JOURS APRES JOURS

Prouve ta jeunesse par ta curiosité et ton désir! Exige l'inaccessible ! (V.Cespèdes)

Brevet blanc 2010 et son corrigé

on 1 mars 2010

BREVET   BLANC

Epreuve de français

Première partie :

Questions  et  Réécriture suivie de la dictée

Collège les Perrières

Jeudi 11 février 2010

Attention :

Après les deux parties des épreuves de français, chaque élève veillera à emporter et à conserver le sujet qui servira pour la correction


« Chocolat »

« Pourquoi vous surnomme-t-on Chocolat? »

Julien allait répondre que c’était parce que son père possédait la plus grosse chocolaterie de la région quand Vairon le devança :

« C’est parce que son père l’a ramené du Brésil dans une cargaison de chocolat ».

Julien haussa les épaules avec agacement en croyant à une blague. C’est alors que Vairon ajouta :

« C’est un enfant adopté, un petit Brésilien, miséreux qu’on a trouvé en creusant la terre pour extraire le chocolat »

Le professeur entreprit d’expliquer que le chocolat ne se trouvait pas dans la terre mais Julien n’écoutait plus. Sans savoir pourquoi, il venait d’avoir l’affreuse révélation que les paroles de Vairon n’étaient pas des mots en l’air. Il aurait dû protester, hurler son indignation. Il n’y parvenait pas. Un mur s’était subitement dressé, un mur qui l’encerclait, étouffait ses cris, un mur sur lequel allait se cogner le moindre argument qu’il tentait de formuler. Et, comme un boomerang, il lui revenait en plein cœur, lui provoquant d’affreuses blessures.

Le professeur continuait à parler, sans se rendre compte de rien. Julien avait l’impression de ne plus exister, l’impression que tout ce qu’il voyait autour de lui n’était qu’illusion. La sueur commença à lui perler au front. Il se sentit mal, très mal. Sa vue se brouilla.

« M’sieur, cria une voix, y a Julien qui est tombé dans les pommes! »

Quand Julien reprit conscience, il se sentait plein d’un désespoir effroyable (…)

« Adopté ». C’est ce qu’avait dit Vairon. « Petit Brésilien miséreux »

Ses dents se serraient si fort que sa mâchoire lui faisait mal. Il était en train de se rappeler que pour fêter son dixième anniversaire, il avait voulu se déguiser en Indien et qu’en se regardant dans la glace, pour appliquer ses peintures de guerre, il avait remarqué pour la première fois cette évidence: son teint était foncé, bien différent de celui de ses parents.

Une main se posa sur son front. Il ne bougea pas.

Il y avait eu cette autre chose …cette phrase terrible qui avait frappé son oreille et dont il comprenait le sens aujourd’hui. Deux ouvrières de la fabrique avaient dit sans remarquer sa présence :

« Maintenant qu’il y a un bébé chez le patron, le Julien, il a intérêt à bien se tenir »

– Quand même, avait répondu l’autre, ils ne peuvent pas le virer comme ça! »

Sur le moment, ça lui avait fait un effet terrible et il s’était persuadé qu’il avait mal entendu. Pourquoi, soudain, ses parents lui auraient-ils préféré sa petite sœur Agnès? A présent, il comprenait.

Evelyne Brisou-Pellen, Deux grains de cacao, Hachette jeunesse, 2001

QUESTIONS  (15 points)

Attention : toute réponse non rédigée ne sera pas évaluée

I- La situation (5,5 points)

1- Dans quel lieu la scène se déroule-t-elle? Justifiez votre réponse                                (0,5 pt)

2- « Pourquoi vous surnomme-t-on Chocolat? » (ligne1) :

a) Qui est désigné, dans cette phrase, par le terme « Chocolat »?                                  (0,5 pt)

b) Qui le désigne ainsi dans la phrase? Donnez la nature grammaticale (ou l’identité ou la classe) du terme relevé                                                                                                      (0,5pt)

c) Donnez la nature et la fonction de « Chocolat » (1pt)

d) Dans quelle(s) intention(s) ce surnom a-t-il été choisi?                                               (1pt)

3- Lignes 7 et 8

a) Relevez les trois adjectifs qualificatifs qui caractérisent Julien                                 (0,5 pt)

b) Dans la même phrase, relevez une autre expansion du nom « Brésilien » et indiquez quelle sa nature grammaticale                                                                                                      (0,5 pt)

c) Quels sentiments à l’égard de Julien, Vairon laisse-t-il percer dans sa réponse?          (1pt)

II- La révélation (4,5 points)

4- A partir de la ligne 20, comment Julien découvre-t-il peu à peu la vérité?                  (0,5 pt)

5- « Il avait voulu se déguiser …. et il avait remarqué » (lignes 22 et 23): quel temps est ici employé? Justifiez son emploi                                                                                              (1pt)

6- Ligne 25 : quel temps est ici employé ? Justifiez son emploi                                           (1pt)

7- Lignes 29 et 30 :

a) Qu’y a-t-il de « terrible » pour Julien dans les propos tenus par les deux ouvrières et rapportés directement?                                                                                                               (1pt)

b) Quel en est le niveau de langue? Justifiez votre réponse                                               (1pt)

III- Les réactions de Julien (5 pts)

8-  Lignes 11 à 14 : relevez et nommez les deux figures de style différentes employées par l’auteur pour mettre en évidence, dans ce passage, le choc émotionnel vécu par Julien     (1 pt)

9- Lignes 15 à 17 : par quels différents procédés d’écriture est annoncée la perte de connaissance?                                                                                                                                    (1pt)

10- Dans l’expression « un désespoir effroyable » (ligne 19), expliquez la formation du nom et de l’adjectif, en expliquant le sens des différents éléments qui entrent dans leur composition

(1 pt)

11- « si fort …. que sa mâchoire lui faisait mal » (ligne21) :

a) Quelle est la nature de cette proposition?                                                                  (0,5 pt)

b) Réécrivez la phrase entière, sans en modifier le sens mais en utilisant la coordination

(0,5 pt)

12- Revenez à la première ligne du récit : quel(s) sentiment(s) exprime la réponse que voulait faire Julien?                                                                                                                       (0,5 pt)

Quelle résonnance aura désormais pour lui son surnom?                                            (0,5 pt)

REECRITURE (5 pts)

Réécrivez le passage du texte : « un mur … formuler «  (lignes 12 et 13), en remplaçant « un mur » par « des murailles » et en apportant toutes les modifications nécessaires.

DICTEE (5 pts )

Ne marquer que les liaisons soulignées

Le nom de l’auteur et le titre du livre seront écrits au tableau

Hélas! Les mots mettent trop longtemps à cicatriser. C’est ainsi que les ponts ont été coupés et qu’à cause de cette brouille, tu n’as guère entendu parler de tes grands-parents maternels. A chaque fois, le courage nous a manqué de répondre à des questions que tu ne nous posais pas… Mais comment faire marche arrière? Et puis, tu étais à Paris pour suivre ton chemin. Ce n’était pas vraiment le moment de réveiller tous ces chagrins.

Max Jeanne, Brisants


REDACTION (15 pts)

Sujet

Les parents adoptifs de Julien ne lui ont pas dit la vérité sur ses origines.

Dans une première partie, vous exposerez les raisons de cette attitude.

Dans une deuxième partie, vous vous demanderez si toute vérité est toujours bonne à dire, en appuyant votre réflexion sur des exemples précis.

Consignes

Vous écrirez au moins une trentaine de lignes.

Il sera tenu compte, dans l’évaluation, de votre capacité à mener une réflexion convaincante quelles que soient vos idées sur la question, ainsi que de la qualité de l’expression.

CORRIGE : Questions

I – La situation

1- à l’école < « le professeur » (l.9)

2-

a- Julien

b- « on » : pronom personnel

c– nom propre / attribut de l’objet : on acceptera « attribut » seul qui a le mérite d’avoir vu le lien attributif mais on ne pourra pas accepter « attribut du sujet »

d- une intention dévalorisante, moqueuse, réductrice … qui stigmatise la couleur de la peau et la bonhommie souriante : cf. Y’a bon, Banania

