JOURS APRES JOURS

Prouve ta jeunesse par ta curiosité et ton désir! Exige l'inaccessible ! (V.Cespèdes)

5e-Grammaire : la proposition subordonnée conjonctive

on 15 mars 2010

Remarque :

Avant d’aborder ce cours, il faut savoir :

> Ce qu’est une phrase simple, une phrase complexe, une proposition.
> Etre capable de repérer comment plusieurs propositions sont reliées entre elles : par juxtaposition, par coordination, ou par subordination.

Il y a deux manières de subordonner une proposition à une autre :

– en utilisant une conjonction de subordination (la proposition subordonnées est conjonctive)

– en utilisant un pronom relatif (la proposition subordonnée est relative).

Quand on sait reconnaître les subordonnées conjonctives et relatives, on peut essayer d’identifier leur fonction grammaticale dans la phrase.

LA PROPOSITION SUBORDONNEE CONJONCTIVE

Travail à partir de phrases extraites de Gargantua, Rabelais

Phrases à étudier :

  1. Il employait son temps de telle sorte qu’il s’éveillait habituellement entre huit et neuf heures.

  2. Ses précepteurs disaient que se peigner, se laver et se nettoyer autrement c’était perdre son temps en ce monde.

  3. Ponocrates lui faisait observer qu’il ne devait en engouffrer tant juste au sortir du lit.

  4. Gargantua répondit que ses premiers maîtres l’y avaient habitué, disant que le déjeuner donnait bonne mémoire.

  5. Maître Thubal disait que ce n’est pas le tout de courir bien vite, et qu’il vaut mieux partir de bonne heure.

  1. Identifiez les différentes propositions, avec deux couleurs différentes (mettez-les entre crochets).

  2. Par quel mot sont-elles reliées entre elles ? Entoure-le mot qui les relie.

  3. Certaines propositions peuvent-elles être supprimées ou déplacées ? Justifiez votre réponse.

  4. Quelle est leur fonction grammaticale ?

Exercices I :

  1. Dites si les phrases suivantes sont des phrases simples ou des phrases complexes.

  2. Dans le cas des phrases complexes, précisez si les propositions sont juxtaposées (J), coordonnées (C) ou subordonnées (S).

  3. Justifiez votre réponse.

  1. Dès les premiers jours de décembre, l’hiver s’était installé sur la montagne.

  2. Dès qu’on s’élève sur les collines rocheuses, les cyprès apparaissent.

  3. Je n’ai rencontré votre frère qu’une fois, l’an dernier.

  4. La Bretagne vient de subir une des plus violentes tempêtes qu’elle ait jamais connues.

  5. Que d’embouteillages dans le centre ville le samedi après-midi !

  6. Dans quelques jours, cette petite blessure ne sera plus qu’un mauvais souvenir.
    J’avoue que j’hésitai longtemps à lui annoncer mon départ.

  7. Mon père était si énervé qu’il ne pouvait s’employer à aucun travail continu.

  8. Je regrette qu’il soit parti brusquement.

  9. Dès huit heures, les clients attendent que le supermarché ouvre ses portes.

  10. Je t’annonce que mon fils se marie cet été.

Ecriture : Dans certains cas, on peut remplacer une proposition subordonnée conjonctive par une proposition infinitive (c’est-à-dire dont le verbe est à l’infinitif) ou un groupe nominal :

Exemple :

J’ai l’impression qu’on m’a trompé => j’ai l’impression d’avoir été trompé.

Reconnais que tu es imprudent => reconnais ton imprudence.

Mais attention, ce n’est pas toujours possible !

J’ai l’impression que tu t’enfonces => *j’ai l’impression de t’enfoncer.*

=> La deuxième phrase n’a pas du tout le même sens que la première !…

Exercice II :

  1. Souligne la proposition subordonnée conjonctive

  2. et remplace-la par une proposition infinitive ou un groupe nominal de même sens, quand c’est possible.

  3. Qu’est-ce qui rend impossible la transformation dans certains cas ? Explique.

  1. J’attends que tu sois prêt.

  2. Nous démontrerons que ces deux angles sont égaux.

  3. J’attends que le guichet ouvre depuis plus de vingt minutes.

  4. Je regrette que nos trois meilleurs joueurs soient absents.

  5. J’estime que je travaille assez en ce moment.

  6. J’estime que tu travailles assez en ce moment.

  7. On dit qu’il a dérapé sur le verglas.

  8. Pascal dit qu’il a dérapé sur le verglas.

  9. J’espérais que je pourrais partir par le premier train.

  10. Mon frère espérait que nous pourrions partir par le premier train.


Comments are closed.