Archive de mots clefs pour états-unis

La mondialisation en images : la carte des amitiés Facebook

Après l’étude des relations nouées à l’échelle mondiale, nous allons nous intéresser aux effets de la mondialisation sur trois types de territoires :

  • une puissance mondiale : les Etats-Unis
  • les puissances émergentes à travers l’exemple de la Chine
  • les pays pauvres à travers l’exemple du Niger

Pour commencer cette partie, nous allons partir de l’exemple de la société américaine Facebook fondée en 2004 par Mark Zuckerberg. En avril 2012, Facebook annonce qu’il compte plus de 900 millions d’utilisateurs.

OBJECTIFS

  • Mettre en image la mondialisation à l’aide de cartes
  • Etudier la puissance technologique des Etats-Unis et son influence dans le monde
  • Visualiser et expliquer des inégalités spatiales à l’échelle du monde

CARTE 1 pour mettre la mondialisation et ses effets en images

En 2010, Paul Butler effectue un stage chez Facebook. Il réalise une carte permettant de visualiser et de matérialiser le réseau des utilisateurs de Facebook. Cette carte remporte un franc succès sur Internet. « On s’extasie sur la précision de la carte, sur sa beauté, sur la clarté et la précision des structures géographiques qu’elle fait apparaitre » mais comme le note Thierry Joliveau (l’auteur du site Monde géonumérique) c’est aussi un « objet idéologique« .

En effet, le document présente l’emprise du réseau social dans le monde et constitue une formidable publicité pour le groupe. Avec cette carte, Paul Butler veut montrer que « la compagnie Facebook relie les hommes du monde entier par-delà les frontières, les montagnes et les océans. Elle prend soin de toutes les amitiés qu’elle aide à éclore.« 

http://mondegeonumerique.files.wordpress.com/2011/01/facebook.png

UNE VIDEO PUBLICITAIRE : 2004-2009, comment Facebook s’est-il diffusé dans le monde ?

CARTE 2 : La carte des amitiés Facebook comparée à la carte de la densité de population

http://mondegeonumerique.files.wordpress.com/2011/02/post2carte11.jpg
Après avoir répondu aux questions de la fiche, nous nous rendrons à Palo Alto (Californie), là où Facebook pilote ses activités. Le siège social de l'entreprise est installé au cœur de la Silicon valley ("la vallée du silicium"), la première technopole au monde.
Pour aller + loin

La crise : la fin de l’eldorado américain ?

Pour illustrer notre cours sur « les visages des Etats-Unis de Barack Obama« , voici une vidéo du Monde.fr intitulée :

« La crise aux Etats-Unis décourage les clandestins à la frontière mexicaine »

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x8wk8a_aux-etats-unis-la-crise-decourage-l_news[/dailymotion]

Ce photo-reportage met en lien plusieurs thématiques de notre cours (l’eldorado américain, l’immigration clandestine, la crise économique). Selon la journaliste, « la crise économique a réduit d’un quart le nombre d’immigrés  arrêtés à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis« . Le responsable d’un centre d’aide catholique affirme que les migrants « ne croient plus au rêve américain« . Pour la police des frontières américaines, c’est le renforcement de la surveillance qui explique cette diminution. Cependant, seule 1 personne sur 4 traversant illégalement est reprise à la frontière. Beaucoup de sud-américains continuent donc de tenter leur chance.

Ce constat fait en 2009 est repris aujourd’hui dans un article du Courrier International daté de mai 2012 et intitulé : « Les Etats-Unis ne font plus rêver les Mexicains ». Selon le Washington Post, c’est la première fois depuis la Grande Dépression que « les Mexicains sont plus nombreux à quitter les Etats-Unis qu’à y entrer ». La baisse de l’immigration mexicaine serait due « au renforcement des contrôles à la frontière, à la faiblesse du marché du travail et du secteur du bâtiment aux Etats-Unis, à l’augmentation du nombre d’expulsions et à la diminution du taux de natalité chez les femmes mexicaines« .

Cette carte trouvée sur le site d’un collègue d’histoire-géographie permet de comprendre les enjeux autour de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique (le Mexamérique).

Au lendemain de l’élection de Barack Obama, les médias insistaient sur les défis que le président fraîchement élu devait relever. Cette vidéo de France 3résume bien la situation et montre que la superpuissance américaine est vulnérable.

Source image : capture d’écran du site Le Monde.fr

Pour aller plus loin :

Un article intitulé « Mexique / Etats-Unis : frontière, immigrations, inégalités sociales«  publié sur le site de Géographie sociale

Quand une catastrophe naturelle balaie la limite Nord-Sud

Nous abordons cette semaine les inégalités dans le monde et nous sommes confrontés à la question de « la limite Nord-Sud ». Dans notre esprit, comme sur cette carte, la ligne qui serpente sur le planisphère a vite fait de devenir étanche. Le risque de ce découpage, c’est de collectionner les stéréotypes (une idée toute faite) et de caricaturer le monde. La revue [email protected] note avec justesse « que cette ligne représente bien plus que les écarts de développement, elle révèle un rapport historique entre nations dominantes et nations dominées, entre anciennes métropoles et anciennes colonies ou pays assimilés.« 

Nord_Sud

Notre perception des pays du Sud est marquée par des stéréotypes : la pauvreté, l’enfant noir affamé, la guerre, les épidémies marquent l’inconscient collectif. Dans un article précédent, j’avais décortiqué un magasine destiné aux collégiens et j’avais relevé les clichés dont est victime l’Afrique :

« Les photos publiées (manifestation, attentat, sécheresse, censure, génocide, chars d’assaut, pirate, rebelles) sont révélatrices d’une vision catastrophiste du continent africain. Pour que les journaux télévisés évoquent en profondeur l’Afrique, il faut le plus souvent une guerre, une famine ou un scandale (Affaire Elf, L’arche de Zoé). En boucle, les mêmes images imprègnent notre rétine : des habitants chétifs, des armes, des pleurs. Il en va de même pour des films sortis récemment comme Lord of War ou Blood Diamond : leur titre suffit à planter le décor.« 

Ainsi, les pays du Nord deviennent l’exact contraire, terres de richesses et de prospérité. L’étude de la carte par anamorphose du manuel montrait clairement que cette perception est en partie exacte.

carte par anamorphose

Mais, en étudiant de plus près chaque pays du Nord, on s’aperçoit que le niveau de développement peut-être bien différent. Il en va de même pour les pays du Sud. Alors, pour ne pas tomber dans le panneau, on parle « des Sud » et « des Nord », mais est-ce vraiment suffisant ?

Pour savoir si votre perception du monde n’est pas caricaturale, comparons deux catastrophes très médiatisées. L’une a frappé la première puissance mondiale, l’autre touche un des pays les pauvres au monde.

  • en 2005, l’ouragan Katrina s’abat sur le sud des Etats-Unis
  • en 2010, un séisme ébranle Haiti

Par définition, une catastrophe touche tout le monde mais on peut estimer qu’un pays riche a des ressources pour affronter au mieux l’adversité. En répondant aux consignes suivantes, vous vous poserez fatalement ces questions :

  • un pays riche est-il vulnérable ?
  • dans un pays développé, la richesse des uns fait-elle oublier la pauvreté des autres ?

Consigne : Regarde les deux vidéos

Clique ci-dessous pour visionner la première vidéo (France 3 / Etats-Unis)

 

retrouver ce média sur www.ina.fr

Clique ci-dessous pour visionner la deuxième vidéo (France 24 / Haiti)

Capture d’écran 2010-03-03 à 13.31.20

CONSIGNES :

  1. Trouve les points communs et les différences entre les deux catastrophes
  2. Quel rôle joue les Américains en Haiti ?
  3. Le traitement médiatique de la catastrophe est-il le même dans un pays pauvre et dans un pays riche ?
  4. Quel stéréotype brise l’image ci-dessous ?

Ouragan Katrina

CONSTAT

La limite Nord-Sud est pratique mais n’est elle pas caricaturale ?

Pour aller plus loin :

Le séisme en Haïti mobilise les dessinateurs de presse
Séisme en Haïti : comment démêler le vrai du « fake » ?
CNN en Haïti : le monopole du cœur ?

Sacco et Vanzetti – Playlist 10 titres –

Le 23 août 1927, Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti meurent sur la chaise électrique et entrent dans la postérité. « Ce dernier moment est le nôtre. Cette agonie est notre triomphe«  : depuis le box des accusés, Vanzetti lance cette prophétie au tribunal qui les condamne à mort pour hold-up et meurtres alors qu’ils n’avaient cessé de clamer leur innocence. Pour ceux qui demandent activement la révision du procès, la justice fait fausse route. Plus préoccupée par le pedigree des accusés (immigrés italiens et anarchistes) que par la recherche de la vérité, elle commet une terrible erreur judiciaire. Au début des années 1920, « l’amalgame entre étranger, anarchiste et assassin devient courant » dans des Etats-Unis en crise. Délit de sale gueule, procès politique, cette affaire devient l’archétype d’un scandale judiciaire qui mobilisera l’opinion publique jusqu’à la reconnaissance officielle de l’innocence de Sacco et Vanzetti en 1977.

Adaptée au cinéma et au théâtre, l’affaire Sacco-Vanzetti se raconte aussi en musique. Woody Guthrie y trouve l’inspiration pour un album entier tandis que Joan Baez en fait le tube de l’été 1971 en France. En 2010, le groupe de punkrock Cartouche pose ses accords sur le poème de Louis Aragon « Sur le port de Dieppe ». On n’a toujours pas fini de parler du « jour de Sacco Vanzetti »…


#1. Joan Baez et Ennio Morricone – Here’s to you –
#2. Scott Walker – The Ballad of Sacco and Vanzetti
#3. Woody Guthrie  – Sacco and Vanzetti
#4. Cartouche – Sacco et Vanzetti
#5. Woody Guthrie — Two Good Men
#6. Sine frontera – Sacco e Vanzetti
#7. Kento – Sacco o Vanzetti
#8. Christy Moore- Sacco & Vanzetti
#9. George Moustaki – La marche de Sacco et Vanzetti
#10. Ennio Morricone – Hope for Freedom

 

Images : Merci Matt !

Pour en savoir +