Génome à l’école

  2011-2017:

OPÉRATION GÉNOME A L’ÉCOLE


UN PIED DANS LA RECHERCHE

en classe de  STL Biotech

consulter l’état des recherches ( mise à jour le 16 Avril 2017)

Qu’est ce que l’Opération Génome ?

C’est un partenariat avec l’École de l’ADN, le centre national de séquençage (Genoscope), l’unité de recherche en génomique végétale, l’INRA d’Orléans (unité amélioration, génétique et physiologie forestières) et le conservatoire national de la biodiversité forestière, sur une proposition de l’inspection générale des sciences de la Vie et de la Terre.

Une action d’équipement menée par  »Science à l’école » pilotée par l’Observatoire de Paris.

Au niveau national, 14 projets dont le notre ont été sélectionnés sur dossier par une commission scientifique.

Les objectifs :

permettre à des élèves du secondaire d’accéder à un projet de recherche et de mettre en œuvre des techniques de pointes dans le cadre d’une vraie étude scientifique.

Le projet :

Il s’étalera sur au moins deux  années scolaires ( un thème par année) et commence à la rentrée 2011 et concerne les élèves de la classe de Sciences et Technologies de Laboratoire de Biotechnologies.

L’équipement professionnel prêté par l’Observatoire de Paris permettra:

– d’extraire l’ADN

– d’amplifier des séquences d’ADN choisies

– de visualiser les fragments produits avant leur envoi au génoscope pour séquençage

– d’exploiter les résultats des séquençages par informatique pour traiter une problématique environnementale sur la biodiversité.


En savoir plus sur les thèmes ….


Les thèmes :

thème 1 : le peuplier noir

consulter l’état des recherches (25 janvier 2014)

cet arbre est rare dans notre région. Dans le cadre de sa recherche sur le peuplement de cette essence, l’INRA est intéressé par la façon dont cet arbre a établi sa population dans la trouée de Belfort, entre bassin de Rhône et bassin du Rhin.  C’est dans ce cadre de recherche que nous prélèverons des  échantillons cet automne pour en extraire l’ADN, l’amplifier puis l’envoyer à séquencer au génoscope. Cette étude vise à répondre à deux questions:

– dans une population très dispersée, comment se passe la reproduction  (recherche de paternité)

– ces arbres sont-ils menacés dans notre région et comment sont-ils parvenus dans la trouée de Belfort?

Je suis toujours en cours de recherche de  peupliers noirs…toute aide sera la bienvenue !

Attention: à ne pas confondre avec le peuplier de culture !...faites connaissance !

Si vous en voyez…laissez un commentaire à l’article !

 

Thème 2 : les variétés anciennes de pommier dans le canton de     Chatenois les Forges et environs

Le génome du pommier vient d’être séquencé (octrobre 2010). Nous profiterons de cette découverte récente pour participer à l’étude génomique de variétés anciennes de pommiers, en dégager l’intérêt et les préserver.

Beaucoup de pommiers anciens disparaissent en ce moment ( vieillesse, manque d’entretien, urbanisation…)

La plupart avaient été plantés ou greffés dans la première moitié du XX ème siècle par les paysans ouvriers travaillant à l’usine…et à la ferme !

L’entraide amenait au partage des variétés entre voisins plus ou moins proches.

Par l’étude génomique, nous essaierons de retracer une partie de cette histoire et chercherons à préserver les variétés les plus menacées (plantation ou greffe).

Ce projet sera mené en partenariat avec l’association  »les croqueurs de pommes ».

Une production de cidre y sera associée.

Pour tous les  élèves connaissant des pommiers anciens sur cette zone: contactez moi en laissant une remarque à cet article et une adresse email (si je ne la possède pas encore).

 

Ce projet a pris énormément de retard pour des raisons multiples ( maladies , problèmes de communications, problèmes techniques…).

Les techniques que nous avons mises en œuvre au lycée ne nous permettent pas encore de produire des amplicons de minisatellites à envoyer à la plateforme de projet Corepom à Clermont. 

Les probabilités d’aboutissement sont faibles à ce jour ( Avril 2017) 

 

Thème 3 : les microorganismes des bassins de rétention de l’autoroute A36

Les toutes nouvelles techniques de séquençage d’ADN donnent accès à des microorganismes inconnus à ce jour car non cultivables. C’est alors leur ADN que l’on met en évidence (métagénomique) .

Les bassins de rétention d’eau mis en place le long de l’A36 lors des travaux d’élargissement doivent permettre la rétention mais aussi une certaine dépollution.

Nous prélèverons l’eau de bassins différents au niveau de la charge de pollution et rechercherons des différences dans les populations de microorganismes. Une étude parallèle par méthode classique de la microbiologie sera menée au laboratoire.

Prolongement possible: sélection d’une bactérie pouvant traiter certains de nos déchets de laboratoire…

2 réponses à “Génome à l’école”

23 06 2011
YouLab (13:04:27) :

Très bonne initiative pédagogique! je suis un peu vieux mais à l’époque cela m’aurait vraiment tenté!

28 10 2014
leajuillard (10:43:37) :

Bonjour, je me demandais ou en était le projet génome ?

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire