Sur la route de Lampedusa : à vos crayons !

Les dessins de presse sont des ressources très utiles en classe. L’enjeu du dessinateur est passionnant : avec un angle de vue et un trait d’humour, il faut commenter le plus simplement du monde une actualité parfois complexe. Pour l’Iranienne Firoozeh Mozaffari, « un caricaturiste est un journaliste qui sait dessiner ». 
J’ai récupéré et scanné quelques réalisations d’élèves. Demain, je prendrai en photos d’autres dessins faits sur le cahier pour les mettre sur la page Facebook de la [email protected] Il y a des idées futées et aussi quelques malins qui ont réinterprété à leur façon un dessin déjà existant. J’ai donc mis l’original sur le fichier (Plantu, Hachfeld), histoire de comparer et de rappeler qui est à l’origine de l’œuvre…
 
___________________________________
 
Consigne
 
Réalise un dessin de presse sur l’immigration en choisissant un de ces deux sujets abordés en cours
 
– sur la route de Lampedusa
– les immigrés, tous clandestins ?
 
Aller + loin
Début 2014 octobre, le chroniqueur de France 2 Aymeric Caron a tenté d'expliquer à Eric Zemmour que les termes 'immigré' et 'étranger' ne sont pas synonymes. L'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) utilise pourtant des définitions très claires qui distinguent bien les notions d'étranger et d'immigré. Dans un débat, les chiffres/statistiques peuvent être instrumentalisés à des fins politiques. C'est pourquoi il est essentiel de bien définir les termes du débat pour savoir de quoi on parle.
_____________________________________
"Si une partie de l'opinion, confortée par des déclarations exagérées, est amenée à croire en une « vague » d'immigration dans le pays, c'est aussi parce que les migrants sont particulièrement visibles dans les points d'entrée du territoire (comme la frontière franco-italienne) et de sortie (comme Calais), créant un effet de masse. (…)
On l'a vu, si l'on se fie au nombre de demandes d'asiles déposées jusqu'à maintenant, le pays ne connaît pas de vague d'immigration plus importante que les dernières années. L'Hexagone se trouve au carrefour de routes de migrations très empruntées, sans que les hausses d'entrée dans l'UE ne se traduisent, pour le moment tout du moins, dans les chiffres français.
Mais l'effet de concentration joue à plein à Calais, passage considéré comme indispensable pour ceux souhaitant rejoindre le Royaume-Uni. Les images de ces derniers jours, montrant des migrants se battant entre eux ou « prenant d'assaut » des camions en partance pour la Grande-Bretagne et poussant le ministère de l'intérieur à envoyer des renforts sur place, continuent à alimenter les fantasmes sur le sujet."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *