Archive pour Actualités

Wall Art #1 : Les illusionnistes

 

C’est parti, le projet Wall Art démarre la semaine prochaine avec un groupe de 16 élèves volontaires de 4ème. Le mardi de 16h à 17h, tu vas participer à…

  • … un projet artistique où tu crées et exposes tes œuvres
  • … un projet vidéo où l’on filme ce que l’on fait pour le diffuser sur internet
  • … un projet pour réaliser une fresque avec Bulbe, un artiste stéphanois
  • … un projet où plaisir et liberté sont les maîtres mots

Activité : Les illusionnistes

1. Pour ce premier atelier, nous vous proposons de jouer aux illusionnistes en créant sur les murs de Waldeck un trompe l’œil ou une anamorphose. Certains lieux s’y prêtent bien comme le mur où débouche la passerelle.

Le trompe l’œil, c’est une réalisation qui donne l’illusion d’objets/personnages en relief grâce à un jeu sur la perspective, les ombres et la lumière.

‘Huyendo de la crítica’ par le peintre espagnol Pere Borrell del Caso (1874)

 

L’anamorphose, c’est une image volontairement déformée. Mais lorsqu’on la regarde sous un certain angle, on peut voir l’image en totalité.

Une anamorphose d’Ella & Pitr réalisée pour la Comédie de Saint-Etienne

 

Une autre anamorphose d’Ella & Pitr réalisée dans une friche de l’Ondaine.

Hebergeur d'image

Une anamorphose célèbre sur le tableau d’Holbein le Jeune, « Les ambassadeurs » (1533)

 D'autres réalisations

 

Aller + loin

Un Prezi sur les techniques du street art

Firminy, la géo sur le terrain

Pour cette leçon de géographie sur le terrain, la brume n’a pas empêché la lecture du paysage de Firminy. Sur les hauteurs de Montessus, on peut vraiment raconter l’histoire de Firminy du bout du doigt. Vous avez repéré quatre unités paysagères :

  1. le Firminy industriel et son totem noir, la Tour de trempe
  2. le centre-ville et ses lieux de pouvoirs, de culture, de culte, …
  3. Firminy-vert et sa ceinture végétale où trône l’Unité d’habitation du Corbusier
  4. la vallée de l’Ondaine, sa rivière et ses voies de communication

Démarrée à la Maison de la Culture, la visite « Architecture et lien social » avait pour objectif de vous faire comprendre l’ensemble du travail du Corbusier à Firminy-Vert à travers les thèmes de l’architecture et de l’urbanisme. Mission réussie, on en reparle en classe. 

+ d’infos 

Histoire des arts : Le Corbusier à Firminy

 

La rédaction de Sarah sur la traite des noirs et l’esclavage

Sarah a mis en ligne sa rédaction organisée sur la traite négrière et l’esclavage. Elle explique étape par étape ce qu’est le commerce triangulaire. Les informations sont précises et détaillées. Elle a bien respecté les consignes en rédigeant une introduction, un développement en trois parties et une conclusion. Bonne lecture !

                                                                         

Du 16ème au 19ème siècles, 11 millions d’esclaves on traversé l’Atlantique en bateaux pour travailler dans les champs ou les plantations.                 Quelles ont été leurs conditions de vie ?

 

Les esclaves sont d’abord capturés en Afrique, soit par des inconnus, des proches ou parfois même par leur propre roi en échange de marchandises (nourriture, armes…). On les dépouillait, on les déshabillait, puis on les enchaînait et les conduisait sur la plage, prêt à embarquer sur un bateau négrier. On les privait de leur liberté. De plus, lorsque les familles étaient capturées, elles étaient séparées.

 

Lorsqu’on les faisait embarquer de force, on les jetait comme de vulgaires objets dans le fond du bateau. Ils étaient serrés, ils n’étaient presque pas nourris, certains, les plus faibles, mouraient durant la traversée. Il n’y avait pas d’hygiène, ils étouffaient les uns sur les autres. Les esclaves étaient ensuite emmenés par les négriers (vendeurs d’esclaves noirs) en Amérique ou en Europe pour travailler. Dans plusieurs mois ils seront vendus comme esclaves.

 

Arrivés à destination ( Brésil, Haiti, USA, Antilles ou Louisiane), les négriers mettaient sur une sorte d’estrade ce qu’ils considéraient comme des marchandises ( les Africains) et une une sorte de vente aux enchères commençait. Les hommes, les femmes et les enfants noirs étaient palpés comme du bétail puis achetés en fonction de ce qu’on pensait qu’ils valaient.

 

Une fois achetés, les esclaves étaient emmenés dans des pièces insalubres, sans hygiène, repoussantes ou ils étaient privés de leur liberté. Puis on les menait dans les plantations pour exécutent du travail forcé. Ceux-ci rapportait aux Américains ou aux Européens des marchandises très rares telles que; le tabac, le sucre, le coton, café etc…

 

En conclusion, des Africains étaient capturés, vendus et exploités aux profits des Européens et des Américains. Ceci est le commerce triangulaire car il relie ces trois continents : l’Europe, l’Afrique et l’Amérique. L’esclavage prendra vraiment fin en 1848 grâce a Victor Schoelcher.

_____________________

+ d’infos

« L’histoire extraordinaire des derniers jours du Meermin, un navire hollandais qui fit naufrage en 1766 après la mutinerie des esclaves malgaches qu’il transportait. »

Cette vidéo retrace le parcours de Massavana, leader d’une révolte d’esclaves sur le navire négrier le Meermin.

L’habitat à Firminy : 1916-1957

Je mets ici en ligne le travail réalisé par les élèves de 5°3 emmenés par M.Valette (Arts Plastiques) et Mme Melgar (prof-doc). Ensemble, ils sont partis à la découverte de l’habitat à Firminy et ses évolutions de 1916 à 1957. 

« Dans le cadre d’ une classe à PAC (classe à projet artistique et culturel), les élèves de 5°3 du Collège Waldeck Rousseau ont travaillé sur l’évolution de l’habitat à Firminy entre la première guerre mondiale et la révolution architecturale qu’a initiée Le Corbusier après la deuxième guerre mondiale, sollicité par le maire de l’époque Eugène Claudius Petit.

Ils ont visité au château des Bruneaux de Firminy la reconstitution d’un appartement du début du siècle précédent. Les conditions de vie si différentes de celles qu’ils connaissent les ont surpris, amusés et leur ont suggéré de faire revivre les mannequins artistement mis en scène par la Société d’Histoire de Firminy.

C’était un jeu, trouver des noms d’époque, des relations familiales, des caractères, une histoire qu’ils on parfois empruntée à des anciens de leur famille (pourquoi l’oncle Jules est-il « un vrai radin » ? et pourquoi le mari de Justine se nomme-t-il Casimir Stanislas ? ) et bien sûr faire intervenir la grande histoire, celle dramatique de 1916.

La deuxième partie met en scène, sans mannequins cette fois, la petite fille du bébé de la première histoire visitant avec sa famille un appartement de l’unité d’habitation avec un guide du site Le Corbusier, celui qui accompagna les élèves lors de leur visite.

Cette vidéo est une réalisation d'élèves, d'une classe dans son ensemble, travaillant par groupe de deux ou trois ; ils ont filmé, découpé les rushs, inventé et enregistré les dialogues, réalisé chacun leur séquence faisant revivre un personnage. Restait à assembler ces séquences. Ils ont travaillé en classe entière pendant le cours d'Arts plastiques et par groupe pour peaufiner leur séquence au CDI dans leur temps libre."