in réékritir Fourcade

Réékritir : dialog rant zoréy – kréol, Fourcade la ékri

i sort dann Z’histoires la Case.

Lo zoréy . – Pourriez-vous m’indiquer où se trouve la rue du 20 décembre ?

Lo kréol . –(i tir son kaskèt) ou rod la ru 20 désanm !lé pa terla séf alé térba koté la gar.

Lo zoréy . – qu’est ce que vous dites ? expliquez vous mieux.

Lo kréol . –(pou li) atann ma mont ali ma parti lékol .  Je vous dis ,monsieur, que la rue du 20 décembre n’est pas ici. Après le rond point,  vous prenez la deuxième sortie puis vous longez la rue   enfin vous tournez à gauche.

Le zorey : – Mais vous parlez français !

Lo kréol : – Mi koz kréol et je parle aussi français comme vous monsieur ! Ne suis-je pas dans un pays français !?

Lo zoréy : – ( li bégéy, li grat la tèt) Euh… je croyais que … euh… enfin, voilà, je suis venu visiter votre pays ! et on m’a signalé comme curiosité, la rue du 20 décembre. C’est  pourquoi je cherche quelqu’un pour m’y conduire.

Le kréol : –  Békali ! akoz bana la pa anvoiy ou  pou 20 désanm véy do lo la dars. Té,  paréy ou pran amoin pou in min tor non ?

Lo zoréy : – Exactement,  oui oui oui ! j’aurai besoin d’un mentor . Et puis , je paierai vos peines .

lo kréol :- té mounoir ! pou kisa ou pran amoin don ? in békér d’klé. Mi manz pa manzé koson moin.

Lo zoréy :- mais enfin, pourquoi ?

Lo kréol :- parce que , je ne suis pas celui que vous croyez.

Lo zoréy : Non écoutez, je vous en prie, ne vous fâchez pas. Continuez donc à parler votre langage , qui je crois , n’est pas difficile à comprendre. Ce langage et doux à l’oreille , comme le bourdonnement des abeilles . Maintenant, dîtes , il y a une grammaire du créole ?

Lo kréol : Si ou vé , moin va réponn aou an kréol, le kréol sé in lang lib soman  :

Pou bien koz kréol

Ou la bezoin alé lékol

é pou ét in kréol zéro défo

I fo koz ali konm i fo

Lo zoréy: Ah! Vous faîtes des vers . Ce  sont des vers libres ?

Lo kréol : lib si ou vé ! konm nout lang minm ! néna in ta demoun i ésay koz kréol , sa la pa kréol soman ! sé in kréol makot ! Pou konpran kosa i lé l’kréol, i fo  konét lo péi.

Lo zoréy : Je voudrais écrire un livre sur votre île, qui est citée, comme étant la huitième merveille du monde.

Lo kréol : Solman huitième ! pfff !!!! Soman i vo plis , in ! si ou sava dann 2 – 3 zour la, mi oi pa sat ou va gingn di dann out liv. .. apark si ou rakont « zistoir la bouzi dann tinél »

Lo zoréy : Comme , je dois visiter Salazie, Mafate, Cilaos et la Plaine des Cafres, je parlerai de montagnes… et de vos femmes. J’ai l’intention d’écrire un beau livre sur votre joli pays.

Lo Kréol : pou sa minm ou ve alé la ru vin désanm an promié. Na poin rienk sa pou alé gardé. I fo pa baz rienk la dési , i fo bat karé partou pour oir nout viré tourné , sinonsa ou va di ninportkosa si nou.  Ou koné terla soléy lé sho, é nout zamal i lév vitman.

Le zorey : vous m’intéressez ; vous semblez être un garçon intelligent. Puisque vous parlez si bien le créole, laissez-moi vous demander quelques renseignements sur des idiomes créoles( ou expression créole), que j’ai relevés dans des livres.

Le kréol : anvoyé,  larg out kozé , mi ékout.

Lo zoréy( li rouv son ti karné, épisali lir) : J’ai relevé dans un livre, cette expression créole «  larguez-moi » Est ce ainsi qu’il faut dire

Lo kréol : Non  ( gatér)  , out manièr kozé sé set mi apel  kréol maron . Di plito an bon kréol  «  larg amoin ». Sé koma i koz tér la.

Lo zoréy : Laissez moi prendre des notes, sur mon carnet de voyage. J’ai entendu également des créoles d’ici dire par exemple : mi la dit avou son esprit de raison a viré »

Lo kréol : la fason ou i koz sé in fransé makot. Ala koman i di : moin la di aou son lespri la saviré. Néna kréol , akoz zot la parti gran lékol an frans , i fé lo moun i koz pi zot lang, la oubli zot  péi épisa zot i koné pi kosa i lé brinzél ( aubergines) ; sa pou zot fé lintérésan !

Lo zoréy :  je suis en train de m’ habituer à votre langage qui est très compréhensible et très imagé.

Lo kréol : sat ou lapou di , lé vré, konm ou yinm nout zoli kozé, alors ou yinm anou. Konm ou voi la minm , mi gingn koz fransé, mé kan i fo koz ék mon zézér , mi koz rienk kréol.

Lo zoréy : Qu’esut-ce que le zézér ?

