’indique pas les n° ou les pages, mais ce qui a été fait, par exemple : compléter un texte avec les mots qui conviennent, conjugaisons, analyser des comparaisons, retrouver des subordonnées, accorder des adjectifs etc…)

Je peux prévoir qu’il y aura : la liste ci-dessous est un exemple…

 

–        des questions de lecture => donc je revois mes textes ! (repérer s’il y a des choses incomprises)

–        Des questions de grammaire ou d’orthographe => je refais les exercices, je revois la ou les leçons

–        des questions de vocabulaire => je fais la liste des mots vus !

Comments Off on POUR FAIRE UNE FICHE DE SYNTHESE AVANT UNE EVALUATION FINALE

Les croisades : bilan pour l’évaluation

SYNTHESE DE LA SEQUENCE SUR LES CROISADES

Ta fiche de synthèse doit apporter les renseignements suivants :

Séquence n° : 3

Titre de la séquence : LES CROISADES : un voyage de conquête

Objectifs de la séquence :

  • s’initier à la culture médiévale

  • connaître les origines du français

  • continuer à découvrir d’autres sortes de voyages

Textes étudiés :

Titre Extrait de… auteur Date (époque) contexte Thème / but du texte
La Chanson de Roland inconnu Xième siècle Croisades : guerre entre les chrétiens et les musulmans (guerre religieuse) Bataille de Roland contre les Sarrasins suite à la trahison de Ganelon. But : mettre en évidence les valeurs de courage, de fidélité des chrétiens, la grandeur de Charlemagne et de ses chevaliers.
Saladin, les templiers et les hospitaliers. Chroniques arabes des croisades Imâd ad-Dîn ? Juste après une victoire des sarrasins sur les chrétiens Elimination des chrétiens par les sarrasins. But : montrer la cruauté des sarrasins.
Saint-Bernard justifie la violence des croisades L’Esprit de Croisade Saint-Bernard de Clairvaux (cité par Jean Richard) 1144 St Bernard prêche la seconde croisade contre les musulmans. Justifier la violence des croisades. But : prouver aux chrétiens qu’ils sauveront leur âme en allant combattre les « infidèles » (musulmans) en Terre Sainte.
Séquence de Sainte-Eulalie anonyme 880 environ Premier texte littéraire français Raconter un miracle pour édifier le lecteur.
La passion de l’orthographe Article du journal La Croix Bénédicte Gaillard 09/10/09 Forum sur l’orthographe française jugée très difficile. Expliquer pourquoi l’orthographe existe en français.

Vocabulaire vu (en classe ou travail personnel) :

templier – hospitalier – purifier – impur – décapiter – docteur(s) – sûfi – dévots -ascètes – radieux – infidèle – émir – récuser – pies – insuffler – infidélité – revivifier

Olifant – destrier –

Exercices faits :

  • Fiche sur l’histoire de Roland, d’après le site.

  • Possibilité donnée de lire l’histoire dans une version abrégée et simplifiée. (remarque : livre pris par 3 élèves, dont 2 seulement l’ont vraisemblablement lu).

  • Exercices du manuel sur l’origine des mots, la construction du vocabulaire français

  • Lecture de textes en ancien français pour comprendre l’évolution de la langue et de l’orthographe.

  • Fiche de connaissances à compléter d’après le manuel.

Je peux prévoir qu’il y aura : la liste ci-dessous est un exemple…

Des questions de vocabulaire – des questions de connaissances (sur l’histoire de la langue, sur l’histoire de Roland, sur l’orthographe, sur l’ancien français)

–        des questions de lecture => donc je revois mes textes ! (repérer s’il y a des choses incomprises)

–        Des questions de grammaire ou d’orthographe => je refais les exercices, je revois la ou les leçons

–        des questions de vocabulaire => je fais la liste des mots vus !

Autrement dit, aucune surprise pour l’élève qui fait son travail à la maison et SURTOUT QUI APPREND REGULIEREMENT LE PEU QU’IL Y A À RETENIR !

Comments Off on Les croisades : bilan pour l’évaluation

BILAN : la poésie engagée (document et questions)

DOCUMENT

(source : Hatier, Mots en voyage, 3ème)

LA POESIE ENGAGEE AU XXème siècle

Définition

On appelle engagement l’attitude qui consiste à mettre son oeuvre au service d’une cause et, notamment, à prendre position contre les atteintes aux droits del’homme. La poésie engagée répond à l’idée, chère à Victor Hugo et aux romantiques, que le poète a pour mission d’exprimer les préoccupations de son époque et de guider les hommes vers la liberté et le bonheur.

Les poètes de la Résistance

Pendant la guerre et l’Occupation s’est développée une poésie engagée qui dénonce les atrocités de laguerre, exalte la liberté et le courage des résistants. Les principaux représentants en sont Paul Eluard, Robert Desnos, Louis Aragon, René Char mais aussi de nombreux poètes demeurés anonymes.

Censure et éditions clandestines

Pendant l’occupation, les productions littéraires et la presse sont soumises à la censure nazie. Le texte poétique, court, facile à mémoriser et à diffuser sous forme de tracts, est un moyen d’expression et de mobilisation efficace. Son langage métaphorique, imagé, a permis la transmission de messages en faveur de la Résistance.

En 1941, Vercors et Pierre de Lescure fondent, dansla clandestinité, les éditions de Minuit, qui publièrent notamment le 14 juillet 1943, L’Honneur des poètes, une anthologie regroupant les oeuvres de vingt-cinq poètes résistants.

L’écriture des camps : dire l’indicible ?

La libération et la victoire apportent la révélation des « camps de l’enfer » et permettent le rapatriement des déportés. La poésie a été, pour certains d’entre eux, une source de réconfort et un moyen de conjurer leur souffrance : ils composaient des poèmes dans leur tête, sans crayon, ni papier ; ils les ont retranscrits plus tard, de mémoire, à leur retour.

Une poésie ancrée dans un contexte

Les poèmes de la Résistance et de la déportation portent la trace du contexte historique : noms de lieux, faits concrets, évocation de la vie clandestine des Résistants, évocation de la réalité des camps…

Le poète s’engage : il parle en son nom, en employant le pronom de la première personne (je) et en impliquant avec lui son lecteur (nous / vous). Il dénonce, appelle à la vengeance, réveille les énergies, clame son espoir en des jours meilleurs, incite à se souvenir.

Une poésie de rupture et de tradition

La poésie engagée est une poésie de révolte, poétique et idéologique. Les poètes rompent avec les formes traditionnelles : ils utilisent l’heptasyllabe, ou le vers libre (sans rime) qui suivent le mouvement de la pensée. Ils suppriment la ponctuation pour traduire leur impatience de parler. Mais pour être compris et ne pas être rejetés, ils respectent aussi des formes classiques en utilisant l’alexandrin ou des images poétiques traditionnelles. (ou clichés).

Les images sont fortes et nombreuses. Elles sont influencées par le surréalisme, mouvement littéraire et artistique né en 1924 et auquel ont participé Desnos, Eluard, Aragon… Le surréalisme prône la libération du langage et met en avant le pouvoir de l’imaginaire. Le poème Liberté d’Eluard garde la trace de cette volonté de surprendre en créant des rapports nouveaux entre les mots et ce qu’ils représentent.

Les procédés d’écriture de la poésie engagée

La poésie engagée est une arme du langage. Elle se veut à la fois esthétique et argumentative. L’écriture engagée se caractérise par :

  • l’interpellation du destinataire (vous);

  • l’implication personnelle du poète (je / nous)

  • l’utilisation d’un rythme destiné à rendre le message mémorisable et à lui donner une force de persuasion. Le rythme est créé par :

  • les répétitions de mots ou d’idées

  • les retours de sonorités (ex : chaque fois qu’un coeur éclate / Sous les coups des assassins... » dans le poème Oradour. La répétition du son [k] reproduit le claquement des coups, ou le bruit des coups de feu).

  • Les anaphores (répétition d’un mot au début d’une phrase ou d’un vers) qui crée un effet de martèlement (Oradour) ou de litanie (Liberté)

  • les énumérations (Liberté)

  • l’emploi du lexique (vocabulaire) de la violence, de l’injustice, de la souffrance

  • le jeu sur les connotations (c’est-à-dire ce qu’évoquent les mots) : par exemple, « les meules » dans Oradour connotent (évoquent) le pain, l’été, le blé…

  • l’emploi de figures de style qui créent des images, des associations d’idées et frappent l’imagination du lecteur :

  • métaphores (« sur la mousse des nuages / sur les sueurs de l’orage »)

  • comparaisons (« Les yeux vides et le sein froid / comme une grenouille en hiver »)

  • allégories qui personnifie des idées abstraites (Le temps, vieillard souffrant de multiples entorses… » ou Liberté)

  • chiasme (« Le matin est neuf, neuf est le soir »)

  1. Sur quelles figures de style repose l’image suivante ?

  2. Quelles références culturelles et historique faut-il posséder pour la comprendre vraiment ?

Paul Colin (1892-1985), La Libération de la France, le 17 août 1944 (BNF, Paris)

LA POESIE ENGAGEE

Bilan

à rendre le : ………………………..

Pas de cours le jeudi 4/02 de 16 h à 17 h : sortie des 5e1, ni le lundi 8/02 (stage).

Reprenez les poèmes que nous avons étudiés dans le cadre de cette séquence.

A chaque expression ci-dessous faites correspondre un poème. Justifiez chaque réponse par écrit (par une phrase explicative).

1. Appel à la liberté o

2. Eloge du courage o

3. Cri de révolte o

4. Témoignage contre l’oubli o

5. Espoir o

A. Demain

B. Si c’est un homme

C. Oradour

D. Liberté

E. Strophes pour se souvenir

Répondez aux questions suivantes sur une feuille de cours en vous aidant du document ci-dessus, d’un dictionnaire et des notes prises en cours.

I- Repères

  1. Qu’est-ce qu’un engagement ?

  2. Que signifie l’expression défendre une cause ?

  3. Qu’est-ce qu’une valeur (au sens moral du terme) ?

  4. Quelles sont les valeurs morales défendues dans chaque poème étudié ?

  5. Qu’est-ce que la censure ? Qui l’exerçait pendant la seconde guerre mondiale ? Contre qui et pourquoi ? (attention il y a 4 questions !).

  6. Qu’est-ce que la clandestinité ? Qui vivait dans la clandestinité pendant la seconde guerre mondiale ?

  7. A quelle date et dans quelles circonstances les Editions de minuit ont-elles été fondées ? (maison d’édition prestigieuse qui existe encore aujourd’hui)

II- Particularités de la poésie engagée

  1. Qu’est-ce qui marque particulièrement la poésie engagée ? (par rapport à d’autres formes de la poésie ?)

  2. Qu’évoquent plus particulièrement les poèmes que nous avons étudiés ?

  3. A l’aide de verbes, définissez les fonctions de la poésie engagée.

  4. En quoi la poésie engagée renouvelle-t-elle les formes poétiques ?

  5. Quel mouvement littéraire influence fortement la poésie engagée ?

  6. Quelles sont les idées défendues par les poètes qui appartiennent à ce mouvement littéraire ?

  7. Quelles sont les caractéristiques de l’écriture de la poésie engagée ?

  8. Comment la poésie engagée s’est-elle diffusée pendant la guerre ?

III- Réfléchissez personnellement :

  1. A propos du dossier d’images que vous avez eu en histoire :

  2. Sur quelle image avez-vous travaillé ?

  3. Décrivez-la et indiquez l’objectif de cette image auprès des populations.
    Sur quelle(s) figure(s) de style repose-t-elle ?

  4. Les poèmes engagés que nous avons étudiés, ou ceux que vous avez pu lire par ailleurs, vous paraissent-ils efficaces pour lutter contre le pouvoir de telles images ? Qu’est-ce qui peut faire la force d’un poème contre une affiche, ou contre un discours de propagande ? Justifiez le mieux possible.

  5. Pensez-vous que les poètes ont un rôle à jouer dans la société ? Défendez votre idée quelle qu’elle soit.

Comments Off on BILAN : la poésie engagée (document et questions)

Collège au cinéma : Ridicules, un film de P.Leconte

A rendre le : 12/03/10

Ridicule, Film de Patrice Leconte, 1996

Vous avez vu le film Ridicule de P.Leconte…

Vous ne l’avez guère apprécié, certaines scènes vous ont choqué parfois, vous n’avez pas tout compris… serait-ce un « mauvais » film ?

… pourtant ce film est doté d’un brillant palmarès :

  • Meilleur film étranger (British Academy of Film and Televison Arts)

  • Meilleur film français (Césars du cinéma français)

  • Meilleur film (Les Lumières)

  • Meilleur film étranger (National Board of Review)

pourtant Patrice Leconte est un cinéaste renommé : il réalise des films depuis 1969 et compte, à son actif, 5 courts métrages et 22 longs métrages… L’affiche du film est composée de comédiens prestigieux : Fanny Ardant, Charles Berling, Jean Rochefort, Judith Godrèche, Bernard Giraudeau…

pourtant Les films du cycle Collège au cinéma sont choisis par des cinéphiles avertis, et des professionnels du cinéma…

Autant d’éléments qui permettent de s’interroger…

Pour que nous puissions réfléchir à l’intérêt que peut présenter ce film et sur le cinéma en général, répondez aux questions suivantes (faites les recherches nécessaires, si vous ne connaissez pas la réponse). Vous pouvez vous aider évidemment de la fiche donnée en classe :

  1. A quelle époque se passe le film ?

  2. Qui est le roi régnant ?

  3. Dans quel état économique se trouve le royaume de France à cette période ?

  4. Quelles sont les différents groupes qui composent la société ?

  5. Qu’est-ce que la « noblesse de robe » ?

  6. Qu’est-ce que la « noblesse d’épée » ?

  7. Qu’est-ce qu’un « roturier » ? Qu’est-ce que la « roture » ?

  8. Qui sont Voltaire ? Rousseau ? Montesquieu ?

  9. Qui est le personnage principal du film ? (dressez sa carte d’identité : nom, prénom, origine sociale… et faites son portrait moral) ?

  10. Dans quel but se rend-il à Versailles ?

  11. Présentez Mathilde de Bellegarde le plus complètement possible.

  12. Présentez Mme de Blayac le plus complètement possible.

  13. Qu’est-ce qu’un « courtisan » ?

  14. Pourquoi Grégoire de Ponceludon n’est-il pas reçu tout de suite par le Roi ? A quelle condition le sera-t-il ?

  15. Quelle est la qualité suprême attendue chez les courtisans ?

  16. Qu’est-ce que l’ « humour » ? (d’où vient le mot ? Donnez une définition.)

  17. Quel est le rôle du langage dans ce film ?

  18. La première scène choque ou surprend la plupart des spectateurs : dans quel but, à votre avis, le réalisateur a-t-il placé une telle scène dès le début du film ?

  19. Comment se termine le bal masqué ? Que s’est-il passé pour le héros ? De qui est-il la victime ?

  20. Avez-vous l’impression qu’il se laisse faire ? Qu’essaye-t-il de faire comprendre aux invités du bal ?

  21. Quelles idées ou idéaux sont défendus par Grégoire de Ponceludon ? Par Mathilde de Bellegarde ? Par Mme de Blayac ? Par l’abbé de l’Epée ?

  22. Cherchez la définition des mots suivants et employez-les dans une phrase-exemple qui en éclaire le sens (vous pouvez prendre des exemples cités dans les dictionnaires du moment que le sens est clair pour vous) : vulgaire ; grossier ; déplacé ; obscène ; provocant ; érotique ; pudeur

Comments Off on Collège au cinéma : Ridicules, un film de P.Leconte

Séquence 4 : la poésie engagée

(Cette séquence est très largement inspirée du manuel de Hatier, Mots en voyage, coordonné par H.Potelet)

SEQUENCE 4 :

Etude de la poésie engagée : Poésie et résistance

Comment la poésie constitue une forme de résistance à l’horreur de la guerre.

Notions abordées :

  • la versification

  • conjugaisons : impératif, subjonctif présent et futur simple

  • Lecture et vocabulaire : figures de style

  • Lecture d’image : méthodes, vocabulaire

Séance 1 : Lecture d’image

Citez les poètes ou chanteurs que vous connaissez et qui se sont engagés dans une cause (contre la guerre, le racisme, le travail des enfants, dans la Résistance etc…). Si vous n’en connaissez pas, faites une recherche personnelle.


Pablo Picasso (1881-1973), La Guerre et la paix (1952), décors de la chapelle du musée de Vallauris « Le Temple de la Paix », huile sur bois, isorel, 4,70 X 10,20 (musée Picasso, Vallauris)

  1. Qui a peint ce tableau ? Sur quel support ? Dans quel lieu ?

  2. Quels éléments symbolisent la paix ? La guerre ? Comment sont-ils répartis ?

  3. Quelles sont les couleurs du fond ? Laquelle domine ?

  4. Laquelle de la paix ou de la guerre, vous semble l’emporter ? Justifiez votre réponse.

Travail personnel : qu’est-ce qu’une allégorie ?

1) Recherchez des modèles d’allégories : de la mort, de la paix, de la guerre, de l’amour, de la République Française

    2) Dans les documents iconographiques distribués en histoire, repérez ceux qui reposent sur des allégories. Expliquez votre réponse.

Séance 2 : devoir type

Strophes pour se souvenir, Aragon

Objectifs : identifier ce qu’il faut savoir et savoir faire pour reconnaître, lire et comprendre la poésie engagée.

Préparation : rassemblez le maximum de renseignements sur l’affiche rouge et sur Missak Manouchian

Séance 3 :Liberté, Paul Eluard

Préparation :

  1. Recherchez le nom du mouvement littéraire et artistique auquel a particpé Eluar et qui a constitué une révolution poétique (se termine par -isme !).

  2. Trouvez un poème d’amour écrit par Paul Eluard.

Ecriture : Choisissez un mot qui représente pour vous une valeur importante et que vous aimeriez écrire partout. Composez ensuite 4 strophes à la manière de Paul Eluard. Chaque strophe se terminera pas « j’écris ton nom ». Illustrez si-possible.

Séance 4 : Oradour, Jean Tardieu, Les Dieux étouffés (1946)

Préparation :

  1. Où se trouve Oradour-sur-Glane ?

  2. Que s’est-il passé à Oradour durant la seconde guerre mondiale ?

Séance 5 : Si c’est un homme, Primo Levi (1947)

Préparation

  1. qui est Primo Levi ? Qu’a-t-il écrit ? Rédigez une brève biographie (10-15 lignes).

  2. Quelle expérience l’a marqué à jamais et est à l’origine d’une grande partie de son oeuvre littéraire ?

Ecriture : qu’est-ce qui vous révolte dans le monde d’aujourd’hui ou dans votre vie ? Quelles solutions voyez-vous ?

Ecrivez un texte d’une trentaine de lignes, comportant introduction, développement, conclusion pour expliquer et défendre vos idées.

Vous n’oublierez pas de vous appuyer sur des exemples concrets et correctement documentés.

Séance 6 : Demain, Robert Desnos (1975, posthume)

Préparation

  1. Quelle était la situation de la France en 1942 ?

  2. Quels sont les deux sens du nom « veille » ?

  3. Qui était Robert Desnos ? Rédigez une brève biographie (10-15 lignes).

  4. Cherchez un autre poème de cet auteur et recopiez-le.

Séance 7 : BILAN DE CONNAISSANCES (2 h)

=> La poésie engagée

=> La poésie : règles et codes (leçon) : correction de votre travail de recherches personnelles à remettre à la fin de la séquence, le jour de l’évaluation finale.

Lectures individuelles en autonomie : Au nom de la liberté (livre prêtés) + autres recueils ou livres sur ce thème empruntés au CDI.

Récitations

Travaux d’écriture à rendre aux délais demandés (voir plan de travail) : aucun retard ne sera plus accepté.

Comments Off on Séquence 4 : la poésie engagée

Critères d’évaluation de l’oral en début d’heure

INTERROGATION ORALE EN DEBUT D’HEURE

(imposée jusqu’au vacances de Pâques puis sur participation libre)

coefficient 2

Conditions :

C’est un travail individuel. On ne souffle pas. Les réponses soufflées ne sont pas comptabilisées dans la note.

Il n’y a pas de négociations en début d’heure.

L’interrogation porte sur le cours précédent ou sur le travail à faire pour le jour de l’interrogation (questions sur un texte, recherche doc…). Ce travail apparaît dans le plan de travail ou a été donné à l’avance.

Les questions peuvent porter sur le contenu et / ou sur la méthode.

Si l’élève a été interrogé 2 fois : la meilleure des deux notes est conservée.

But :

  • être capable de rendre compte du travail de l’heure précédente ou du travail du jour en répondant à des questions précises ;

  • restituer des connaissances ; expliquer des procédures, des méthode, des manières de penser, de raisonner…

  • s’exprimer à l’oral devant un groupe.

Remarque : cette évaluation permet à certains élèves de compenser des difficultés à l’écrit (pas de pénalité pour l’orthographe par exemple !).

Contenu : 10 points

  • prise en compte de la question posée (pas de réponse HS)

  • prise en compte des indications, des observations pour obtenir des précisions.

  • Capacité à répondre : réponses exactes, complètes, précises.

  • lien spontané fait avec d’autres connaissances, textes étudiés dans la séquence…

  • bonus pour des compléments intéressants, utiles, personnels, témoignant d’un esprit curieux ou d’un esprit d’initiative ; connaissances apportées.

Forme de l’oral : 10 points

  • qualité de l’expression (reprises nominales et pronominales, construction des phrases, utilisation des connecteurs, registres (niveaux) de langue…vocabulaire adapté, précis, capacité à reformuler, à verbaliser les idées, à mettre en relief…)

  • qualité de l’explication (de la réponse monosyllabique à la réponse argumentée…)

  • indicateurs non verbaux : corps (regards, gestuelle, mimiques de réactivité à l’échange : sourires, silences…)

  • voix : articulation, débit, volume (audibilité), timbre…

  • élocution : articulation, fluidité du débit (ni trop vite, ni trop lentement), assurance.

Comments Off on Critères d’évaluation de l’oral en début d’heure

Brevet blanc 2010 et son corrigé

BREVET   BLANC

Epreuve de français

Première partie :

Questions  et  Réécriture suivie de la dictée

Collège les Perrières

Jeudi 11 février 2010

Attention :

Après les deux parties des épreuves de français, chaque élève veillera à emporter et à conserver le sujet qui servira pour la correction


« Chocolat »

« Pourquoi vous surnomme-t-on Chocolat? »

Julien allait répondre que c’était parce que son père possédait la plus grosse chocolaterie de la région quand Vairon le devança :

« C’est parce que son père l’a ramené du Brésil dans une cargaison de chocolat ».

Julien haussa les épaules avec agacement en croyant à une blague. C’est alors que Vairon ajouta :

« C’est un enfant adopté, un petit Brésilien, miséreux qu’on a trouvé en creusant la terre pour extraire le chocolat »

Le professeur entreprit d’expliquer que le chocolat ne se trouvait pas dans la terre mais Julien n’écoutait plus. Sans savoir pourquoi, il venait d’avoir l’affreuse révélation que les paroles de Vairon n’étaient pas des mots en l’air. Il aurait dû protester, hurler son indignation. Il n’y parvenait pas. Un mur s’était subitement dressé, un mur qui l’encerclait, étouffait ses cris, un mur sur lequel allait se cogner le moindre argument qu’il tentait de formuler. Et, comme un boomerang, il lui revenait en plein cœur, lui provoquant d’affreuses blessures.

Le professeur continuait à parler, sans se rendre compte de rien. Julien avait l’impression de ne plus exister, l’impression que tout ce qu’il voyait autour de lui n’était qu’illusion. La sueur commença à lui perler au front. Il se sentit mal, très mal. Sa vue se brouilla.

« M’sieur, cria une voix, y a Julien qui est tombé dans les pommes! »

Quand Julien reprit conscience, il se sentait plein d’un désespoir effroyable (…)

« Adopté ». C’est ce qu’avait dit Vairon. « Petit Brésilien miséreux »

Ses dents se serraient si fort que sa mâchoire lui faisait mal. Il était en train de se rappeler que pour fêter son dixième anniversaire, il avait voulu se déguiser en Indien et qu’en se regardant dans la glace, pour appliquer ses peintures de guerre, il avait remarqué pour la première fois cette évidence: son teint était foncé, bien différent de celui de ses parents.

Une main se posa sur son front. Il ne bougea pas.

Il y avait eu cette autre chose …cette phrase terrible qui avait frappé son oreille et dont il comprenait le sens aujourd’hui. Deux ouvrières de la fabrique avaient dit sans remarquer sa présence :

« Maintenant qu’il y a un bébé chez le patron, le Julien, il a intérêt à bien se tenir »

– Quand même, avait répondu l’autre, ils ne peuvent pas le virer comme ça! »

Sur le moment, ça lui avait fait un effet terrible et il s’était persuadé qu’il avait mal entendu. Pourquoi, soudain, ses parents lui auraient-ils préféré sa petite sœur Agnès? A présent, il comprenait.

Evelyne Brisou-Pellen, Deux grains de cacao, Hachette jeunesse, 2001

QUESTIONS  (15 points)

Attention : toute réponse non rédigée ne sera pas évaluée

I- La situation (5,5 points)

1- Dans quel lieu la scène se déroule-t-elle? Justifiez votre réponse                                (0,5 pt)

2- « Pourquoi vous surnomme-t-on Chocolat? » (ligne1) :

a) Qui est désigné, dans cette phrase, par le terme « Chocolat »?                                  (0,5 pt)

b) Qui le désigne ainsi dans la phrase? Donnez la nature grammaticale (ou l’identité ou la classe) du terme relevé                                                                                                      (0,5pt)

c) Donnez la nature et la fonction de « Chocolat » (1pt)

d) Dans quelle(s) intention(s) ce surnom a-t-il été choisi?                                               (1pt)

3- Lignes 7 et 8

a) Relevez les trois adjectifs qualificatifs qui caractérisent Julien                                 (0,5 pt)

b) Dans la même phrase, relevez une autre expansion du nom « Brésilien » et indiquez quelle sa nature grammaticale                                                                                                      (0,5 pt)

c) Quels sentiments à l’égard de Julien, Vairon laisse-t-il percer dans sa réponse?          (1pt)

II- La révélation (4,5 points)

4- A partir de la ligne 20, comment Julien découvre-t-il peu à peu la vérité?                  (0,5 pt)

5- « Il avait voulu se déguiser …. et il avait remarqué » (lignes 22 et 23): quel temps est ici employé? Justifiez son emploi                                                                                              (1pt)

6- Ligne 25 : quel temps est ici employé ? Justifiez son emploi                                           (1pt)

7- Lignes 29 et 30 :

a) Qu’y a-t-il de « terrible » pour Julien dans les propos tenus par les deux ouvrières et rapportés directement?                                                                                                               (1pt)

b) Quel en est le niveau de langue? Justifiez votre réponse                                               (1pt)

III- Les réactions de Julien (5 pts)

8-  Lignes 11 à 14 : relevez et nommez les deux figures de style différentes employées par l’auteur pour mettre en évidence, dans ce passage, le choc émotionnel vécu par Julien     (1 pt)

9- Lignes 15 à 17 : par quels différents procédés d’écriture est annoncée la perte de connaissance?                                                                                                                                    (1pt)

10- Dans l’expression « un désespoir effroyable » (ligne 19), expliquez la formation du nom et de l’adjectif, en expliquant le sens des différents éléments qui entrent dans leur composition

(1 pt)

11- « si fort …. que sa mâchoire lui faisait mal » (ligne21) :

a) Quelle est la nature de cette proposition?                                                                  (0,5 pt)

b) Réécrivez la phrase entière, sans en modifier le sens mais en utilisant la coordination

(0,5 pt)

12- Revenez à la première ligne du récit : quel(s) sentiment(s) exprime la réponse que voulait faire Julien?                                                                                                                       (0,5 pt)

Quelle résonnance aura désormais pour lui son surnom?                                            (0,5 pt)

REECRITURE (5 pts)

Réécrivez le passage du texte : « un mur … formuler «  (lignes 12 et 13), en remplaçant « un mur » par « des murailles » et en apportant toutes les modifications nécessaires.

DICTEE (5 pts )

Ne marquer que les liaisons soulignées

Le nom de l’auteur et le titre du livre seront écrits au tableau

Hélas! Les mots mettent trop longtemps à cicatriser. C’est ainsi que les ponts ont été coupés et qu’à cause de cette brouille, tu n’as guère entendu parler de tes grands-parents maternels. A chaque fois, le courage nous a manqué de répondre à des questions que tu ne nous posais pas… Mais comment faire marche arrière? Et puis, tu étais à Paris pour suivre ton chemin. Ce n’était pas vraiment le moment de réveiller tous ces chagrins.

Max Jeanne, Brisants


REDACTION (15 pts)

Sujet

Les parents adoptifs de Julien ne lui ont pas dit la vérité sur ses origines.

Dans une première partie, vous exposerez les raisons de cette attitude.

Dans une deuxième partie, vous vous demanderez si toute vérité est toujours bonne à dire, en appuyant votre réflexion sur des exemples précis.

Consignes

Vous écrirez au moins une trentaine de lignes.

Il sera tenu compte, dans l’évaluation, de votre capacité à mener une réflexion convaincante quelles que soient vos idées sur la question, ainsi que de la qualité de l’expression.

CORRIGE : Questions

I – La situation

1- à l’école < « le professeur » (l.9)

2-

a- Julien

b- « on » : pronom personnel

c– nom propre / attribut de l’objet : on acceptera « attribut » seul qui a le mérite d’avoir vu le lien attributif mais on ne pourra pas accepter « attribut du sujet »

d- une intention dévalorisante, moqueuse, réductrice … qui stigmatise la couleur de la peau et la bonhommie souriante : cf. Y’a bon, Banania

3-

a– « adopté », « petit », miséreux » : il faut les 3 sinon zéro

b– « qu’on a trouvé en creusant la terre pour extraire le chocolat » : proposition subordonnée relative

c– mépris … peut-être teinté d’un peu de pitié et …. du plaisir de rabaisser celui qui doit jouir du statut de « fils du patron »

II – La situation

4- A partir de deux souvenirs qui lui reviennent successivement en mémoire : le souvenir d’une scène vécue et d’une conversation entendue

5– plus-que-parfait = antériorité ou toute façon de nommer ce qui s’est passé avant cette scène

6– passé simple = temps du passé + temps de la brièveté de l’action évoquée « se posa » + suggestion de sa douleur figée, nouée mais on se contentera de moins évidemment

7-

a- Terrifiante menace : celle d’être renvoyé, congédié, expulsé …

b- Niveau de langue familier : le vocabulaire (le patron, le Julien, le virer), les tournures (ils, comme ça) et le ton un peu revanchard et vachard

III- Les réactions

8 – On attend : la métaphore (le mur),  la comparaison (comme un boomerang) et/ou la répétition martelée

9- La négation répétée : sans se rendre compte de rien/ ne plus exister / n’était qu’illusion

L’accélération du rythme dans la succession des phrases, d’abord longues et brumeuses puis de + en + courtes

L’évocation des symptômes physiques du malaise : la sueur et le flou visuel

10- Le nom : dés / espoir = préfixe négatif/ privatif  + radical

L’adjectif : effroi / able = radical + suffixe (en prime « able » = capable de susciter l’effroi)

11-

a – proposition subordonnée consécutive

b- dans un sens ou dans l’autre :

ses dents se serraient fort, donc sa mâchoire lui faisait (donc) mal

sa mâchoire lui faisait mal car ses dents se serraient fort

On n’acceptera pas « et »

12-

a- La réponse indique en tous cas qu’il n’a pas perçu l’intention méprisante du surnom et qu’il est tout prêt à manifester sa fierté de fils à l’égard de son père : une filiation qu’il se plaît à souligner.

b- Le surnom va désormais sonner douloureusement pour lui : comme un rappel de ses origines et comme une menace sur l’avenir familial …

Réécriture :

Des murailles s’étaient subitement dressées, des murailles qui l’encerclaient, étouffaient ses cris, des murailles sur lesquelles, allait se cogner le moindre argument qu’il tentait de formuler

On enlèvera 0,5 point par item : 8 x 0,5 = 4 pts  + 0,5 pt par erreur de copie

Dictée

Barême habituel :

– fautes syntaxiques

– fautes d’usage

– fautes d’accent ou autres peccadilles

CRITERES DE CORRECTION REDACTION

barême
A – Introduction de présentation minimale . + 1 (bonus)
B – 2 parties dont le contenu correspond à ce qui est demandé dans le sujet 1 pt si 2 parties
C 1° partie : au moins 2 raisons qui expliquent l’attitude des parents de Julien 2 pts
D 2° Discussion à partir d’exemples concrets (au moins deux) : « toute vérité est-elle bonne à dire ? » (on ne peut pas attendre une discussion contradictoire. On acceptera donc deux exemples autour de « oui » et deux exemples autour de « non ».) : Intérêt et pertinence des exemples 3 pts
E – Texte explicatif et argumentatif : sont HS les devoirs uniquement narratifs. 2 pts
F Emploi correct et pertinent des connecteurs logiques utilisés : on n’exigera pas de connecteurs complexes (autres que mais, et, puis, car, donc) ou de relations logiques complexes (concession par ex) mais on valorisera les travaux qui manient le plus grand nombre et la plus grande variété de connecteurs correctement) 3
G Correction de la langue :
*syntaxe : construction de la phrase complexe ; reprises nominales et pronominales ;

*emploi correct des temps et des modes ; correction des conjugaisons

*orthographe : lexicale – grammaticale (accords dans le GN, dans le GV ; homophones…)

*vocabulaire : varié, adéquat…

4
H – On ne peut exiger de conclusion. (Mais on valorise si elle existe) + 1 (bonus)
I Copie HS notée sur 5 comme au brevet. Moins 10 pts
J Tout travail qui témoigne d’une réelle réflexion, de sensibilité et d’intérêt pour le sujet sera valorisé. + 1 (bonus)
Comments Off on Brevet blanc 2010 et son corrigé

Consignes pour le livre-objet sur la poésie engagée

FRANCAIS

Consignes pour le mercredi 10/03/10

Réaliser une anthologie sous forme de livre-objet

  • Le livre-objet est une transfiguration de la lecture. Les mots se métamorphosent, devenus visibles, ils se matérialisent: en rythmes, en jeux graphiques, en images, en objets réels et établissent une nouvelle émotion au « lecteur ». Cet objet est à la frontière du livre et de la sculpture. (Valérie Loiseau, plasticienne)

  • Objet typographique et/ou plastique formé d’éléments de nature et d’agencement variés. (Dictionnaire Larousse)

Fil conducteur : la poésie engagée

  • Un rapport doit exister entre le fil conducteur et la présentation/illustration du livre objet (lien images / illustrations / formes / textes).
    Vous pouvez faire preuve d’originalité, de personnalité.

1. Choisissez 6 à 10 poèmes. Vous pouvez inclure un poème écrit par vous.

2. Ajoutez une ou deux chansons engagées contemporaine.

  • Chaque poème doit être accompagné d’un petit texte attirant l’attention sur un aspect du poème, un élément de la vie de l’auteur qui éclaire le poème, une appréciation personnelle… (au choix).

  • N’oubliez pas le titre du poème ;

  • Le titre du recueil d’où vient le poème (à ne pas confondre avec le titre du livre où vous avez trouvé le poème).

  • le nom de l’auteur du poème (pas forcément du livre…)

  • la date d’écriture (du poème, pas du livre…)

3. Joignez à votre livre-objet un texte expliquant votre démarche : choix des formes, des couleurs, des textes, de la disposition, but visé, intentions …

Comments Off on Consignes pour le livre-objet sur la poésie engagée