Archive de mots clefs pour photos

Ella et Pitr, fabrique de beaux papiers


Il était une fois deux papiers peintres nommés Ella & Pitr. Leur rencontre s’est faite autour d’un pot de colle, depuis ils ne se lâchent plus d’une semelle. À Saint-Etienne, le duo décide de monter une fabrique de beaux papiers, peinturlurés, sobres ou colorés. Avec la rue pour décor, les complices habillent les murs des villes de fantaisie et d’humour. De cette nouvelle peau, surgissent leurs personnages et des histoires à raconter.

Leurs créatures s’offrent à ceux qui veulent bien les regarder et collent aux lieux. Chacun est libre de continuer sa route ou de réinventer ce qu’il voit, laissons parler les p’tits papiers… Quand le pouls de la cité bat trop fort, il est agréable d’avoir ces créatures comme compagnons de promenade, ces recoins de poésie éphémères dans un itinéraire trop bien tracé.


Le talent est un formidable passe-muraille et la manufacture d’Ella&Pitr marche à plein régime. Ils trottent et collent maintenant autour du globe. Alors, quand on apprend que la municipalité de Riorges (Loire-42) les invite à tapisser des murs, on a envie d’y aller…

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xi7ut5_ella-pitr-sur-les-murs-de-riorges_creation[/dailymotion]

Avant d’aller parcourir les rues de la ville, on se rend au château de Beaulieu pour se procurer un plan des œuvres d’Ella&Pitr et voir leur exposition. Un employé municipal nous explique que la mairie a décidé de bannir la publicité de la ville depuis longtemps et que la venue des artistes stéphanois s’inscrit dans cette démarche d’offrir autre chose aux habitants que des affiches publicitaires. Les enfants de la ville ont aussi participé à l’opération, apportant leur pierre à l’édifice de papier.

Puis, on sillonne la ville de Riorges, à pied et en voiture. La pyramide de mamies qui font des tags est à l’entrée de la ville. Un géant de papier se dresse sur la façade du collège. Au parc du prieuré, on suit le feuillage laissé par celui qui se prenait pour un oiseau.

On se prend à escalader un improbable montage…

Surréaliste, poétique, interactif, pertinent aussi. L’Homme aux sacs est placardé sur une façade du supermarché Leclerc, un temple de la consommation. Le télé-acheteur enfourne des chips pendant que le monstre aux déchets s’apprête à l’engloutir. Un regard sur notre société de l’accumulation et du gaspillage que je vois bien faire étudier à mes élèves dans un prochain cours d’Histoire des arts.


Dernier détour par Chez Mamie, une des icônes d’Ella&Pitr.
Le long d’une avenue passante et bruyante, une maison appartenant à la mairie a été tapissée de rouge pour accueillir le tableau de chasse d’une Mémère assoupie. Le fusil à portée de main, elle dort d’un œil et attend de nouvelles proies (vous ?). Alors que je photographiais l’étonnante façade, une grand-mère de Riorges se gare, sort de sa Fiat Panda, m’accoste et me dit : « Vous ne trouvez pas ça triste tous ces canards morts ?« . A peine le temps de répondre qu’une vénérable nonagénaire ouvre les volets de la maison mitoyenne, souriante. On discute au bas de sa fenêtre car le collage amène des curieux. « Allez va te coucher Mamie ! » lui lance soudain la première. La seconde ferme ses volets. Il est 17h30, chez Mamie, deux grands-mères sont parties roupiller…


D’autres photos d’Ella&Pitr à Riorges sont disponibles sur le groupe Facebook de la [email protected] Cliquez sur le logo !

Pour découvrir les œuvres d’Ella&Pitr

– La galerie de photos des papiers peintres sur Flickr



Facebook : qui doit entrer dans la toile de mon réseau ?

Sur la [email protected], le réseau social préféré des internautes français a déjà été questionné. Suite à l’article « Facebook : la relation profs-élèves au pied du mur », où je faisais part de mes interrogations et de mes certitudes, des commentaires d’élèves et d’internautes sont venus enrichir ma réflexion initiale. Depuis ce billet, j’accepte comme « amis » certains anciens élèves. Comme arrière-boutique du blog, j’ai ouvert le groupe [La [email protected] HG] sur Facebook parce qu’on ne peut pas tout partager entre les murs d’une salle de classe ou dans un billet de blog. Les réseaux (Facebook, Twitter, Espaces numériques de travail) tiennent aujourd’hui le haut du pavé et il paraît essentiel que les enseignants s’emparent de ces outils : pour sensibiliser leurs élèves à une pratique futée des réseaux sociaux et repenser les espaces du savoir.

Qui doit entrer dans la toile de mon réseau ? Il est important de savoir à qui vous ouvrez la porte. Est-ce vraiment utile d’ajouter un ami avec qui vous n’avez aucun lien, ni à l’école, ni en dehors ? Construire son identité numérique demande des précautions : c’est ce que rappelle « Ma vie en numérique », un document réalisé par la mission TICE et le CLEMI.

« Tout ce que je mets en ligne constitue mon « identite? nume?rique » : c’est l’image que je donne de moi au monde exte?rieur. Elle est constitue?e par les informations que je remplis dans mon profil mais aussi par tout ce que je publie. C’est un instantane? de moi a? un moment pre?cis qui restera en ligne car tout ce qui est publie? sur internet est indexe? et archive?.(…)

Tous mes amis ? On se retrouve facilement avec des centaines de contacts, dans des dizaines de groupes… mais peut-on vraiment parler d’amis ? ou me?me de proches ? Les sites communautaires mettent tout le monde sur le me?me plan. A toi de faire le tri entre tes vrais amis, tes connaissances, les copains de copains et les gens croise?s dans une soire?e et que tu ne vas jamais revoir !

Avec qui partager ? Cre?er des groupes, accepter des contacts… ne se fait pas au hasard. Tu peux aussi parame?trer le degre? de confidentialite? de certaines informations et choisir les personnes a? qui tu t’adresses.« 

Facebook est un espace de liberté et certains dépassent les limites sans vraiment s’en rendre compte. Ces abus portent un nom : le harcèlement virtuel ou cyberbullying. La CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) a publié au début du mois quelques conseils pour expliquer et contrer ces pratiques. Ce spot de prévention « Cyberbullying, think before you click » montre bien les dégâts que peuvent causer insultes et intimidations sur Internet.

La confidentialité sur Facebook est aussi un sujet incontournable. Un site propose même un test pour voir si votre compte Facebook est bien protégé. Sur  profilewatch.org, il vous suffit de coller l'adresse URL de votre profil Facebook pour vérifier si votre compte est bien sécurisé. Bien que gadget, ce site a l'air crédible. J'ai obtenu 10/10 parce que mon mur est seulement ouvert à mes "amis". J'ai créé trois listes d'amis (cercle proche, réseau professionnel, anciens élèves) ce qui me permet d'ouvrir mes albums photos seulement à certaines personnes. Pour créer des listes d'amis, il suffit d'aller dans :

  • [Compte]
  • [Gérer la liste d'amis]
  • [Créer une liste]
  • Reste à placer  les "amis" dans la liste adéquate

Pour régler tes critères de confidentialité,clique sur l'image ci-dessous qui te dirigera vers un tutoriel simple pour protéger des données.


Bertrand Cantat chantait "Qui veut entrer dans la toile de mon réseau ?", mieux vaut se demander "Qui doit"… Quelques clics suffisent pour que vos données restent confidentielles sur Facebook.  Etre futé, c'est ne pas accepter n'importe qui comme ami et savoir régler ses critères de confidentialité.

Avant les cadeaux, quelques photos…

Hors ou entre les murs, les élèves du collège Waldeck Rousseau travaillent, observent, dessinent et débattent… Quelques photos d’une année de travail scolaire avec les classes de 6°4 (en sortie lecture de paysage à Montessus) et de 4°3 (en plein débat argumenté sur l’interdiction du portable au collège)… Joyeux Noël à tous !