Lo kréol : Lo zézér sé lo fanm,  sé le moun ou yinm é mon zézér, i apél amoin nénér.

Lo zoréy : comme c’est joli à entendre ! et comment dites-vous : je vous aime, mademoiselle ?

Lo kréol : Mi yinm aou mamzél.

Lo zoréy : C’est une douce façon d’exprimer son amour. Cela mérite d’être retenu. Ne parlez pas trop vite car je ne veux pas risquer de rater un seul détail. Et maintenant vos danses. Parlez moi un peu des danses typiques comme la segha par exemple.

Lo kréol : Oté ! I di pa la ségha! Kan ou i gingn koz kréol, ou i di in séga. Dann tan  nout zansét, sété in dans bann blan té i admét pa. Mé dopi an Frans zot néna toupé dans la biguine, Black bottom, zot la pa gingn anpés anou dans nout séga ; é oui, ziska dann la Hall des manifestations kan lo mér, sansa le réktér i fé diskour !

Lo zoréy : Ah ! Vous avez le droit de danser le ségha aprés le discours du mér?

Lo kréol : oui, zordi ankor ou i roul séga an dan laba, minm si néna dot mizik la mont koté

Lo zoréy : vous m’intéressez. Je voudrais venir chez vous pour que nous fassions plus ample connaissance.

Lo kréol :  Si ou vé ni dann mon ti kaz , viyn aou. Soman ou i koné mon kaz lé san fason. Mon fanm va mét in pé dori ofé, in bon kari bisik, in rougay mang po pouak in pé, in bréd sousou épisa nou va bék ali.

Lo zoréy : oui, justement, on m’ a souvent parlé de la rougay. On dit que c’est fort, que cela emporte la bouche.

Lo kréol : té, i di pa la rougay. Rougay lé konm séga, i di le rougay, konm I di le séga. E si ou lé pa abitié manz ali, la ou va dans séga bien minm.  Pou nou fé rougay mang , parézanp, nou bat mang , aprésa dann pilon , nou kraz piman ansanm dosél, zinzanm, aprésa i mélanz tout ansanm doluil. Oté, in rougay konma ansanm dori , in bon kari, alala nout manzé anou kréol. 2 mi pe di aou ,mounoir , sa lé bien bon.

Lo zoréy : et dites moi , vous faîtes du sport , ici ? de la boxe ou du football ?

Lo kréol : ah ben oui ! nou yinm bouz le kor nou. Nou zoué football, é tanzantan la boxe. La boxe sa lé nouvo pou nou, nou préfér fé moring.

Lo zoréy : Et , qu’apellez vous Moringue ?

Lo kréol : Moring, si ou i ve i fé mazine in pe la boxe, soman sé in box nout péi. Pou komans moring, kavalié i rant dann ron, an minmtan son bann dalon i bat tanbour pou done kouraz. Bann moringér i done koud’ pié , koud’ poin, i fé talon zirondél , i done kou d tét. Moin, mi trouv moring lé pli zoli la boxe, soman koméla, la loi i défann zoué moring akoz kavalié i mét pa le gan.

Lo zoréy : je suis heureux de voir que je suis ici das un pays civilisé. J’ai l’impression de me retrouver dans une ville de province de France.

Lo kréol : Ah bon! Moin té sir , kan ou la ariv terla, ou té kalkil oir anou bat karé dann in langouti, dor sou pié zanana sansa fé kaskou san tous konm zako dann pié kamomi !…

Atann i rakont aou in zistoir : Moin la fé mon servis larm an Frans. In zour moin la parti trap mon ti pékil ministér , la, in groblan bien dékoré, la demann amoin si la Rénion lété dann péi zanti. Ou voi, péi déor, zot i koné minm pa ousa nou lé.  Lé maléré soman ! pourtant nou lé départmandopi lontan !

Néna bonpé demoun i kalkil , parézanp, lésklavaz la éspas rienk dann péi zanti. Anou la Rénion, navé poin : la prév kan néna reportaz i pas dann télé sansa néna bann zémision si lésklavaz, néna in paké kalité demoun , soman néna poin i moun la rénion, anpliskésa i koz minm pa la rénion ! fo kroir , nou la invant lesklavaz pou fé pitié !

Sa lé pa in manièr fé, sakin néna son Listoir, sakinn néna son plas ! pou kisa zot i pran anou , don !

Lo zoréy :  Mais, pourquoi vous oublie-t-on ainsi ? pourquoi ne pas montrer la richesse de votre pays ? ne participez –vous pas au rayonnement de la France ?

Lo kréol : a la, mi gingnra pa réponn aou. Mi koné pa akoz lé konma, antouka, mi kroi anou lotér. Amoin mi di, lé pa akoz nout péi lé ti,  i doi may anou ansanm zanti, sansa Mdagaskar akoz li , li lé gran ! kosa va fé ! ou i kanpran kosa mi ve di aou, sa sé in manièr kalkil anou, i fé mal lo kér ! nou néna le droi viv !  Bon , konm oulé san fason, alon, mi invit aou mon kaz, soman ou va manz sat néna !

Kamarad, ékout amoin bien, si ou i gout mél vér , terla, mi pe di aou, lé sir ou anbark pi pou la Frans !

Les commentaires sont fermés.