Archive pour Ecologie

EMC – Moi, ministre de l’Écologie

COMPÉTENCES

  • Je suis sensible à l’environnement, l’actualité et la politique
  • Je formule mon opinion à l’écrit puis à l’oral, en groupe puis en classe entière
  • Je participe à une discussion à visées philosophique et démocratique
Ce qui s’est passé
 
Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé mardi 28 août à la radio qu’il quittait le gouvernement d’Édouard Philippe, le Premier ministre. Les mesures politiques prises en France pour protéger l’environnement sont insuffisantes à ses yeux face à la « tragédie climatique » en cours.
 
« Nous faisons des petits pas, mais est-ce que les petits pas suffisent à renverser la tragédie climatique ? Non. »
 
 
 
 

CONSIGNE 1 : Étudiez attentivement les documents et répondez aux questions de la fiche

DOC 1 : Regarde l’extrait de 0.00 à 2.00

DOC 2 : Étudiez cette carte en vous répartissant d’abord les vidéos dans le groupe

DOC 3 : Étudie cette image qui fait le bilan de l’action du ministre Nicolas Hulot (pour les 3ème)

Résultat de recherche d'images pour "nicolas hulot une journal"

CONSIGNE 2 : Nicolas Hulot parti, il faut le remplacer. Imagine que tu deviennes ministre de l’écologie, que ferais-tu ?

Rédige un texte sur ton cahier que tu pourras lire à la classe si tu en as envie. Nous voterons pour l’élève le plus convaincant.

CONSIGNE 3 : Je participe à une discussion à visées philosophique et démocratique autour de la question suivante

Démissionner, c’est être courageux ou lâche ?

La Côte d’Azur : un littoral touristique et hyperurbanisé

Sur la Côte d’Azur, le paysage littoral a été modifié pour accueillir notamment toujours plus de touristes. Retour sur un espace qui accueille les hommes depuis fort longtemps…

Vue sur le littoral de Menton (et sur ma tente) depuis le camping municipal

OBJECTIFS

  • Identifier les paysages et les activités du littoral méditerranéen
  • Comprendre que l'urbanisation de la Côte d'Azur a été limitée par la loi Littoral de 1986
  • Comparer les discours d'acteurs différents (un office de tourisme / une association)

UNE VIDEO d'information de GEOM (une association qui a pour but de contribuer au respect et à la découverte de l'environnement marin)

CE QUE DIT LA LOI LITTORALE de 1986 

« ARTICLE 1. Le littoral est un morceau de territoire que l'on doit aménager, protéger et mettre en valeur. La loi littorale a pour but :

  • la protection des équilibres biologiques et écologiques et la préservation des sites et paysages et du patrimoine
  • la préservation et le développement des activités économiques liées à la proximité de l’eau, telles que la pêche, les cultures marines, les activités portuaires, la construction et la réparation navales et les transports maritimes
  • le maintien ou le développement, dans la zone littorale, des activités agricoles ou sylvicoles, de l’industrie, de l’artisanat et du tourisme.»

 

LE LOGO DE LA VILLE DE MENTON

UNE VIDEO (1) du Comité Régional de Tourisme en Côte d'Azur

"Terre d'exception et d'émotion, la Côte d'Azur - French Riviera doit une large part de son succès à son exceptionnelle diversité et richesse : une identité unique contrastée entre mer et montagne ; des paysages naturels préservés allant du littoral méditerranéen aux Alpes du Sud ; un patrimoine culturel extraordinaire; une profusion de festivals et de grands événements internationaux ; une gastronomie gorgée de soleil..."

UNE VIDEO (2) du Comité Régional de Tourisme en Côte d'Azur

Deux vidéos pour aller + loin : La 1ère vidéo de l'INA montre des réactions d'habitants suite à l'urbanisation du littoral de Menton (Alpes Maritimes) au début des années 1970. L'autre montre que la construction des marinas sur le bord de mer a suscité des polémiques. Les conflits entre les différents acteurs du littoral ne date pas d'aujourd'hui…

 

Cancun 2010, l’espoir est mince

Il y a un an, Copenhague (Danemark) accueillait le quinzième sommet international sur le climat. La fibre écologique des Danois est souvent citée en exemple : champions de l’éolien, du vélo et du bio. Mais nul n’est parfait… La moitié de l’électricité danoise vient du charbon, une source importante de pollution. En 2010, c’est au tour de Cancun (Mexique) de recevoir la conférence sur les changements climatiques. Les représentants des états ont rendez-vous au Moon palace, un hôtel de luxe de la ville. Comme le note un reportage de Global Mag, cette ville champignon serait plutôt l’exemple à ne pas suivre en matière de développement durable. Le tourisme intensif a provoqué un « désastre écologique » : recul des zones sauvages, accumulation de déchets, contamination des nappes phréatiques, rareté de l’eau potable, … Clique sur l’image pour accéder à l’émission.

A Copenhague, des objectifs ambitieux pour l’environnement et la réduction des émissions de CO2 devaient être annoncés. Au final, l’espoir placé dans cette conférence internationale a fait un « flop » mais une prise de conscience planétaire des enjeux environnementaux a eu lieu. 194 états sont présents à Cancun pour tenter de trouver un accord. Cependant, l’optimisme n’est pas au rendez-vous. Mercredi 1er décembre, le président brésilien Lula a annoncé que la conférence de l’ONU sur le réchauffement climatique « ne va rien donner. Aucun grand dirigeant n’y va, au mieux ce sont des ministres de l’Environnement, et on ne sait même pas si les ministres des Affaires étrangères iront ; il n’y aura donc aucun progrès« . De plus, la crise économique a relégué les promesses environnementales au second plan et la prolongation du protocole de Kyoto de 1997 semble sur de mauvais rails : le Japon vient d’annoncer que sa promesse de réduire les gaz à effet de serre prendrait fin en 2012…

Malgré tout, l'élan citoyen continue. Le magasine Terra eco estime que "les Etats sont collectivement défaillants pour gérer la problématique globale du climat" alors que "des villes, des régions ou des pays ont pris le problème à bras le corps et tentent de développer des solutions à leur échelle et à leur niveau d’actions. Il en va de même pour certaines entreprises, associations et citoyens qui se bougent pour changer leurs comportements." Pour preuve, cette récente campagne de Greenpeace qui nous invite à penser l'avenir sans pétrole.



A lire sur la [email protected]

Copenhague 2009, le monde au chevet de la Terre

Copenhague : hope and flop


Copenhague 2009, hope and flop

L’histoire-géographie donne les clés pour comprendre le monde d’aujourd’hui… Pour vous en persuader, la séance qui ouvre le programme de 3ème sera d’actualité. Une foule de sujets potentiels se présente mais puisque nous nous trouvons dans un éco-collège et que nombre de professeurs intègrent la préoccupation envionnementale dans leurs cours, un bilan du sommet de Copenhague constitue un bon départ.

En décembre 2009, les dirigeants du monde se sont réunis à Copenhague pour le sommet climatique des Nations Unies. Des objectifs ambitieux pour l’environnement et la réduction des émissions de CO2 doivent être annoncés. En juin 2009, un débat sur France 24 « Climat, le temps presse ! » expliquait les difficultés pour arriver à un accord entre les pays riches et les pays en développement. Au final, l’espoir placé dans cette conférence internationale (hope en anglais) a fait un « flop ». Un échec expliqué en partie par ce court reportage de France 24.

humanfootprint

L’objectif de la séance est de revenir sur les enjeux de cette conférence et d’expliquer les raisons de l’échec. Au cours de la séance, divers documents (vidéos, cartes, dessin de presse, texte) vous seront proposés pour questionner notamment la notion d’empreinte écologique. Le travail de comparaison de cartes à l’échelle mondiale permettra d’expliquer les variations de l’empreinte écologique selon les régions du monde. Une course contre la montre s’est engagée  sur la question du dérèglement climatique (comme en témoigne cette vidéo de l’ONG Oxfam) et la mobilisation doit être mondiale.

L'année dernière en IDD, un groupe d'élèves de 4ème du collège Waldeck Rousseau avait aussi fait passer leur message : "Ne la laissons pas tomber, elle est si fragile".

Mais la mobilisation citoyenne se heurte à une réalité économique et politique. Sur son site Globecartoon, le dessinateur Patrick Chappatte expose en quelques coups de crayon une des raisons du fiasco de Copenhague.

Aller + loin :

En attendant, vous pouvez estimer votre empreinte écologique sur le site de la Cité des sciences… Après avoir fait le test, je constate que "si tout le monde consommait comme moi, il faudrait 2,7 planètes pour subvenir aux besoins de la population mondiale". Il est bien temps de changer d'ère…

image-1

Sources :

  • Le dessin de presse intitulé "Ressources naturelles" est l'œuvre de  Nerilicon. Il est disponible sur caglecartoons.com.
  • Le dessin de presse intitulé "Escargot danois" est l'œuvre de  Frederick Deligne. Il est disponible sur caglecartoons.com.
  • Le dessins de presse de Patrick Chappatte "Développement contre écologie" est à retrouver sur globecartoon.com.
  • La carte vient du site de l'université Columbia de New York.
  • La copie d'écran vient du site de la Cité des sciences.