Facebook : la relation profs-élèves au pied du mur

Cette semaine un dossier du Web Pédagogique est con
La véritable question étantsurtout : qu’est-ce que Facebook ? Pour certains, c’est un espace intime et il faut le sécuriser. Pour d’autres, un espace personnel ce qui change la donne. Du coup, je m’interroge sur la possibilité d’ouvrir mon espace à d’anciens élèves.
Une vraie réflexion s’ouvre sur l’outil Facebook le rapport prof/élèves. La réponse diffère selon les niveaux et des questions se posent suivant l’usage qui est fait de Facebook (personnel ou  intime). Si pour l’élè
Voir et être vu

Cette semaine, un dossier du Web Pédagogique est consacré au « phénomène Facebook ». J’y suis, vous y êtes… et nous ne sommes pas seuls car un Français sur quatre a déjà investi ce réseau social.  Les ados auraient même relegué aux oubliettes leur(s) blogs pour Facebook. Mon sujet n’est pas de disserter sur le « pourquoi nous y sommes ».  Ce qui m’intéresse en tant qu’enseignant, c’est la nouveauté qu’instaure Facebook entre les professeurs et leurs élèves. Nous nous retrouvons dans un espace commun qui n’est pas la salle de classe. Nous avons tous choisi d’y être. C’est la première fois dans l’histoire qu’un contact de ce type est possible entre le maître et l’élève. La rencontre est à un clic. Faut-il « Confirmer » ou « Ignorer » ? Par une touche bleue qui attire l’internaute, Facebook encourage à accepter la requête. Le professeur se transforme alors en garde frontière et se demande s’il doit ouvrir, filtrer ou fermer l’accès ? La relation profs-élèves est au pied du mur…

Facebook relations prof élève

Voir et être vu

J’ai ouvert un profil Facebook il y a environ deux ans. Très rapidement, la question de la relation professeur/élève a surgi sur mon écran sous la forme d’un carton d’invitation. Un élève voulait m’épingler comme « ami ». J‘imagine avec quelle jubilation il s’était lancé à la recherche de ses profs et sa traque aboutissant, je le voyais s’écrier devant son écran « Il y est ! » … Ma souris s’était alors dirigée vers la case « Ignorer« , j’avais cliqué.  Non, par principe je ne veux pas d’élèves sur mon Facebook. Accepter un « ami » revient à tisser un lien particulier avec quelqu’un. Pour un enseignant, c’est instaurer avec l’élève un rapport qui sort de l’ordinaire, de la routine du collège … et surtout, s’exposer. Dans l’enseignement, il est naturel de découvrir l’individu qui est derrière le maître ou l’élève mais Internet ne remplacera jamais le contact quotidien. Refuser l’invitation, c’est aussi séparer sa vie scolaire de sa vie privée. Un professeur a un rapport d’autorité avec ses élèves, Facebook brouillerait les cartes. Mon refus signifiait que je n’avais pas envie qu’il entre sur mon territoire et que je ne voulais pas entrer sur le sien…

Facebook professeurFacebook, c’est voir et être vu. Avec son carton d’invitation envoyé en un clic, cet élève avait-il conscience qu’il m’ouvrait son espace personnel et/ou intime ? L’invitation partie à la vitesse de l’ADSL ne sera-elle pas regrettée quelques instants plus tard ? Pour beaucoup, je le pense sincèrement. Seriez-vous tout à fait libres de vous exprimer en sachant que votre professeur d’Histoire-Géo a accès à tout ce que vous partagez sur votre mur ?


Depuis le premier carton d’invitation, j’ai dû en recevoir une vingtaine d’autres dont certains patientent vainement dans la file d’attente… Je note d’ailleurs ici que pour la plupart des élèves, il ne viendrait pas à l’idée d’ajouter un de leur professeur à leur liste « d’amis ». Vous êtes une majorité à savoir régler vos critères de confidentialité, à ne pas laisser votre mur visible par un quelconque internaute. Vous n’êtes pas aussi naïfs que certains articles de presse vous présentent. Beaucoup ont compris que « l’ami de Facebook » sonne creux, que l’amitié s’épanouit ailleurs.

Pour les curieux qui se demandent ce qu’on peut bien trouver sur mon Facebook, voici la réponse :

  • beaucoup de musique
  • des liens vers des articles que je juge intéressants
  • des photos de vacances, de randonnées (très peu de photos de moi, je préfère montrer des paysages, des sites, des objets, de jolis cèpes, des vélos ou des illusions …)
  • des réflexions
  • quelques créations (une orchidée fanée m’a inspiré récemment de drôles de cavaliers)

photo

photo-2

Savoir ce qu’on fait là

Un jour, j’ai reçu une invitation d’un ancien élève à présent en Terminale, accompagné d’un message sympa… Il y a deux ans, tout était clair dans mon esprit. Mon principe « pas d’élèves sur Facebook » était extensible aux anciens élèves. Même sympathiques. Si j’accepte, une déferlante va arriver. Just do it : « Ignorer ». Je dis « était » car cette règle pour les anciens élèves m’interroge aujourd’hui.  Mon utilisation de l’outil Facebook est rodée. Je sais ce que je fais là. Et surtout, ce que je ne fais pas.

  • Certains voient Facebook comme un tableau de chasse où les « amis » sont autant de trophées et leur nombre une marque indélébile de popularité. Je ne me suis jamais lancé dans un tel safari…
  • Pour certains, c’est un espace intime. Ils racontent leur vie, livre une émotion ou une banalité. J’évite.
  • Il y aussi le Facebook-miroir (« Miroir, mon beau miroir, dis moi que je suis narcissique…« ). L’important, c’est la pose…
  • Il y a ceux qui jouent toute la journée à PAF le chien ou qui consultent de drôles d’horoscopes. Niet.
  • Enfin, il y le partage d’idées, d’articles, de musique, de bons mots, de créations. C’est pour cela que je suis sur Facebook.

photo-3Chaque fois que je demande ou accepte une invitation, je le fais dans l’optique du partage. Je sais que la personne m’apportera quelque chose. Des nouvelles de la famille, une idée pour faire mes cours, des réactions sur l’actualité, une opinion pour débattre ou sensibiliser, des photos pour voyager, de la musique à découvrir… Le réseau permet de trier les informations dans le flot d’internet, d’interagir. Mon Facebook n’est pas un espace intime, c’est un espace personnel, nuance importante… J’y retrouve des amis et des contacts. Je ne déballe pas ma vie, je réfléchis à ce que je poste comme message. Si je mets la photo de ma fille, c’est pour partager un bonheur avec d’autres mais sans un étalage de sentiments que je juge hors-propos.

Avec un code de conduite et une bonne compréhension du site, chacun est maître à bord de son Facebook. Du coup, je me laisse la liberté d’ouvrir une brèche concernant des anciens élèves. Pourquoi se priver d’un contact sympathique et enrichissant si le courant passait avec un(e) élève ? Ils trouveraient sur mon Facebook ce qui fait ma pratique professionnelle et un espace d’échanges. Derrière, il y a ma conviction que la mission d’un enseignant ne s’arrête pas aux quatre murs d’une salle de classe. Si la parole du professeur trouve un écho auprès des élèves, pourquoi s’arrêter une fois que celui-ci a cessé de l’être ? Au pied du mur de Facebook, je laisse donc une ouverture. Par contre, ceux qui m’ont en cours trouveront toujours portes closes : pas de confusion des genres.

Facebook est un instrument de partage et d’ouverture mais tout dépend de ce que l’on en fait. Sur son piano, Mozart a composé les plus beaux airs de musique. Beaucoup ne jouent que des fausses notes.  D’autres, s’y essaient et laissent la poussière se déposer sur les touches. Sur Facebook,  chacun joue sa mélodie.  Mais pensez quand même à accorder votre instrument, les notes restent…

48 commentaires

  1. jane dit :

    Une phrase surprenante que de lire : « Je note d’ailleurs ici que pour la plupart des élèves, il ne viendrait pas à l’idée d’ajouter un de leur professeur à leur liste « d’amis ». Pourquoi ? Notre page personnelle n’ai pas atteinte si l’on nous propose à la demande d’une classe d’être dans un groupe « secret » sur Facebook ; comme par exemple « Terminale AMACVPM 2011-2012 ». Ce fut mon cas et suis ravie de pouvoir poster, commenter les publications de mes anciens élèves. Cela me permet de débattre d’artistes peintres, mais aussi de connaitre leurs craintes à entrer dans la vie active, de les informer si une entreprise peut être intéressée par leurs compétences…etc. Puis encore de décider de temps en temps de se retrouver quelques uns à la terrasse d’un café où chacun peut débattre de ses lectures, activités, dernières expositions vues …etc. Je suis ravie de voir leur évolution dans le monde du travail, félicite les unions et naissances des plus anciens qui me tiennent informée. Je précise que je ne suis pas administratrice de ce groupe et que j’ai accepté d’en être membre, suite à la demande des élèves. Que ces élèves ne sont pas dans ma liste d’amis sur ma page personnelle.
    Facebook est un outil formidable de communication, reste à chacun de l’utiliser à sa façon. J’enseigne les arts appliqués et l’histoire de l’art, une matière qui demande du visuel et de la communication.

  2. enriqueta dit :

    Vous partez tous du principe que tout le monde est sur un réseau social. Au nom de quoi?

  3. […] alors accepter ou ignorer ceux qui vous ajoutent ? Quelles informations faut-il filtrer ? Le post de cet enseignant peut vous […]

  4. yilmae dit :

    Moi, étant en terminale (L), je pense qu’être en contact avec son professeur actuel, ça ne va pas. Si un élève et son prof se voit tous les jours en cours, si ils sont « amis » sur Facebook, ça fait bien trop et surtout c’est INUTILE! cependant, quand on quitte l’établissement, c’est vrai que la meilleure des solutions est bien de passer, de se deplacer soit même à l’établissement pour passer un petit bonjour, et discuter avec nos anciens profs. Quand on a un ami « prof » sur Facebook, c’est qu’il y a une raison. On ne peut pas avoir en avoir un par plaisir. Pour ma part, je n’ai pas envoyé d’invitation, mais c’est ma prof qui m’en a envoyé une après 2ans. Ça fait plaisir de pouvoir discuter de tout et de rien tout en gardant cette distance du « vous ». Il faut réfléchir avant d’accepter, et savoir si il y a vraiment une utilité, si le profil est vrai, … il ne faut pas non plus les « bombarder » de messages à chaque fois. Et pour fini, si le professeur refuse, c’est inutile de chercher à insister :)
    Voilà !

  5. mohamedoulfoua dit :

    Pour ma part,je pense que si la relation entre élèves et professeurs restent dans le cadre professionnel, facebook peut être un moyen supplémentaire de communication.
    C’est vrai que je ne voudrais pas que les élèves voient mes photos personnelles ou bien qu’ils connaissent ma vie privée mais si on prend toutes les précautions pour utiliser facebook ça peut faciliter les choses.
    Par exemple, répondre à une question sur un devoir maison, ou bien partager les cours pour des élèves malades,….

    • Dorina Mantaluta dit :

      Je suis tout à fait d’accord.On peut simplement rester dans le cadre profesionnel en créant des groupes avec les différentes classes. On fait des échanges très pratiques, des devoirs, on construit des projets. Même les élèves plus timides ou qui semblent moins intéressés dans la salle de classe, s’y impliquent, deviennent plus participatifs.

  6. Melgar Danielle dit :

    Pour Chris
    Pourquoi diaboliser nos élèves et les risques à encourir ? Les commentaires de ces élèves de 3e montrent qu’ils font la part du professionnel et du privé. Il faut dire qu’ils sont bien drivés au collège pour cela. Je pense que la relation copain – copain avec le prof ne se pose plus quand on a dépassé l’aspect novateur de l’outil, qui pouvait apparaître comme un moyen de transgression possible des relations prof/élève. Une fois banalisé, l’outil se revêt de lui-même des limites et précautions que les premiers usagers ont dû expérimenter. Nos « digital nativ », même s’ils sont loin de la maîtrise de l’outil informatique comme pourrait le laisser penser leur surnom, seront aussi des parents plus avertis que les leurs pour transmettre un usage plus raisonné, en tout cas moins instinctif, de ces espaces où pendant un temps eux-mêmes ont cru que blog signifiait « journal INTIME ».
    Pour ma part, j’ai toujours misé sur la confiance maximale en mes élèves et j’ai rarement été déçue.
    D. M.

  7. Pamplefram dit :

    Ah ! Le débat est toujours ouvert ! :D
    Bon j’en profite pour donner mon avis, même si je n’ai plus Facebook depuis un petit moment. ^^

    Selon moi, oui il est intéressant de rester en contact avec son professeur après l’avoir eu en classe, car à partir d’un moment il faut arrêter de voir son ancien professeur seulement comme un professeur justement. Ceux sont des personnes comme nous avant tout, même si bien sûr il y a des limites à ne pas dépasser pour l’élève. Si il nous arrive d’ajouter notre professeur en tant qu’ « ami » sur le réseau social en question, de mon point de vue c’est le cas parce que nous l’avons apprécié pour d’autres qualités que celles de bien mener un cour d’histoire géographie par exemple (Et par tout hasard ! :P ). On peut donc en profiter pour demander conseils, mais aussi pour prendre des nouvelles. Le terme « amis » sur Facebook est peut être inapproprié, je parlerais plus de « contacts » qu’autres choses. Par contre bien sûr l’élève ne doit pas ajouter son ancien professeur sur un coup de tête, pour voir ces photos, ces publications et etc… Car si nous pouvons avoir accès à ces dernières, il a aussi accès aux nôtres et était ce vraiment ce que nous voulions ?

    Inès.B (Une ancienne élève de Waldeck )

  8. Médina & Séphora dit :

    Je pense que c’est bien car il est important de garder contact avec un professeur qui nous a suivis pendant une longue partie de notre scolarité, pour lui demander des conseils, le tenir au courant de nos études, ou prendre tout simplement des nouvelles du professeur.
    Mais par respect pour le professeur, nous devrons utilisé l’option de confidentialité pour les types de statuts ou de photos personnelles que nous publions.

  9. Mirem & Ebru dit :

    Mirem : Oui, j’ai Facebook. Je discute avec mes amies.
    Ebru : Non je n’ai plus Facebook car j’ étais toujours connecté sur Facebook. Je travaillais mais sans comprendre les exercices ou les leçons par exemple.

    Nous pensons que nous aimerions pas avoir notre professeur d’histoire-géo en tant qu’ami car c’ est notre prof et non un ami et on ne peut pas s’ exprimer librement.

  10. Brahim & Thibaut dit :

    Cela peut être intéressant pour avoir des informations supplémentaires a certains sujet.
    Exemple : La [email protected] d’Histoire Géographie sur Facebook me permet d’approfondir mes connaissances sur le cours vu en classe.
    En revanche, je n’accepte pas que le prof puisse voir mes publications sur mon mur.
    Si je devais avoir un prof en ami je le mettrais dans une liste spécifique pour qu’il ne puisse pas voir ce que j’écris.

  11. Je ne trouve pas cela normal d’être en contact avec un prof quand on est dans sa classe par contre quand nous nous connaissons en dehors de son milieu professionnel, quand nous ne sommes plus dans sa classe nous pouvons parler de notre évolution dans la vie scolaire, dans les matières qu’il enseigne comme dans les autres et lui demander des conseils pour mieux réussir.

  12. alexia et jessica dit :

    Etre en contact avec un prof sur Facebook : qu’en penses-tu ?
    Je pense que cela peut etre bien car quand on est malade on peut lui demander ce qui faut faire pour les devoirs pour la prochaine fois et aussi on peut lui demander une explication pour un controle si on n’a pas compris.Mais sa doit rester strictement professionel .

  13. Elif et Ines dit :

    Être en contact avec un prof sur Facebook : qu’en penses-tu ?

