Archive de mots clefs pour médias

Les décodeurs de l’information

Parallèlement au chapitre d’Education civique sur « Les enjeux de l’information », des élèves de 4°3 vont participer à l’IDD « Les décodeurs de l’information ». Les objectifs de ce travail sont ceux que met en avant le CLEMI (Centre d’éducation aux médias du Ministère de l’Education nationale) :

  • « connaître le système des médias, déchiffrer les messages d’information et découvrir la nécessité d’une lecture critique et pluraliste de l’actualité »
  • « accompagner la parole des élèves dans le cadre scolaire, pour les former à la responsabilité et à l’exercice de la liberté.« 

LE PROJET

Lors de l’IDD, nous travaillerons sur l’évolution de l’information et certains ratés médiatiques pour expliquer ce qu’est  (ou doit être) le métier de journaliste. Ainsi, la désinformation ou l' »emballement médiatique » seront traités à partir d’exemples précis. Au fil de l’étude, des questions se poseront : qui fait l’info ? quel rapport entretient le pouvoir avec les médias ? …

LA REALISATION

L’objectif de l’IDD est la construction d’une vidéo présentant le métier de journaliste et les pièges à éviter face aux médias . Le travail se fera en classe (décryptage / prise d’informations avec les enseignants / écriture du script), au CDI (revue de presse) et en salle informatique (rédaction d’articles / montage de la vidéo avec deux élèves).

Médias et démocratie : corrigé et paragraphe argumenté

Le contrôle d’éducation civique avait pour thème « Médias et démocratie ». Galadriel (3ème 3) a réussi un sans fautes sur l’analyse de documents et les repères. Elle a su développer une rédaction argumentée et organisée et montrer que « la liberté des médias est nécessaire à la démocratie ». 20/20.

Voici sa copie. La partie sur les repères chronologiques et spatiaux est à corriger à l’aide du manuel.

Les ficelles de l’Histoire : Dieudonné, marionnettiste et pantin

 « Sachez en tout cas une chose,  vos applaudissements vont retentir, vous verrez dans les médias, dès demain matin, peut-être même jusqu’assez loin… Robert, je crois que vous méritez bien ce prix.  Le sketch ne serait pas complet… je vais demander à Jacky mon fidèle technicien de remettre à Robert «le prix de l’infréquentabilité et de l’insolence». Jacky dans son habit de lumière. Photographes lâchez-vous ! Remarquez le scandale ! Ovation ! »

Le 26 décembre, la bêtise et l’ignorance ont atteint le Zénith. Dans cette salle parisienne, l’humoriste Dieudonné décerne à la fin de son spectacle « le prix de l’infréquentabilité et de l’insolence » à Robert Faurisson. Dans ce qu’il nomme un sketch, Dieudonné appelle les spectateurs à ovationner un négationniste. Le négationnisme consiste à nier l’importance et même la réalité du génocide des juifs lors de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945).

Robert Faurisson prétend que les chambres à gaz sont un mythe et les 6 millions de morts juifs une invention. Des historien(ne)s ont démontré avec brio comment les négationnistes manipulent et tronquent les sources, tirent les ficelles de l’Histoire pour déjouer un complot imaginaire. Un mensonge qui s’explique le plus souvent par l’antisémitisme c’est-à-dire la haine des juifs. Pour Pierre Vidal Naquet, les négationnistes sont des « assassins de la mémoire » car en niant la réalité de la Shoah (=le génocide juif) ils tuent les victimes une deuxième fois.

Pourquoi Dieudonné invite t-il une personne aussi décriée ? Dans le Journal du Dimanche, il dit ne pas être d’accord « avec toutes les thèses » de son invité surprise. Quand celui-ci glisse à l’humoriste sur scène « Je peux te compromettre », Dieudonné crie en guise de réponse « Liberté d’expression ! ». L’artiste défendrait ainsi une noble cause. Mais Dieudonné mélange tout et son goût pour la provocation vire à l’indécence. L’idée de déguiser en faux déporté juif un technicien pour remettre un « prix » à quelqu’un qui nie l’existence des chambres à gaz sert-elle aussi la liberté d’expression ? Il ne fait que piétiner la mémoire d’hommes et de femmes.

Lors de ce pastiche de cérémonie, Faurisson  agit tel un pantin dont Dieudonné tire momentanément les ficelles. Pour recevoir « l’ovation », le marionnettiste lève le bras du nominé. Pourtant, cet homme qui avoue ne « pas avoir l’habitude de ce genre d’accueil » profite du tremplin médiatique dressé par Dieudonné. De Dieudonné ou de Faurisson, qui est la marionnette de cette mascarade ? Les deux. Mais chacun y trouve son compte : l’existence médiatique.

Le négationniste sait que le public venu applaudir Dieudonné n’a peut-être que des lointains échos de la polémique dont il est l’objet : « Vous ne savez pas ce que je dis, ce que je maintiens. La plupart d’entre vous ne savent pas ou savent ce que les médias osent dire à mon propos, toutes les sottises qu’ils peuvent prêter aux révisionnistes ». Faurisson profite de l’occasion pour replacer son éternelle théorie du complot : au complot juif, au complot historique s’ajoute le complot médiatique. Les médias mentent et vous cachent la vérité. Faurisson cherche à capter une audience aujourd’hui très limitée, fort heureusement.

Pour Dieudonné , la motivation affichée (« Liberté d’expression ! ») paraît fragile quand on entend ou lit ses déclarations. Sa première pensée à l’accueil de son hôte sur scène est la place que tiendra le scandale prémédité dans les médias le lendemain :

« Sachez en tout cas une chose,  vos applaudissements vont retentir, vous verrez dans les médias, dès demain matin, peut-être même jusqu’assez loin ».

Faire scandale est pour lui une arme médiatique. Cette stratégie devient coutumière à Dieudonné. Alors qu’en 1997 il se présentait aux élections législatives contre une candidate d’extrême droite, Dieudonné affirme en 2008 que Jean-Marie Le Pen est le parrain de sa fille. D’après le JDD, «ce n'est pas vrai mais l'audience que cette information m'a donnée m'aurait coûté plusieurs millions de publicité sur TF1 ou France 2 (…) Les journalistes ne viennent plus voir mes spectacles, ils ne réagissent que lorsque je fais scandale". Provoquer pour exister : un triste dessein pour un humoriste…

Le scandale auto-proclamé du Zénith est une provocation antisémite de plus de la part de Dieudonné (voir l’article de wikipedia). La présence dans la salle de négationnistes et de Jean-Marie Le Pen (qui réaffirma cette année que les chambres à gaz étaient « un détail de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale») donnent une consistance particulière à cette scène.

Un appel à la vigilance et à toujours regarder dans quel but certains tirent les ficelles de l’Histoire.

E.G

Sources :

La vidéo du 26 décembre 2008 au Zénith

http://www.lepost.fr/article/2008/12/29/1369194_dieudonne-un-scandale-minutieusement-prepare-depuis-un-mois.html#xtor=ADC-218

Article du Journal du Dimanche, 28 décembre 2008, par Mathieu DESLANDES et Marie-Christine TABET

http://www.lejdd.fr/cmc/politique/200852/dieudonne-derape-encore_175242.html

Article de wikipedia

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dieudonné_(humoriste)

Sur le négationnisme

Nadine FRESCO, Les redresseurs de morts, 1980. Un texte brillant sur le négationnisme.

http://www.anti-rev.org/textes/Fresco80a/

Les médias et l’Afrique : clichés ou triste réalité ?

Les Clés de l’actualité viennent de publier « Les Clés du monde : toute l’actu de l’année 2008« . Les articles sont clairs, accessibles et en prise avec les préoccupations des élèves du collège. En somme, un très bon outil de travail pour comprendre l’actualité mondiale. Cet ouvrage est organisé en 5 parties :

rubriques (politique, économie, culture, …)

prospectives

atlas (approche par continent)

statistiques

annexes (lexique, sources, index)

Des articles courts, à la portée du plus grand nombre, permettent de faire le point sur la crise financière, l’élection d’Obama, la construction européenne ou sur l’économie des jeux vidéos (à lire le mystérieux « syndrome de la raclette » touchant les possesseurs de la Wii…)


Afro-pessimisme

Arrivé à la partie « Atlas », on feuillette avec intérêt les articles classés par continent. Pourtant, le traitement de l’Afrique va certainement nourrir dans l’esprit des lecteurs une approche stéréotypée de cet espace mondial. La liste de tous les articles est assez éloquente :

Congo : le naufrage

Afrique du Sud : un président intérimaire, attaques xénophobes

Algérie : le yoyo pétrolier

Côte d’Ivoire : le pouvoir en équilibre précaire

Kenya : sous aide alimentaire

Mauritanie : nouveau coup d’état

Rép. dém. du Congo : Laurent Nkunda, l’homme de la terreur

Somalie : alerte aux pirates

Soudan : le président accusé de génocide

Tchad : la force européenne impuissante

Zimbabwe : le pays s’enfonce dans la misère

Les photos publiées (manifestation, attentat, sécheresse, censure, génocide, chars d’assaut, pirate, rebelles) sont révélatrices d’une vision catastrophiste du continent africain. Pour que les journaux télévisés évoquent en profondeur l’Afrique, il faut le plus souvent une guerre, une famine ou un scandale (Affaire Elf, L’arche de Zoé). En boucle, les mêmes images imprègnent notre rétine : des habitants chétifs, des armes, des pleurs. Il en va de même pour des films sortis récemment comme Lord of War ou Blood Diamond : leur titre suffit à planter le décor.

Il ne s’agit pas de nier ces réalités : l’Afrique est le continent le plus pauvre au monde et reste durement touché par plusieurs fléaux. Mais, l’empilement de sujets négatifs forge le stéréotype tenace d’une Afrique à feu et à sang… alors qu’il y a des Afriques et des nuances à apporter.

Un constat : L’Afrique n’est pas exclue de la mondialisation. Le Ghana a en profité (exportation de minerais) mais le ralentissement de l’économie mondiale affectera à coup sûr le pays (baisse de la demande et donc du prix). Malgré un IDH très bas, le Ghana a une croissance économique plus forte que la France. Evidemment, en partant de plus bas, les chiffres de la croissance économique ne peuvent être que plus forts. Il faut dire aussi que cette croissance économique ne profite pas à tout le monde et contribue à creuser les inégalités. Mais l’Afrique fait aussi des progrès ! Si la situation n’est pas idéale, des signes encourageants sont notés par l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques) en ce qui concerne la démocratie et la lutte contre la corruption.

La coupe du monde de football organisée par l’Afrique du Sud en 2010 illustre cette Afrique en mouvement qu’on aurait aimé voir s’inviter dans les pages des « Clés du monde 2008 ». Un pays africain est en mesure d’organiser l’événement sportif le plus médiatisé au monde et la construction du Durban stadium est une image forte de l’Afrique de demain.

Reste aussi à s’interroger sur les manuels d’Histoire Géographie. Un rapport récent de la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité) a mis en lumière  que des images présentes dans les manuels scolaires « véhicuent des représentations stéréotypées qui peuvent être à l’origine des discriminations. »   Illustrer les chapitres sur l’Afrique demandera réflexion.


Par exemple, un document montrant un restaurant Mac Donald’s dans une capitale africaine est-il forcément le meilleur signe de développement de l’Afrique ? Penser l’Afrique avec notre regard d’occidental ne reflétera pas la réalité. Ce dessin de Chappatte nous le montre bien.

E.G

sources :

photo du Durban stadium, le Moses Mahbida Stadium

http://fr.sports.yahoo.com/080828/72/wss3.html?event=football_p

OCDE, des progrès démocratiques ont été accomplis :

http://www.oecd.org/dataoecd/10/39/40583550.pdf

Rapport de la HALDE :

http://www.halde.fr/IMG/pdf/DP_manuels_scolaires_VF-2.pdf

Débat sur l’afro-pessimisme :

http://geoconfluences.ens-lsh.fr/doc/etpays/Afsubsah/AfsubsahVoc.htm

Le Bondy Blog Dakar « pour casser l’image stéréotypée » de l’Afrique dans les médias :

http://www.dakarblog.info/