3-

a– « adopté », « petit », miséreux » : il faut les 3 sinon zéro

b– « qu’on a trouvé en creusant la terre pour extraire le chocolat » : proposition subordonnée relative

c– mépris … peut-être teinté d’un peu de pitié et …. du plaisir de rabaisser celui qui doit jouir du statut de « fils du patron »

II – La situation

4- A partir de deux souvenirs qui lui reviennent successivement en mémoire : le souvenir d’une scène vécue et d’une conversation entendue

5– plus-que-parfait = antériorité ou toute façon de nommer ce qui s’est passé avant cette scène

6– passé simple = temps du passé + temps de la brièveté de l’action évoquée « se posa » + suggestion de sa douleur figée, nouée mais on se contentera de moins évidemment

7-

a- Terrifiante menace : celle d’être renvoyé, congédié, expulsé …

b- Niveau de langue familier : le vocabulaire (le patron, le Julien, le virer), les tournures (ils, comme ça) et le ton un peu revanchard et vachard

III- Les réactions

8 – On attend : la métaphore (le mur),  la comparaison (comme un boomerang) et/ou la répétition martelée

9- La négation répétée : sans se rendre compte de rien/ ne plus exister / n’était qu’illusion

L’accélération du rythme dans la succession des phrases, d’abord longues et brumeuses puis de + en + courtes

L’évocation des symptômes physiques du malaise : la sueur et le flou visuel

10- Le nom : dés / espoir = préfixe négatif/ privatif  + radical

L’adjectif : effroi / able = radical + suffixe (en prime « able » = capable de susciter l’effroi)

11-

a – proposition subordonnée consécutive

b- dans un sens ou dans l’autre :

ses dents se serraient fort, donc sa mâchoire lui faisait (donc) mal

sa mâchoire lui faisait mal car ses dents se serraient fort

On n’acceptera pas « et »

12-

a- La réponse indique en tous cas qu’il n’a pas perçu l’intention méprisante du surnom et qu’il est tout prêt à manifester sa fierté de fils à l’égard de son père : une filiation qu’il se plaît à souligner.

b- Le surnom va désormais sonner douloureusement pour lui : comme un rappel de ses origines et comme une menace sur l’avenir familial …

Réécriture :

Des murailles s’étaient subitement dressées, des murailles qui l’encerclaient, étouffaient ses cris, des murailles sur lesquelles, allait se cogner le moindre argument qu’il tentait de formuler

On enlèvera 0,5 point par item : 8 x 0,5 = 4 pts  + 0,5 pt par erreur de copie

Dictée

Barême habituel :

– fautes syntaxiques

– fautes d’usage

– fautes d’accent ou autres peccadilles

CRITERES DE CORRECTION REDACTION

barême
A – Introduction de présentation minimale . + 1 (bonus)
B – 2 parties dont le contenu correspond à ce qui est demandé dans le sujet 1 pt si 2 parties
C 1° partie : au moins 2 raisons qui expliquent l’attitude des parents de Julien 2 pts
D 2° Discussion à partir d’exemples concrets (au moins deux) : « toute vérité est-elle bonne à dire ? » (on ne peut pas attendre une discussion contradictoire. On acceptera donc deux exemples autour de « oui » et deux exemples autour de « non ».) : Intérêt et pertinence des exemples 3 pts
E – Texte explicatif et argumentatif : sont HS les devoirs uniquement narratifs. 2 pts
F Emploi correct et pertinent des connecteurs logiques utilisés : on n’exigera pas de connecteurs complexes (autres que mais, et, puis, car, donc) ou de relations logiques complexes (concession par ex) mais on valorisera les travaux qui manient le plus grand nombre et la plus grande variété de connecteurs correctement) 3
G Correction de la langue :
*syntaxe : construction de la phrase complexe ; reprises nominales et pronominales ;

*emploi correct des temps et des modes ; correction des conjugaisons

*orthographe : lexicale – grammaticale (accords dans le GN, dans le GV ; homophones…)

*vocabulaire : varié, adéquat…

4
H – On ne peut exiger de conclusion. (Mais on valorise si elle existe) + 1 (bonus)
I Copie HS notée sur 5 comme au brevet. Moins 10 pts
J Tout travail qui témoigne d’une réelle réflexion, de sensibilité et d’intérêt pour le sujet sera valorisé. + 1 (bonus)

Comments are closed.