    Je trouve cela pas très bien parce qu’être entre contact avec un prof et discuter pour nous c’est considérez comme un ami alors qu’un prof est celui qui vous enseigne dans le cadre de l’école même si c’est un ancien prof.

  14. kalindie dit :

    Je pense que c’est bien d’avoir les profs sur facebook car : on peut parler d’autre chose que de cour, on peut leur poser des question par rapport au cour ou demander des conseilles . Mais je pense que les profs ne doit pas accepter tout les élèves car, il y a des élèves qui harcèle les profs et qui abuse de leur gentillesse .

  15. Elodie et Mathilde dit :

    M : Je trouve que la relation prof/élève peut être une bonne idée à condition que ce ne soit pas le facebook personnel du professeur. Par exemple je suis sur le groupe la [email protected] créé par Mr Grange et je trouve que cela est bien pratique. Je pense que l’on peut avoir une relation prof élève à condition que je sois sûre que je ne retrouverais plus devant le professeur en question par exemple je suis amie avec madame Vérot partie en congé maternité mais je ne divulgue pas ma vie sur facebook puisque je souhaite garder mon intimité et mes secrets uniquement avec les gens en qui je peux avoir confiance de plus je protège mes photos de ce fait aucune personne n’étant mon ami ne peut voir mes articles et je n’accepte uniquement que les personnes que je connais. Pour moi facebook est avant tout un site qui permet de partager et de garder des contacts avec les personnes qu’on ne voit pas souvent. J’ai d’ailleurs retrouver une fille que je n’est pas vue depuis des années.

    E : Je trouve que la relation prof élève sur facebook peut être utile à condition de ne pas livrer sa vie personnelle à ses élèves. Il est bien de créer un groupe réservé aux élèves. De plus à mon avis il est mieux de parler et de partager avec des élèves que l’on ne voit pas tous les jours en cours.

  16. blandine dit :

    moi je pense que la relation prof et élève se fait après les étude car c’est pas la même relation au collège et sur facebook !!! Mais après on peut les avoir en amis car se sera pour pouvoir toujour leurs parler.

  17. Laurent et mécha 3°1 dit :

    Nous pensons que la relation entre un prof et un élève sur facebook à un coté positif et négatif . Le fait qu’un prof soit ami avec un élève lui permettra d’expliquer ses difficultés . Mais moi je n’aimerais pas avoir mon professeur en amis quand je suis dans le même établissement que le professeur . Mais quand je partirais de l’établissement je pourrais les demander en amis pour prendre des ses nouvelles .

  18. Emile et Karim dit :

    Personnellement nous allons sur facebook, sur youtube, et nous jouons à des jeux en ligne.
    Oui nous sommes sur facebook, on utilise facebook pour parler avec nos copains et notre famille et pour savoir des nouvelles des gens et savoir les nouvelles actualités.
    nous pensons que cela ne sert à rien d’avoir un professeur en amis car ce n’est plus utile lorsqu’on a quitté l’école.

  19. Kayanée & Sarah dit :

    Nous pensons que la relation entre un élève et un professeur doit s’arrêter au niveau scolaire et non privé. Sur Facebook, chacun a une vie privée et les élèves ne tiennent pas forcément à ce que les professeurs en fasse partie et inversement. Mais si les élèves souhaitent garder contact avec leur professeur, ils pourraient se rejoindre dans un groupe pour partager leurs centres d’intérêts.

  20. Oscar dit :

    Nous pensons qu’avoir un prof en amis peut être une bonne chose notamment quand nous passons un examen car son aide peut être précieuse mais cela peut être une mauvaise chose si par exemple nous voyons le professeur le lendemain cela peut paraître assez bizarre

  21. Lisa dit :

    Je suis en contact avec un prof car je ne l’ai plus en cours, mais je pense qu’il faut savoir garder ses distances avec un adulte.

    :)

  22. Certains ne voient dans les réseaux sociaux qu’une source de problèmes et oblitère son rôle d’espace de partage. Les médias ont participé à ce mouvement limite parano alors qu’ils pourraient œuvrer efficacement à l’éducation à ces nouveaux médias. Comme je l’ai écrit, il faut absolument cadrer ses relations avec les élèves et parler/travailler sur ces outils avec eux (ex : http://lewebpedagogique.com/lapasserelle/2010/11/15/facebook-qui-doit-entrer-dans-la-toile-de-mon-reseau/). Une fois les balises posées, les choses se passent bien.

  23. Chris dit :

    Merci de ta réponse Emmanuel.

    En effet je pense que les élèves sont capables de faire la diffférence entre ce qu’ils peuvent publier,dire sur le mur d’un prof et celui d’un copain.D’autre part nous n’acceptons que ceux avec lesquels nous avons eu de bons rapports,donc à priori les risques de dérapages sont minimes.
    Maintenant,un syndicat à qui j’ai demandé son avis sur la question m’a déconseillé d’accepter des mineurs sur facebook.Par ailleurs certains me disent parfois « mais tu ne te rends pas compte,ce sont des ados,tu ne sais pas ce qui peut leur passer par la tête,on peut pirater ton identité,te faire dire des choses que tu n’as pas dites,tu as accès à leurs photos,tu n’as pas l’autorisation expresse de leurs parents,tu peux te retrouver au chômage,au tribunal…etc etc »
    Bref,tout ceci me laisse perplexe…

  24. Bonjour Chris, j’ai eu la même interrogation concernant la majorité des élèves avec qui j’acceptais d’entrer en contact via Facebook. Attendre leur majorité équivaut à casser le lien (du moins en partie) qui existe entre nous et les élèves sortant de 3ème. Je pense que la loi ne stipule rien de particulier et qu’il faut fixer d’emblée un cadre avec les anciens élèves qui envoient une requête. Pour ma part, j’envoie un petit mot de bienvenue et le lien vers cet article qui rappelle l’usage que je fais de l’outil. Les ados sont doués de bon sens et savent gérer ce type de relations : ils font la part des choses entre le mur d’un copain et celui de leur ancien prof. Je n’ai jamais eu de souci avec les anciens élèves qui font partie de mes contacts sur Facebook.

    Cdt
    EG

  25. Chris dit :

    Je suis prof en collège,j’ai un compte facebook et régulièrement je reçois des demandes d’invitations d’élèves de mon établissement.Je refuse systématiquement pour toutes les raisons évoquées plus haut.
    Par contre,j’accepte pas mal d’anciens élèves partis au lycée qui m’ont laissé un bon souvenir.Nos échanges restent sympathiques,ils me tiennent au courant de leurs études,me demandent parfois des conseils,nous parlons cinéma,musique…Bref,tout celà demeure très bon enfant,et si je vois que ça dérape:je supprime immédiatement.(ça n’est quasiment jamais arrivé).
    Ceci-dit,certaines personnes me trouvent imprudent d’accepter d’ancien(nes) élèves mineur(es) sur facebook.Je ne sais pas trop quoi penser,en fait j’aimerais savoir ce que stipule la loi exactement.Amicalement.

  26. kévin dit :

    Pour ma part, j’utilises facebook afin de retrouver des ancien(ne)s amis avec lesquels je n’ais plus contacte. J’aurais d’autre préférence pour d’autre site mais de plus en plus de monde s’y inscrive, alors on fait comme tout le monde et l’on s’inscrit nous aussi. Je désapprouve les personnes qui racontent leur vie sur le net, imaginé un peu, une quelconque personne fait des photos de lui avec ses amies (photos dans ce cas qui ne sont pas bonnes à montrer), celui-ci les publies sur facebook, son patron les vois, que fait-il ? la réponse est simple, il le licencie. Cependant, je penses que facebook peut avoir d’autres utilisations plus éducatives, par exemple je viens de retrouver plusieurs de mes profs de collège qui m’ont beaucoup aidé ( ils se reconnaîtront ), j’ai deux solutions, soit je leur parle de tout et de rien et je raconte ma vie et cela se finit en  » bonjour-au-revoir », soit le ou les professeurs en question continuent leur travail d’apprentissage en nous aidant une fois de plus. C’est ce qu’Emmanuel Grange vient de faire avec moi, réviser le bac avec le lien qu’il m’a envoyé est une très bonne idée pour moi. Mais comme le sujet a été abordé, avoir une relation avec un de nos professeurs n’est pas une bonne idée, je penses que tous les professeurs n’acceptent pas les élèves qu’ils ont cette année… A chacun son point de vue, j’ai sûrement oublié deux ou trois choses, mais voilà le miens.
    Kévin-4ème

  27. Anne dit :

    D’un côté, je suis tout à fait d’accord avec la séparation Elèves-Professeurs et d’un autre, si l’on sait filtrer les publications et cie, je ne vois pas le mal à cela.
    J’ai deux anciens professeurs -d’arts et de musique- de mon ex-collège. Cela me permet de leur demander de leurs nouvelles, de partager quelques vidéos pour argumenter par exemple.
    Disons que je les considère comme des personnes avant d’être des professeurs, en dehors des établissements évidemment, donc je ne vois pas le mal à cela. Mais évidemment, certains risqueraient fort de ne pas y voir clair et de créer des problèmes aux-dits professeurs.
    Pour les élèves, souvent, le problème réside dans le fait de « Savoir » et « Différencier » ainsi que de « Controler ». Ce qui est rarement le cas.

    En espèrant que j’ai pu être d’une quelconque aide quant à votre débat.

    Anne – Seconde.

  28. Jeiffel dit :

    @Emmanuel Grange

    Vous utilisez donc FB dans votre cadre professionnel et de la manière, à l’évidence, la plus adéquate; cela ne transparaissait pas dans votre premier post (qui donnait à croire que vous considériez FB uniquement comme un lieu de partage de « vie privée » et qu’en conséquence, le choix était purement binaire).

    Vous voyez bien (et vos lecteurs aussi) que m’on peut parfaitement « être » sur FB, y créer des espaces spécifiques aux relations professionnelles et y accepter (dans ces zone – et uniquement dans ces zones) l’ensemble des personnes concernées par ces relations professionnelles (j’élargis volontairement le propos au-delà du cadre stricte de la relation prof-élève car cela s’applique, de fait, à la très grande majorité des relations professionnelles).

    Je me réjouis de cette intégration de ces outils dans les pratiques pédagogiques; cette intégration ne peut être fructueuse que si, en effet, elle fait l’objet d’un « balisage » en classe; il n’y a guère que dans un tel cadre pédagogique que l’élève (des plus jeunes… aux moins jeunes) peut apprendre les limites, les contraintes, liées à ces outils et, ainsi, s’en servir au mieux.

