J’ai trop à dire c’est pourquoi je n’écris rien (Stendhal)

25 05 2008

Proposition d’atelier d’écriture d’après Le Nouveau Magasin d’écriture, Haddad

J’ai trop à écrire, c’est pourquoi je n’écris rien
Ca vous arrive ?
Comme le début d’un livre où les idées sont aussi pleines que les pages blanches.
Ou comme le début d’une lettre… pour quelqu’un que vous ne voyez pas depuis une éternité. Comment peut-on raconter une vie sur un bout de papier ?
Le début c’est toujours le plus compliqué.
Mon stylo tremble, mes yeux sont pleins d’images, les mots défilent dans ma tête…
Est-ce peut être le manque d’inspiration ?

Ou

Est-ce l’inspiration même ?

Sué Davanture

 

J’ai trop à écrire, c’est pourquoi je n’écris rien. Je laisserai une Page Blanche, mais couverte d’Ecritures inutiles. En bref, c’est comme si je n’avais rien écrit. Mais je n’aurai pas la Conscience tranquille si le Vide était total. Alors, je remplis, je remplis, je remplis. Je remplis de Choses qui n’intéressent personne, même pas Moi, ce qui me fait dévier de mon Idée de Départ. De mes Idées. Il y en avait tellement ! C’est pour ça que je ne les ai pas écrites. Comment les organiser, les faire coïncider entre elles. Alors j’en suis arrivé à ce Stade là : Ecrire pour ne rien dire, mais Ecrire quand même.

Clarisse

J’ai trop à écrire, c’est pourquoi je n’écris rien. Mais je vais essayer d’écrire. Par où commencer? Je n’en sais rien. Je ne sais pas.

J’ai trop à écrire.

Bon, allez, je me lance… C’est bien beau de dire ça mais… pour parler de quoi? De l’amour? De l’amitié, de l’amour, de la peur, de la joie, de la tristesse ou de moi, de toi, de nous?

J’ai tellement de choses à dire, à exprimer, à faire comprendre et à faire ressentir… As-tu une idée, toi? Aide-moi. De quoi veux-tu que je te parle? Si je dis les mots « Je t’aime » et « Je ne t’oublie pas » ça ne suffit pas, n’est-ce pas? J’en étais sûre. Non.

J’écris sans rien dire, car oui, si tu m’avais écoutée depuis le début, tu aurais compris. J’ai dit que j’allais essayer d’écrire. Je n’ai jamais dit que j’allais essayer de dire quelque chose.

Pari tenu.

Coraline Mélennec 3e2

J’ai trop à écrire, c’est pourquoi je n’écris rien.Je ne sais plus où j’en suis , je n’ai plus très envie de sourire ni même de pleurer .On pourrait me demander ce qu’il m’arrive , je ne saurais pas répondre parce que je ne sais pas ou … Je ne sais plus.

Et puis , après tout , pourquoi est-ce que j’écris ? Pour me libérer , m’exprimer . La vérité est que je n’en peux plus …On pourra dire que je suis trop jeune pour dire ce genre de choses ou encore que c’est une simple crise d’adolescence , peut être , je ne sais pas ou … Je ne sais plus. Je me sens fragile , vulnérable, je ne sais plus de quelle manière ressentir et regarder le monde où je vis. Les questions fusent dans ma tête et je m’y perds ; je ne sais pas de quoi je veux parler j’ai juste envie d’écrire peut-être pour ne rien dire. Parfois j’aimerais tout simplement être invisible, invisible comme les larmes du soleil , la lumière de la lune, la chaleur de la glace, la Froideur du feu, les sentiments d’une pierre, l’insensibilité d’un cœur. Ce que tu lis ne t’avancera pas beaucoup dans la vie , il ne t’aidera pas non plus . Ce texte n’est pas important , en effet il n’est rien. Mais toi sauras- tu voir le tout dans ce rien ? Car si l’œil est imparfait le cœur lui l’est sûrement moins.

Flavia Sanches

J’ai trop à écrire, c’est pourquoi je n’écris rien. Inlassablement, je pense à tout ce que je pourrais écrire. Toutes ces histoires du monde qui m’entourent, que moi-même je ne connaîtrai jamais. Il suffit de sortir d’un immeuble pour avoir quelque chose en tête à conter à celui, qui, avec plaisir, me prêterait gentiment son attention. Une infinité de « choses » à raconter et à écrire. Je pense à ce qui pourrait exister là où même mon imagination n’a jamais mis les pieds : sur Terre et plus! S’il existe « quelque chose » à raconter dans l’espace à moins que ou si seulement le NEANT y demeure. De ma propre existence, je ne pourrais pas toutes vous en faire part car je ne sais quand mon âme m’échappera et si je voulais les écrire, le papier me manquerait un jour de toute façon.

Ilham Menioui 3ème 2

J’ai trop à écrire, c’est pourquoi je n’écris rien. Et donc je vais commencer à vous raconter ma vie. En commençant par mes voyages. Pendant les vacances d’été 2002, je suis allée, avec ma famille, en Afrique. On était exactement au Sénégal, dans la capitale qui est Dakar. Et comme je vous l’ai déjà dit, j’ai tellement à écrire que je vais m’arrêter là car je ne sais plus quoi écrire.

Fatoumata Koné