Archive de mots clefs pour La chambre des officiers

Histoire des arts : Les joueurs de skat par Otto Dix

Cette peinture d’Otto Dix est notre porte d’entrée pour illustrer la violence de masse et le bilan humain de la Première Guerre mondiale. Nous en profiterons aussi  pour fixer précisément les exigences de connaissances et de savoir-faire attendus pour l’épreuve d’Histoire des arts.


L’artiste : Otto Dix, le peintre soldat

Otto dix les joueurs de Skat

1891 : Otto Dix naît en Allemagne.

1914-1918 : Après des études artistiques, Otto Dix s’engage dans l’armée allemande. Depuis le front, il dessine la guerre sur ses carnets la qualifiant de « retour à l’animalité ».

1920-1924 : Otto Dix consacre une série d’œuvres à la Première Guerre mondiale. Avec ce témoignage, il raconte son expérience de soldat et la sauvagerie du conflit. Il critique la guerre, ne ménage pas les anciens combattants et cherche à se sortir ces images d’horreur de la tête.

1933 : Hitler arrive au pouvoir en Allemagne et les œuvres d’Otto Dix sont qualifiées d’« art dégénéré » et en partie détruites. En 1937, ses œuvres sont retirées des musées allemands.

1944-1945 : Otto Dix retrouve le champ de bataille et sera fait prisonnier par les Français.

1969 : Otto Dix meurt, c’est un artiste reconnu pour son talent et son témoignage fort contre la guerre.

Le courant artistique : l’expressionnisme

L’artiste expressionniste livre sa vision de la réalité. Il laisse libre cours à son inspiration et exprime ses sentiments. Son travail interpelle, interroge ou choque. Ce mouvement est né en Allemagne au début du XX°siècle. C’est une peinture agressive qui n’hésite pas à critiquer la société comme le fait Otto Dix avec « Les joueurs de skat ».

 

Une œuvre célèbre du pionnier de la peinture expressionniste

Le cri du peintre norvégien Edvard Munch, 1893

Munch Otto dix les joueurs de Skat

L’œuvre : Les joueurs de skat ou invalides de guerre jouant aux cartes

(1920)

Il s’agit maintenant d’étudier cette œuvre d’Otto Dix. Le travail est à réaliser sur la fiche distribuée en cours. La méthode de travail reste la même :

  1. Je présente
  2. Je décris le tableau et les techniques utilisées
  3. J’explique
  4. Je suis sensible à l’art : note ce que tu as ressenti et retenu du tableau sur ce mur collaboratif

Pour vous aider

1. La meilleure analyse de ce tableau me paraît être celle de Sophie Delaporte disponible sur le site d’un peintre contemporain nommé Mik art.

2. La série 1 minute au musée consacre un vidéo à La partie de skat d’Otto Dix

3. Lors de l’épreuve d’histoire des arts, vous devez être capables de citer une autre œuvre du même auteur ou du même courant artistique que celle étudiée. 

Otto Dix a peint un triptyque intitulé ‘La guerre’ entre 1929 et 1932. La vidéo en commentaire vous propose une analyse détaillée de l’œuvre et un rappel sur le parcours d’Otto Dix. À écouter pour aller + loin que votre travail en salle info.

 

Une autre œuvre sur les "gueules cassées"

Défilé des mutilés, 14 juillet 1919, de Jean Galtier-Boissière.

 

Littérature et cinéma : la chambre des officiers

Le roman de Marc Dugain "La chambre des officiers" (1996) a été porté au cinéma par François Dupeyron cinq ans plus tard. Le tableau d'Otto Dix (1920) et "La chambre des officiers" nous renvoient à la même question :

Comment supporter son regard et celui des autres quand on est une gueule cassée  ?

La bibliothèque de Médecine de Paris a consacré une exposition virtuelle sur les "gueules cassées" : "La blessure au visage a fait d'eux des êtres hors normes qui suscitent chez l'autre des sentiments ambivalents : pitié, dégoût, sympathie, reconnaissance, peur."


Sources :

Le portrait d'Otto Dix en 1922 est disponible sur le site du musée Thyssen de Madrid.

« La chambre des officiers » sur Arte

Arte diffuse ce soir à 20h45 le film de François Dupeyron « La chambre des officiers » (2001). Il est adapté d’un roman de Marc Dugain et évoque le sort des gueules cassées, ces soldats au visage mutilé par la guerre. 

Eté 1914, Adrien Fournier, jeune lieutenant de l’armée française, part en reconnaissance sur le front. Victime d’un éclat d’obus, il est emmené défiguré à l’hôpital militaire du Val de Grâce. La chambre des officiers est réservée aux gradés gravement blessés. Durant cinq années, Adrien livre une autre bataille pour accepter ses souffrances et le regard de l’autre. La guerre inscrite dans sa chair, il doit réapprendre à vivre.

La bande annonce