    Vous pointez enfin le doigt sur l’une des nombreuses contraintes qui pèsent sur ceux qui souhaite approfondir ce type de démarche : le verrouillage a priori des réseaux d’établissements scolaires (qui procède de, participe à, voire génère, entretient cette inertie…

    Pourquoi est-il encore si compliqué pour les parents de communiquer par mail avec les établissements et/ou les enseignants ?

    Pourquoi est-il encore si difficile de faire vivre des ENT (espaces numériques de travail) dignes de ce nom où enseignants, élèves, parents, administration peuvent mettre en commun tout ce qui touche à l’environnement éducatif de nos enfants ?

    Les techniques, les services, les usages sont là; enfants, parents, enseignants, gestionnaires y sont confrontés quotidiennement – individuellement. En revanche, les utiliser pour « huiler » les relations entre les uns et les autres… pour l’heure, ça ne peut relever que du « militantisme » personnel d’un enseignant (qui, la plupart du temps, en sera d’ailleurs réduit à prendre sur son temps libre !); c’est donc rare, très rare, trop rare.

  29. « La question est fort mal posée ; il ne s’agit pas d’un choix binaire :
    – y être OU ne pas y être ?
    – y avoir des relations avec ses élèves OU ne pas en avoir du tout ? »

    Cliquer sur « Accepter » ou « Ignorer » est une décision forcément binaire… Il m’aura fallu un certain temps de réflexion avant de décider que Facebook pouvait devenir pour moi une interface profs-élèves. Cela n’a rien d’évident et un prof qui n’utilise pas le réseau social avec sa casquette de pédagogue n’a rien de rétrograde. De mon côté, j’accepte dorénavant certains anciens élèves mais en aucun cas des élèves actuels : au-delà de la confusion des genres, ce qui paraît évident pour un utilisateur éclairé ne l’est pas forcément pour un jeune (part de l’intime et de l’accessoire exposé aux contacts, confidentialité, création de groupes d' »amis »,…). En sachant que le réseau social est filtré dans les établissements scolaires, il est peu pratique de montrer concrètement aux élèves comment gérer son profil avec précaution.

    J’ai ouvert un groupe La [email protected] HG sur FB, un espace de partage avec les élèves mais il faut en préalable baliser le chemin en classe…

    https://www.facebook.com/group.php?gid=127840650566868&v=wall&ref=ts

    EG

  30. Jeiffel dit :

    Où l’on prend conscience à la fois l’incroyable inertie que notre système éducatif est capable d’entretenir et le chemin qui reste à parcourir pour une école « en phase » avec son temps…

    La question est fort mal posée ; il ne s’agit pas d’un choix binaire :
    – y être OU ne pas y être ?
    – y avoir des relations avec ses élèves OU ne pas en avoir du tout ?
    – etc…

    Il s’agit de savoir ce qu’on en fait, comment on s’y comporte, comment on utilise (peut utiliser) ces outils de communication (Facebook, Twitter, etc…) dans un contexte pédagogique.

    Il est parfaitement possible, au sein de Facebook même, de scinder (clairement) pratique professionnelle et vie privée – au passage, cette question n’est pas spécifique à l’enseignement; elle est commune à toute pratique professionnelle de Facebook.

    Il est parfaitement possible de réserver ses informations personnelles à ses « véritables » amis (et proches) et d’entretenir des relations professionnelles (en l’occurence, utiliser ces outils dans le coeur même de du travail pédagogique) via des « pages » dédiées.

    Loin de moi de faire un prosélytisme effréné de Facebook (on n’est pas non plus OBLIGÉ de l’utiliser, juste pour faire « moderne »); mais se couper a priori de cette ressource uniquement parce que l’on en méconnait les fonctionnalités, je trouve ça fort dommage.

    Je vous conseille la consultation régulière (abonnement RSS, par exemple…) du site educnet (http://www.educnet.education.fr) qui regorge de conseils et d’expériences sur ces sujets.
    A titre d’exemple, cette « charte d’utilisation de Twitter en classe » : http://www.educnet.education.fr/dossier/travail-apprentissage-collaboratifs/conseils-juridiques/twitter/blog-laurence-juin

    Bonne rentrée à toutes et tous
    Jeiffel

  31. gabrielle dit :

    Bonsoir,

    j’ai mis du temps à trouver un intérêt à Facebook et puis j’ai testé. J’étais plutôt sur Twitter, je partage mon temps entre les deux réseaux à présent.

    j’y trouve un intérêt personnel: cela me permet de suivre des amis que je ne vois pas souvent, de voir les dernières photos, de partager autour de l’amitié.
    Cela m’a permis aussi de retrouver des amis perdus de vue, des anciens collègues: toujours très agréable!

    cela a pris un intérêt professionnel depuis un moment: j’y poste des liens qui peuvent servir aux collègues et je découvre aussi des sites ou des articles postés par les « amis-collègues » auxquels je suis abonnée, essentiellement sur les thèmes de l’éducation et du handicap.
    Disons que Facebook remplit à la fois le rôle d’un Twitter pour la veille professionnelle, et d’un « copainsd’avant » …pour mes copains lointains.

    Je suis CPE en collège et il m’arrive très souvent que des élèves me fassent une demande « d’amitié ». J’ai toujours décliné car je ne souhaite pas mélanger les genres. Pas sûre de les intéresser par mes liens sur la réforme de la formation des profs, peut-être un peu plus quand je poste de zolies photos de mon chat ou de mes exploits culinaires. Mais est-ce que j’ai envie de partager cela?

    Après un refus de ma part, je m’arrange pour voir l’élève le lendemain pour lui expliquer ma position, afin qu’il ne soit pas blessé, si jamais…
    Et puis pour la note d’humour, je lui dis « quand tu auras 18 ans…et encore, d’ici là, tu auras oublié ta CPE! »

    je préfère qu’un ancien élève passe dire bonjour au collège, qu’il écrive une carte postale ou téléphone.
    Enfin, je ne suis pas sûre que pour certains, avoir le prof dans leurs « amis » ne constitue pas un tableau de chasse, comme on aime à exhiber ses… 700 amis sur Facebook… Me voir en tête de cerf clouée sur le mur du salon, pas vraiment mon truc :-)

    Sur FB, je suis en contact avec la maman d’un ancien élève et, c’est assez comique, il me salue par son intermédiaire, et j’en fais de même, pour lui souhaiter de bonnes vacances ou une bonne rentrée

    Ce qui m’inquiète énormément par contre, ce sont les photos que certains élèves n’hésitent pas à poster…ou la triche à propos de l’âge, hum hum. C’est le jeu, d’accord, de se montrer, de se vieillir, d’avoir l’air d’être un jeune homme ou une femme …mais cela me semble dangereux, ok, mais encore plus important: pour moi, c’est sacrifier à la mode du superficiel, où le physique est pour ainsi dire un appel direct de drague. La photo n’est plus une info mais parfois une mise en scène.

    A votre professeur, une bonne pré-rentrée demain et à vous, encore 24h de répit avant la reprise!

  32. @ Tiffany, Amel, Yasmine : l’objectif d’un débat est d’échanger des points de vue. Si en discutant ensemble, vous comprenez mieux ce qu’est Facebook et que votre utilisation est plus réfléchie, le but est atteint. En tout cas, après avoir rédigé ce billet et avoir lu vos commentaires, j’ai moi aussi fait évoluer mon opinion sur le sujet. Un débat sert à ça : savoir écouter les autres, c’est essentiel pour affirmer ses idées.

  33. waldeck dit :

    Bonjour :)

    Moi je suis du même avis que Tiffany.
    Je vais rarement sur Facebook car je n’en ai pas spécialement l’utilité, en fait j’y vais que lorsque je m’ennuie. Je me rappelle que je vous avais rentré et je suis FiÈRE que vous n’acceptiez pas vos élèves.. Sur le coup ça paraît super :  » J’Ai RENTRÉ MR.GRANGE SUR FACEBOOK  » mais ça ne l’est pas, vous êtes un adulte et nous sommes des enfants, juste ça je trouve que c’est une barrière entre nous alors qu’en plus vous être notre professeur d’histoire .. Quand je vois un(e) professeur(e) sur Facebook, je le/la rentre simplement pour voir ses photos mais en fin de compte ça sert a quoi ? À rien. Mais de garder d’anciens élèves est super :)

    Au revoir.
    Y.S

  34. waldeck dit :

    Sur facebook je parle aux amis que je connais et seulement ceux-là ! Mais je ne parle pas de ma vie intime en direct . Je trouve la décision du professeur totalement correct . Amel

  35. waldeck dit :

    quand un élève voit un prof` sur Facebook, il ne se pose pas de questions : il l’ajoute en tant qu’amis. Mais il ne pense pas que si le professeur l’accepte il n’aurait plus de libérté, elle devra faire attention à toutes ses paroles & tous les commentaires qu’il pourra laisser. Néanmoins après le collège c’est bien d’avoir des nouvelles de ses anciens professeurs.

    T . Giordano ? 4eme3 .

  36. waldeck dit :

    Je n’ai pas Facebook et je n’en ressens pas le besoin à ce jour (point de vue personnel). Je pense que l’on peut se faire des amis ailleurs que sur un site internet. Certaines personnes que je connais acceptent sur Facebook des gens en tant qu’amis alors qu’ils ne les connaissent meme pas.

    Par rapport au sujet profs-élèves, je comprends très bien qu’un élève veuille parler avec son ANCIEN prof . Par contre,il m’apparait difficile de communiquer sur facebook avec son prof de l’année scolaire en cours pour lui raconter des moments de sa vie.

    H.S /3°3

  37. @ Guillaume : L’art de la conclusion, c’est aussi de finir sur une petite musique entraînante…
    Sinon, le « Facebook Meetic » est un usage dont parlait un reportage d’Envoyé spécial (que je mettrai en ligne prochainement) où deux jeunes filles condensaient dans leurs propos toutes les critiques que l’on peut faire de FB.

    @ tous : L’échange que nous menons est aussi adressé aux élèves qui ne sont pas sur Facebook. On peut très bien se passer de cet outil de communication et il est intéressant de connaître pourquoi certains n’y sont pas.

    PS : J’ai aussi lancé le débat sur un site de professeurs d’HG pour savoir comment d’autres enseignants voient cette relation profs-élèves. Le lien est ici

  38. waldeck dit :

    [J’avais fait un long message, mais je l’ai effacé par megarde…] Alors pour faire court :

    Je n’utilise pas beaucoup ce moyen de communication car à mon avis, on peut rencontrer et voir ses amis autrement que sur internet, de plus, facebook est devenu un Meetic pour les plus jeunes où la relation se fait par les « amis en commun », ce qui est à mon avis une très mauvaise chose…
    Pour en revenir aux profs, il ne faut pas se buter en se disant : « j’ai eu cet élève en fasse de moi, je lui ai fais cours, je ne dois pas tisser un lien « amitié » (le mot est fort…) avec lui ». Et bien si, pour moi, un élève peut avoir envie de discuter avec un ancien prof. Je dis bien Ancien prof, car je ne pense pas que si le prof et l’élève se voient quotidiennement au collège, ils doivent aussi se parler le soir sur Facebook.

    (J’aime bien la dernière phrase sur Mozart aussi)

    G.C / 3°2

  39. M.M dit :

    Moi, je vais principalement sur Facebook pour poster des montages-vidéos et photos, pour parler via la « discussion instantanée » quand c’est urgent (au lieu du téléphone), pour partager des liens sympas (musique,…) et pour poster des statuts résumant une journée ou autre mais en restant neutre ; j’essaie de ne pas livrer mes émotions (colère par exemple)…

    M.M 3°3

  40. Fatéma dit :

    Pour ma part je n’étale pas ma vie sur facebook je me contente de partager certaines choses ou informations mais guère plus !!

    Beaucoup ne se rendent pas compte de ce qu’est vraiment facebook et déballent leur vie !! Parfois même souvent certains ajoutent de nombreux inconnus ! ( dangereux non ?? )

    Un professeur ne peut pas être un ami…on peut évidemment bien s’entendre avec lui mais jamais avoir un lien d’amitié cela me semble illogique !

    Sur facebook…je partage des musiques, des sites ou information!! Je parle aussi avec des amis ! Mais la plupart du temps je m’efforce de faire découvrir le « monde polonais » !!

    ( Carolane )

  41. Je rebondis sur vos commentaires pour continuer le débat, notamment sur ce que dis Marion et Carolane…

    * Quelles limites vous fixez-vous sur Facebook ?
    * Trouvez-vous que certains font n’importe quoi avec n’importe qui ?

    Sur la bonne question posée par Laurine :

    * « Peut-on entretenir une relation d’amitié avec son professeur ? »

    …une autre question pour la route et pour que chacun s’exprime :

    * Que faîtes-vous le plus souvent sur Facebook ? (jeux, photos, liens, je m’exprime, …)

  42. waldeck dit :

    Ben du coup je n’ai plus rien a dire !^^

    Facebook est un superbe moyen de communication mais comme partout sur la toile il faut faire attention à ne pas « étaler » sa vie privée. Ce qui est d’ajouter des amis à tout va je trouve ça totalement ridicule. Comme si une amitié pouvait naître par Facebook sans connaître ou n’avoir jamais vu cette personne.

    Pour la relation Profs-Élèves je suis d’accord avec Marion et Carolane. L’ajout en amis d’un de ces professeurs est « déplacé ». Peut-on entretenir une relation d’amitié avec son professeur ?

  43. waldeck dit :

    Je trouve ça totalement idiot et inutile d’ajouter n’importe qui en ami sur Facebook. »Collectionner les contacts » et « avoir le plus d’amis possibles » : c’est ce que certaines personnes recherchent, avec plus de 700 amis au compteur. On y trouve à l’intérieur des individus qui leurs sont totalement inconnus, de toute âge et de n’importe quel pays… Internet, c’est dangereux : je pense qu’il y a des limites à respecter.

    Pour ce qui est de l’ajout d’un de ses professeurs sur Facebook, je suis du même avis que Carolane.

    Marion M. 3°3

  44. waldeck dit :

    Pour ma part…..Facebook est simplement un moyen de communiquer avec des personnes en qui j’ai confiance où avec qui je suis proche !

    Je n’accepte pas n’importe qui !!

    ( Carolane )

  45. waldeck dit :

    ^^ Carolane Jacquet 3eme 2 !!^^

  46. Une première réaction très claire ! Facebook est un nouvel outil et il pose des questions auxquelles il faut prendre le temps de réfléchir. Un avis catégorique sur ce sujet demande d’avoir débattu avant sur les usages que l’on en fait. Si pour toi, Facebook est une sorte de journal intime, la question est : « A qui j’ouvre la porte de mes sentiments ? ». L’ouvrir à tout le monde, c’est s’exposer et peut enlever tout le charme de la découverte de l’autre.

    PS : A part si vous souhaitez rester anonyme, mettez votre prénom et la classe, cela permettra de bien lancer les choses pour le débat argumenté.

  47. waldeck dit :

    Personnellement ( après chacun son avis ) je ne sais pas trop de quel côté être !

    D’un côté je trouve intéressant le fait de pouvoir ajouter un de ses professeurs sur facebook et pouvoir se renseigner un peu plus sur des cours « mal compris  » !! Mais d’un autre côté je trouve étrange de vouloir communiquer par ce type de site avec un professeur ?? !! Finalement …on ne connaît rien de nos professeurs et ils n’ont pas besoin de connaître notre vie privée..car pour la plupart d’entre nous ( il faut être honnête ) facebook est un moyen de lâcher toute nos émotions…ce qui nous passe par la tête !! C’est un peu comme un journal intime mais que tout le monde peut lire !!

    C’est pourquoi je pense qu’il est mieux de garder des relations purement professionnel ( élèves-professeurs ) et pas au-delà !!Après tout la [email protected] est la si nous avons besoin de nous renseigner =)

    J’espère que vous aurez compris là où j’ai voulu en venir !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *