Théâtre : langage et communication

Projet théâtre 4ème 2

Descriptif du projet

Le travail de cette année s’effectuera en compagnie de Xavier-Valéry Gauthier, comédien du théâtre du Lierre, et des professeur de lettres et d’espagnol du collège. 22 séances de  2 heures, dont une douzaine de séances avec l’artiste, sont prévues afin de permettre aux élèves d’interroger et d’expérimenter leur rapport  à l’autre, au monde,  mais également à eux-mêmes.

La thématique s’orientera autour de l’axe « Langage et communication »

L’essentiel sera porté davantage sur la démarche que sur le résultat, sur la perception de ce qui s’engage dans le corps lorsqu’il est en interaction avec l’Autre, un Autre polymorphe aux visages d’être humain, d’émotion inconnue,  de langage incompréhensible, d’univers lointains et peu familiers, ou parfois même, un autre Soi-même.

Développer l’écoute, l’attention, la présence au monde, accepter d’être là, simplement, être posé sur le sol, dans toute l’intensité de son être, sa fragilité, sa sensibilité, sa sensualité, son émotivité, c’est ce qui caractérise cette aventure que les élèves vont mener afin d’atteindre une forme de confiance en eux,  une solidité, une stabilité en ce moment difficile qu’est l’adolescence, où parfois tant de repères s’érodent.

Comment à la fois acquérir cette sécurité intérieure  et s’ouvrir à l’autre, au sensible, parfois dans toute sa fragilité? Comment apprendre la confiance en soi, accepter l’imprévu et se détacher peu à peu de ses béquilles, de ce qui rassure ? Comment se rassembler, s’unifier, faire monde pour être dans le monde ?

C’est un travail lent, parfois difficile, tant les clichés concernant le théâtre sont impérieux ; c’est le travail d’une année aboutissant à une restitution finale, une « petite forme théâtrale »

Le travail s’articulera au moyen de différents supports  et sera mis en relation avec une recherche sur la poétique du corps. Le développement de l’imaginaire sera un point essentiel du projet. L’accession aux fondements techniques s’effectuera par l’intermédiaire de la fantaisie, et d’un travail sur le langage comme matière d’autre part. Une grande part de la matière vocale sera en espagnol, par l’intermédiaire de chants ou de poésie. Interroger sa propre langue, réfléchir, éprouver les rapports entre langue et pensée,  entre langue et culture.  Il s’agit par là de sensibiliser les élèves à la musique, au phrasé, au rythme, aux mots d’une autre langue, de proposer des interprétations, de les confronter, de les abandonner, d’en trouver d’autres, de se renouveler, d’accepter l’erreur, de comprendre le subjectif. Le langage deviendra prétexte à un jeu avec les mots, familiers ou inconnus.

On pourra également explorer les multiples ressources du dialogue. L’oralité deviendra un vecteur de l’écriture : la continuité d’une saynète improvisée, les multiples variations autour d’un texte, les palimpsestes de fragments classiques, les plagiats constitueront des approches variées pour entrer en écriture. Dans un mouvement inverse, certains types de textes  -les poésies par exemple- pourront fournir le support d’un travail sur la voix, la langue. Les élèves seront ainsi confrontés à deux questions fondamentales :  Comment écrire l’oralité ? Comment oraliser l’écriture ?

Au final, il sera question d’un voyage en terre inconnue,  d’une découverte intérieure et extérieure, dans une perspective d’ouverture au sensible.

Carnet de bord?


Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire