Archive de mots clefs pour firminy

Wall Art #1 : Les illusionnistes

 

C’est parti, le projet Wall Art démarre la semaine prochaine avec un groupe de 16 élèves volontaires de 4ème. Le mardi de 16h à 17h, tu vas participer à…

  • … un projet artistique où tu crées et exposes tes œuvres
  • … un projet vidéo où l’on filme ce que l’on fait pour le diffuser sur internet
  • … un projet pour réaliser une fresque avec Bulbe, un artiste stéphanois
  • … un projet où plaisir et liberté sont les maîtres mots

Activité : Les illusionnistes

1. Pour ce premier atelier, nous vous proposons de jouer aux illusionnistes en créant sur les murs de Waldeck un trompe l’œil ou une anamorphose. Certains lieux s’y prêtent bien comme le mur où débouche la passerelle.

Le trompe l’œil, c’est une réalisation qui donne l’illusion d’objets/personnages en relief grâce à un jeu sur la perspective, les ombres et la lumière.

‘Huyendo de la crítica’ par le peintre espagnol Pere Borrell del Caso (1874)

 

L’anamorphose, c’est une image volontairement déformée. Mais lorsqu’on la regarde sous un certain angle, on peut voir l’image en totalité.

Une anamorphose d’Ella & Pitr réalisée pour la Comédie de Saint-Etienne

 

Une autre anamorphose d’Ella & Pitr réalisée dans une friche de l’Ondaine.

Hebergeur d'image

Une anamorphose célèbre sur le tableau d’Holbein le Jeune, « Les ambassadeurs » (1533)

 D'autres réalisations

 

Aller + loin

Un Prezi sur les techniques du street art

Firminy, mémoires d’immigrés

Au cours du XIX°s, la bourgade de Firminy est devenue une ville ouvrière avec une population métissée. Les mines, les aciéries ont attiré en ville des travailleurs qui espèrent trouver ici une vie meilleure. Pendant plus d’un siècle, l’industrie fait vivre une vallée jusqu’alors rurale. Au départ, les ouvriers viennent des campagnes environnantes de la Haute-Loire et d’Ardèche. A partir de 1920, une main d’œuvre étrangère arrive pour travailler dans les mines et les usines de métallurgie. Des Polonais, des Italiens, des Espagnols et des Maghrébins s’installeront dans des cités ou des baraquements. Après 1950, Firminy attire des Siciliens, des Portugais, des Algériens et des Turcs.

Pour entrer de façon vivante dans cette histoire de l’exode rural et de l’immigration à Firminy, les élèves de 6°3 et 6°4 devaient raconter ou imaginer le parcours d’un campagnard ou d’un immigré venu travailler dans cette ville industrielle de la vallée de l’Ondaine.

Beaucoup d’élèves ont fait le choix de raconter une histoire familiale. Travailler sur son espace de vie, c’est aussi se demander pourquoi on habite là et pas ailleurs. En partant à la recherche de leurs origines, ils ont échangé avec leurs parents ou grands-parents. Suivant l’itinéraire familial, ils ont rencontré l’Histoire avec un grand H : la Première Guerre mondiale, le génocide arménien, l’Espagne de Franco, la Deuxième Guerre mondiale, la guerre d’Algérie. D’autres ont pris conscience de l’attrait qu’a longtemps exercé Firminy sur les habitants des campagnes alentour.

J’ai sélectionné des récits révélateurs de l’histoire d’une cité métissée. Lus en classe, ces récits ont également été enregistrés pour que les élèves deviennent à leur tour des passeurs de cette mémoire ouvrière et immigrée. Pour naviguer d’une vidéo à une autre, cliquez sur la flèche en bas à gauche du lecteur.



ANNEE SCOLAIRE 2012-2013

#1. Dylan, élève de 6°2 au collège Waldeck-Rousseau, raconte l’histoire de son grand-père portugais qui a débuté sa carrière de mineur à 14 ans à la Ricamarie. Ses parents avaient quitté le Portugal à pied dans les années 1920.

#2. Manelle raconte l’histoire de son grand-père. Habitant en Algérie, il a rejoint la France en 1981 et a travaillé comme métallurgiste dans la tour de trempe avant de devenir marchand de fruits.

#3. Hava raconte l’histoire de son grand-père venu en car et sans papiers de la Turquie jusqu’en France. Il restera un an sans titre de séjour avant de faire régulariser sa situation et de faire venir sa famille.

#4. Léna, élève de 6°2 au collège Waldeck Rousseau, raconte l’histoire de son grand-père maternel né en Algérie en 1925. Il aidait son père à la ferme et a voulu tenter sa chance en France à l’âge de 23 ans.

#5. Inès, élève de 6°4, raconte l’histoire de son grand-père venu de Kabylie (une région d’Algérie). En 1948, il part pour la France et rejoint les amis de son village qui ont trouvé du travail dans les usines de la vallée de l’Ondaine.

#6. Selma, élève de 6°2, raconte l’histoire de son grand-père, un agriculteur algérien venu travailler en France dans les années 1950. Lors de ses congés, il repartait en Algérie voir sa femme et ses enfants qu’il fera venir en 1972.

 

 

ANNEE SCOLAIRE 2012-2013

#1. Ambre raconte l’histoire de son arrière grand-père arménien, réfugié au Liban à cause du génocide arménien et venu travailler en France après la Première Guerre mondiale (1914-1918).

#2. Emma raconte l’histoire de son arrière grand-père italien venu après la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945). Elle explique les conditions de sa venue, ses impressions et le racisme dont les immigrés italiens ont pu être les victimes.

#3. Riad raconte l’histoire de son grand-père venu en France après la guerre d’Algérie (1954-1962). Arrivé à Roanne, il loge dans un foyer puis part travailler dans une usine métallurgique de la vallée de l’Ondaine.

#4. Léo raconte l’histoire de sa grand-mère italienne qui immigre clandestinement avec sa mère et sa sœur après la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945).

#5. Ceryane raconte l’histoire de son arrière grand-père originaire de Haute-Loire qui part travailler dans une usine métallurgique de Firminy.

#6. Lorena raconte l’histoire de son grand-père espagnol venu en France en 1964. Il participa à la construction de l’Unité d’habitation de Le Corbusier en tant que grutier.

#7. Maïssa raconte l’histoire de son grand-père algérien venu en France en 1951. Il travaille et s’installe d’abord en région parisienne puis il part pour Firminy.

#8. Coline a imaginé l’itinéraire d’un campagnard de Haute-Loire venu travailler à Firminy.

 

Pour aller + loin :

Le site de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration présente deux siècles d’immigration en dix séquences thématiques.

Souvenirs de la visite au Corbu avec les 6°3 et les 6°4…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Firminy : ma ville et son patrimoine

Firminy, un village devenu grand

Habiter à Firminy, c’est vivre dans une ville chargée d’histoire. Proche de Saint-Etienneet de l’Ondaine, la cité a grandi au XIX°s au moment où l’industrie s’est développée. Les travailleurs de la Haute-Loire voisine et de l’Ardèche descendent « bosser » dans la vallée, dans les mines ou les usines. Le village devient alors une ville qui attire une main d’œuvre étrangère. En 1820, la population s’élève à 2627 habitants. Un siècle plus tard, la ville accueille plus de 20000 habitants, venant d’un peu partout. Pour loger tout ce monde, on construit des habitations de façon désorganisée. Après la Seconde Guerre mondiale, le maire Claudius Petit et un architecte surnommé Le Corbusier vont repenser la ville : Firminy vert voit le jour…

 

cts1j

 

Le paysage pour point de départ

 

L’histoire de Firminy se voit. Sur la RN88 qui mène à Saint-Etienne, le patrimoine industriel de la vallée de l’Ondaine défile sous nos yeux. Un colosse noir règne sur la vallée, c’est la tour de trempe nommée aussi « la canonnière » : la connais-tu ? Cherche la sur la vue panoramique de Firminy… pic_0020

Pour que tu connaisses ta ville et son patrimoine, nous allons prendre de la hauteur.  Aller sur la colline de Montessus car de là-haut le paysage dévoile des indices pour comprendre l’histoire des Appelous. Pourquoi travailler là ?  Pourquoi construire ici ? Sur les traces du patrimoine industriel et du patrimoine Le Corbusier, l’histoire de Firminy prendra du sens. Des parties du paysage (que l’on appelle aussi « des unités paysagères ») se détacheront et, à ton tour, tu pourras conter l’histoire de ta ville avec le bout du doigt…

Le feuilleton paysager de Firminy commence, la suite dans le prochain épisode …

image-5

image-1

image-11

Sources images :

J’ai pris en photo ce panorama de la ville de Firminy depuis le quartier de Montessus (octobre 2009).

La photo de la tour de trempe (du grand H et de l’Unité d’habitation) a été prise par René Commère. Son blog « L’Unieutaire » est une mine d’informations pour ceux qui s’intéressent au patrimoine industriel de la vallée de l’Ondaine.

Les copies d’écran viennent du site Géoportail / IGN


Waldeck 2013 – Cheese !

Pleins de bons moments passés en votre compagnie cette année, on remet ça l’année prochaine. Pour les 3ème, au plaisir de vous revoir ici ou ailleurs… Passez tous de bonnes vacances et à très bientôt !

 

Pour finir quelques productions des élèves cette année disponibles sur la chaîne Youtube de Waldeckinfo (IDD, débat argumenté)