Archive de mots clefs pour EMC

EMC – Mon confinement en un lieu, un moment, cinq objets

Lundi 18 mai, une partie d’entre vous reprendra le chemin du collège, pas tout à fait comme avant. Vous viendrez avec un tas de règles et de recommandations en tête. Probablement avec du gel hydroalcoolique, un masque. Finies les 6ème – 3ème 1, 2, 3 ou 4, vous serez regroupés dans un effectif à moins de 15 élèves accompagnés par vos enseignants masqués. Il y aura la joie de retrouver les ami.e.s mais du stress chez certain.e.s, de la peur pour d’autres. Une chose est sûre, nous aurons tous un grand plaisir à nous retrouver et la force de refaire société ensemble.

Durant cette première journée, nous vous expliquerons comment vivre au collège en temps de pandémie. Ensemble, nous reviendrons aussi sur la période de confinement : comment on l’a vécue ? comment on en sort ?

Parce que la crise du COVID-19 a bouleversé nos vies et le cours de la planète, nous allons mettre des mots sur ce moment partagé par tous mais chacun chez soi. Ce sera l’occasion d’échanger aussi sur les évolutions de la société qui touchent à la fois notre alimentation, nos libertés bref notre façon de voir et de penser l’avenir.

OBJECTIFS

 

ACTIVITÉ : Raconte ton confinement en un lieu, un moment et cinq objets

Aussi, je vous propose de présenter

  • le lieu qui a marqué votre confinement
  • un moment unique ou routinier qui a marqué/rythmé la période
  • 5 objets qui t’ont accompagné et qui ont une importance ou une portée particulière

Je me lance en premier ! Voici mon confinement en un lieu, un moment et cinq objets

  1. Un lieu : ma parcelle de jardin, satellite de mon domicile stéphanois, a été mon refuge pour le présent et une perspective pour le futur car on sème, on plante et on attend de voir ce qui vient ! À l’heure où certain.e.s se ruaient sur les pâtes et la farine, c’était bon de penser son alimentation en étant locavore et jardinier.

View this post on Instagram

Ô confins

A post shared by Emmanuel Grange (@lapasserellehg) on

2. Un moment : le renforcement musculaire sur une appli de smartphone, j’ai tenu le rythme pendant près d’un mois avant de lâcher fin avril. Une saine routine associée à la sortie règlementaire sur le km à la ronde et au jardinage !

Objet 1. Un savon, un objet simple et incroyablement efficace car ses molécules se fixent sur l’enveloppe lipidique du virus et le désactive. Pour en savoir plus sur cette belle invention antique, regardons cette vidéo

 

Objet 2. Un vinyle, car la musique et l’art en général sont indispensables à notre vie. Sans culture, le confinement aurait été interminable. On peut aussi jouer avec les pochettes de vinyles, en anglais ça s’appelle le sleeve face.

Objet 3. L’attestation de déplacement, formalisant nos droits de sortie, j’y ai passé des couches de correcteur, changeant l’heure et la date de sortie. On en reparlera car la pandémie a reconfiguré nos libertés pour un temps et cela questionne l’avenir dans nos démocraties (regardez par exemple le débat autour de l’application StopCovid).

Objet 4. Un ordinateur, j’y ai passé des heures à travailler, répondre ou discuter avec vous en classe virtuelle. Au point que les vacances ont été très appréciées pour user du droit à la déconnexion numérique.

View this post on Instagram

Discontinuité pédagogique dans 3-2-1-?

A post shared by Emmanuel Grange (@lapasserellehg) on

Objet 5. Un semis (oui, je me répète). Anticipant l’interdiction de me déplacer jusqu’à mon jardin éloigné de plus d’1 km, j’ai semé à domicile, scrutant l’évolution de mes plants de tomates, de choux ou de zinnias. Cela m’a permis de filer le temps au gré des pousses comme des espoirs déçus car toutes les graines ne germent pas.

EMI – Changement climatique, qui dit vrai ?

Vendredi 24 janvier, Mme Szostak est venue nous parler du changement climatique et a présenté les différentes actions menées par la ville de Firminy dans le cadre d’un développement durable.

Cependant, certains disent que le réchauffement climatique n’existe pas. Pour preuve, cette vague de froid polaire qui a touché une partie des États-Unis en 2019. Il a fait jusqu’à -50°c ! Alors changement climatique ou pas ? À vous d’enquêter pour savoir qui dit vrai !

LA SITUATION : Il y a un an aux États-Unis

File:Carte des villes américaines.svg

Au mois de janvier 2019, une vague de froid polaire a envahi une partie des États-Unis (le Midwest) et a provoqué la mort de plusieurs personnes.

 

DOCUMENTS

1. Un tweet du 29 janvier 2019 :

« Dans le magnifique Midwest, les températures atteignent -51 degrés, la température la plus froide jamais enregistrée. Dans les prochains jours, on s’attend à ce qu’il fasse encore plus froid. Les gens ne peuvent pas rester dehors même pendant quelques minutes. Que se passe-t-il avec le réchauffement climatique? S’il te plaît, reviens vite, on a besoin de toi!« .

2. Un article d’un site internet

https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/changement-climatique-causes-effets-et-enjeux

3. Une vidéo sur Youtube

 

EMC 6ème – Les émotions à travers l’art

Pour vivre avec les autres, il faut déjà apprendre à se connaître et à gérer au mieux ses émotions. Comme nous n’avons pas tous un Jiminy Cricket sous la main, nous ferons ce travail ensemble en utilisant plusieurs œuvres d’art.

millennial-pinocchio

ACTIVITÉ 1 : Les émotions, mes émotions

  1. J’identifie les émotions et j’apprends à mieux les gérer
  2. Je comprends que l’art sert à exprimer des émotions
  3. Je comprends l’expression : ‘avoir conscience de’

ACTIVITÉ 2 : le migrant, un voyageur comme les autres ?

  1. Je suis sensible à l’art et à l’actualité
  2. J’étudie une sculpture de Bruno Catalano
  3. Je connais ce que dit la loi
https://1.bp.blogspot.com/-_m9CZSCkAPU/V4N8XGj6FLI/AAAAAAAFv8A/KyUviI1Qua4NnRlltCYFFI1L69V6PxtlwCLcB/s1600/Bruno%2BCatalano%2BTutt%2527Art%2540%2B%252846%2529.jpg

Les sculptures en bronze de Bruno Catalano. Le grand Van Gogh a été installé sur un quai de Marseille en 2013.

 
BIOGRAPHIE de Bruno Catalano
 
« Né au Maroc en 1960, d’origines multiples et méditerranéennes, Bruno Catalano et sa famille sont contraints à l’exil en 1975. Débarqué à Marseille avec l’espoir d’une vie nouvelle, il garde en mémoire la douleur du déracinement. Devenu marin à 18 ans, puis électricien, il rencontre l’art et la sculpture sur argile à 30 ans, à travers des artistes tels que Rodin, Giacometti, César. Il décide alors d’y vouer son existence. »
 
EXPLICATION du travail de Bruno Catalano
 
« Une valise, un homme. Il s’en empare, et se lance vers l’inconnu. Voyage volontaire vers un horizon qu’on embrasse et qu’on voudrait infini, ou voyage forcé, contraint par l’exil et la souffrance, en quête de liberté et guidé par la survie. Le voyageur de Bruno Catalano est cet homme laissé à lui même, un homme propulsé dans l’infini du temps et de l’espace.« 
 

Voyager, migrer : ce que dit la déclaration universelle des Droits de l’Homme (1948)

« Article 13

1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat. 
2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Article 14

1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays. »

Ce qu’écrit le collectif National des Droits de l’Homme ROMEUROPE

« Tout citoyen de l’union européenne a le droit de circuler et de séjourner librement sur le territoire des Etats membres; la liberté de circuler est accordée pour trois mois, sous réserve de ne pas troubler l’ordre public et de ne pas être «une charge» pour le système d’assistance sociale.
 
Au-delà de trois mois, le droit au séjour des citoyens de l’union est soumis à des conditions limitatives : travailler, étudier ou disposer de ressources suffisantes. Ces critères rendent l’exercice de la libre circulation beaucoup plus complexe pour les européens pauvres. Ils réduisent sensiblement leur possibilité d’accès au droit commun, d’autant qu’ils sont appliqués de façon beaucoup plus dure aux personnes vivant en bidonville et en squat.« 
 
 
 

HDA 4ème – Blu, l’origine des espèces et la fin du monde

OBJECTIFS

  • Je suis sensible à l’art et à l’actualité
  • Je formule mon opinion à l’écrit
  • Je m’engage dans une réalisation collective

Blu est un artiste originaire de Bologne (Italie). Depuis 2000, ses fresques gigantesques s’étalent sur les murs des bâtiments du monde entier. Il utilise sa liberté d’expression pour dénoncer la cupidité (= la soif d’argent) des hommes et les atteintes à l’environnement.

Au mois d’octobre 2015, il a réalisé sur un immense mur une frise racontant l’origine des espèces et la chute de l’Homme.

________________________________________________

Mission : tu vas débord décrypter cette œuvre et ensuite te lancer en groupe dans une réalisation à la façon de Blu.

#1. Lis l’article (-> clique ici <-) consacré à Blu puis présente l’artiste et son œuvre

#2. Décris le mur réalisé par Blu à Rome

http://www.blublu.org/sito/walls/2015/big/013.jpg

POUR ZOOMER, clique ici !

http://www.blublu.org/sito/walls/2015/big/014.jpg

POUR ZOOMER, clique ici !

L’œuvre de Blu est un hommage aux colonnes triomphales construites par les empereurs romains. La plus célèbre est la colonne Trajan : pour en savoir plus, clique ici.

L’œuvre évoque aussi l’évolution des espèces du naturaliste anglais Charles Darwin (1809 – 1882).

#3. J’explique le message de l’artiste

http://www.blublu.org/sito/walls/2015/big/015.jpg

POUR ZOOMER, clique ici !

Blu avait déjà travaillé sur l’évolution des espèces et sur la fin du monde. Regarde cette vidéo et explique ce qui risque d’amener l’humanité à sombrer d’après Blu.

#4. Réalise une œuvre à la façon de Blu pour dénoncer quelque chose qui te révolte. Tu es libre de choisir le thème et le support qui t’intéresse. À toi de jouer !