La rédaction organisée de Léna (3°4) sur l’imagerie médicale

Léna (3°4) vient de mettre en ligne sa rédaction sur les évolutions de l’imagerie médicale. Elle expose les informations avec clarté, organise et illustre son propos. Tout y est ! C’est un bon travail dont vous pouvez vous inspirer. 

L’imagerie médicale est apparue au XIX° siècle. Comment a t-elle évolué depuis 1895?

Le 28 décembre 1895 en Allemagne, le physicien Röntgen fit une découverte qui va révolutionner l’histoire. Au même moment, en France, les Frères Lumière organisent la 1ère séance de Cinéma. Röntgen découvre des rayons capables de traverser la matière (sacs, peau) avec sa femme comme cobaye. Ne sachant pas comment appeler sa découverte, il la nomma  »Rayons X ». Au début, quand le grand public apprit cette nouvelle, elle fut prise à la légère et fut l’objet d’amusement et de curiosité, elle était notamment présente dans les fêtes foraines. Mais plus tard elle fut utilisée à des fins médicales. En 1914, la 1ère guerre Mondiale éclate. Marie Curie, la célèbre physicienne détenant 2 prix Nobel , un de physique (1903) et un de chimie (1911) qu’elle partage avec son mari Pierre Curie qui décède le 19 avril 1906.     Marie décide de partir au front avec sa fille Irène et se déplaçaient dans des voitures appelées  »Petites Curie » , afin de faire passer des radiographies aux soldats pour permettre aux chirurgiens de retirer les morceaux d’obus ou des balles.

L’imagerie médicale est un grand progrès pour la médecine. Cependant, les médecins radiologues sont exposés sans le savoir aux risques d’irradiation et de maladies graves comme le cancer ou la radiodermite (maladie de l’épiderme,suite à une forte exposition aux rayons X) ne sont pas encore connus par les médecins. Le cas de Charles Vaillant, médecin radiologue à été victime d’amputation et il n’est pas le seul. Dans les années 1970, les premières échographie apparaissent, permettant de voir l’État de santé du futur bébé.

Aujourd’hui ces technologies sont devenues indispensables pour soigner les malades. Pour faire un diagnostic plus poussé, les médecins utilisent l’IRM qui est dénuée de risques pour la santé (rayonnement). Mais faute d’équipements, pas assez nombreux (appareils très coûteux). En France, dans les régions peu peuplées comme l’Auvergne, le délai d’attente est plus long contrairement au secteur de la région parisienne. Autre exemple, au Mexique,  les malades n’ont pas ou peu accès aux soins. À défaut, le diagnostic est fait par scanner, nocif pour la santé.

Depuis 1895, l’imagerie médicale a beaucoup évolué. Elle est devenue indispensable au bon fonctionnement de la médecine mondiale malgré les risques et les inégalités en France et dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *