Archive de mots clefs pour agriculture

6ème H2 – La révolution néolithique

I. Où et quand la révolution néolithique a t-elle eu lieu ?

Compétence : Je me repère dans le temps et dans l’espace

1 : Note la définition de révolution néolithique puis réponds aux questions p 33 pour savoir où et quand la révolution néolithique a eu lieu

II. Comment les humains sont-ils devenus des agriculteurs et des éleveurs ?

Compétence : Je sais étudier un document

1 : Réponds aux questions p 35 (itinéraire 1)

III. Quel est le nouveau mode de vie des hommes au Néolithique ?

Compétence : Je mets en relation des documents

1 : Fais l’activité p 36-37 (coup de pouce + rédaction d’un article)

Clique sur l’image pour accéder au site « Les Hommes des lacs. Vivre à Chalain et à Clairvaux il y a 5000 ans ».

Afficher l'image d'origine

Plein les yeux – Les moissons en Beauce

« Ce pays est plus ras que la plus rase table.
À peine un creux du sol, à peine un léger pli.« 

Dans son poème consacré à « Notre-Dame de Chartres » (1913), Charles Péguy navigue à travers la Beauce, un océan de blé où la cathédrale de Chartres fait figure de phare. A l’image d’un paysage marin, la Beauce déroule son relief plat à l’infini, avec pour îles les villages et îlots les hameaux.

Châteaux d’eau, silos, églises et rangées d’arbres sont autant de signaux qui surgissent çà et là pour servir de repères. Les éoliennes apportent aussi cette verticalité et strient ce paysage entre ciel et terre. Pour accéder au gîte loué pour le début du mois d’août, une antenne relais a servi de signal pour tourner à droite. Au bout du chemin, une ancienne exploitation agricole entourée d’hectares de cultures : blé tendre, blé dur, maïs, colza, un peu de pomme de terre, de betteraves et de lentilles. Le vieux matériel agricole rouille derrière le hangar, les roues déjà ensevelies. 

Coup de veine, le temps fort de l’année allait commencer et nous étions aux premières loges pour ce grand ballet mécanique. Des labours aux moissons,  tout est calibré presque millimétré. Des rampes d’arrosage qui font la largeur exacte du champ au guidage GPS des moissonneuses, tout a été pensé pour un rendement maximum. Une poignée d’hommes s’active et guide les machines pour des va-et-vient incessants jusque tard dans la nuit, moment où le taux d’humidité impose de s’arrêter.

J’ai photographié un de ces soirs de moisson dans la Beauce où le soleil couchant incendie les blés. Au volant de sa moissonneuse, Nicolas, un jeune agriculteur ayant repris l’exploitation familiale, avale les épis, fruits d’un labeur quotidien. Malgré le printemps pourri, la récolte est bonne. Il est presque 22h et il nous invite dans la cabine de sa machine hi-tech pour voir la coupe avec plus de hauteur. Avec une barre de coupe de 6 mètres, la machine ingurgite tout rond les épis.  Bardée d’électronique, la moissonneuse livre les données sur la récolte en direct mais un tel investissement coûte cher. Pour le faire, Nicolas s’est associé avec un de ses collègues céréaliers pour partager les frais. Depuis le remembrement des années 1990, les multiples parcelles de ses parents ont été réduites à deux. Le métier d’agriculteur a bien changé depuis la fin de la guerre mais Nicolas ne s’est pas transformé en grand seigneur. Il travaille dur et ce soir-là il avalera les blés sous les étoiles.   

_______________________________________

Aller + loin 

Un article sur les enjeux de l’implantation de parcs éoliens en Beauce

Un article sur la récolte 2013 : « Malgré les caprices de la météo, les récoltes de céréales se portent bien »

Un article du Monde : Dans la Beauce, cinquante ans de pollution agricole (2012)

La conquête de l’Algérie par la France

arton44Dans la « petite histoire des colonies françaises » illustrée, la saga de la conquête de l’Algérie par la France est expliquée de façon décalée mais précise.

 

« Pour déclencher la conquête d’un territoire cinq fois grand comme la France, qui mobilisera 37 612 hommes, 567 navires dont 103 bâtiments de guerre, il fallait trouver une sacrée bonne raison« . Tout commence avec une histoire d’argent : à la fin du XVIII°s, la France est en guerre et demande au dey d’Alger du blé pour nourrir ses armées. A l’époque, l’Algérie n’est pas indépendante : elle est sous le contrôle de l’empire ottoman.


Trente ans plus tard, la France n’a toujours pas remboursé sa dette. Hussein Pacha, le dey d’Alger réclame plusieurs fois le règlement des comptes au consul français, sans succès. Irrité, il provoque en 1827 un incident diplomatique en envoyant un coup d’éventail (un chasse-mouche) dans le visage du consul. « Ce coup d’éventail fut la petite humiliation qui fit déborder le vase de la grande honte nationale. Trois ans plus, Charles X s’en servit pour déclencher la prise d’Alger« . Un conflit qui dure de 1830 à 1871.


Pour comprendre la suite des événements et les intérêts français en Algérie, nous allons étudier une vidéo de l’émission de Jean-Christophe Victor, « Les dessous des cartes ».


  • Comment sont réparties les terres en Algérie ?
  • Que change la colonisation dans l’aménagement du territoire algérien ?
  • Quelles différences il y a t-il entre les colons et les indigènes ?

 

Deux documents vont nous permettre de compléter cette étude. Le texte d’Alexis de Tocqueville (fiche) et cette couverture de l’almanach du Petit Colon algérien.


petit colon algérien 1893

Sources : Les citations viennent du tome 2 de la « Petite histoire des colonies françaises » publiée par Grégory Jarry et Otto T (éditions FLBLB).

L’Afrique du Sud : les cartes de la nation arc-en-ciel

Avant le coup d’envoi de la Coupe du monde 2010, Jean-Christophe Victor présente l’Afrique du Sud dans son émission « Le dessous des cartes ». Un exposé clair et renseigné sur la nation arc-en-ciel qui permettra d’effacer les clichés publicitaires évoqués dans l’article « Coupe du monde : quand la publicité se fait tacler ». Pourquoi est-elle appelée nation arc-en-ciel ?

D’abord, parce que sa population de 49 millions d’habitants est métissée. Près de 80% de la population est d’origine africaine, de souches Bantou, Khoi et San. La colonisation européenne (hollandaise et anglaise) puis la découverte de mines d’or et d’argent ont contribué au brassage des origines (métis, asiatiques).

Arc-en-ciel aussi parce que l’Afrique du Sud a levé depuis 1991 le nuage sombre de 43 années d’apartheid. L’apartheid est une politique raciste où la population noire pourtant majoritaire devait vivre à l’écart des Afrikaners (les blancs d’origine européenne). Aujourd’hui, le climat politique est plus apaisé et chacun a les mêmes droits. Mais, comme le rappelle l’émission, les cicatrices de l’apartheid ne sont pas encore refermées (townships du Cap).

Capture d’écran 2010-06-10 à 10.43.46

L’Afrique du Sud a des cartes en main. Représentant à elle seule 25% du PIB du continent africain, elle possède de sérieux atouts dans son jeu : une agriculture productive, un secteur minier important (1er producteur d’or par exemple) et une industrie agro-alimentaire, sidérurgique ou électronique. Ainsi, le pays occupe la 24e place dans l’économie mondiale.

La nation arc-en-ciel reste encore inégalitaire avec 30% de la population vivant sous le seuil de pauvreté. Quels seront les effets de la Coupe du monde sur la société sud-africaine ? L’histoire reste à écrire. Au pied de l’arc-en-ciel, n’y a t-il pas toujours un trésor ?

Sources : Les cartes de l’émission « L’Afrique du Sud : balle au centre » et leurs commentaires sont à retrouver sur le site d’Arte.