Archive de mots clefs pour société de consommation

L’obsolescence programmée : quand l’industrie nous fait le coup de la panne


« Un produit qui ne s’use pas est une tragédie pour les affaires » disait en 1928 un magasine américain. « Prêt à jeter », un documentaire diffusé sur Arte décortiquait l’obsolescence programmée, une stratégie où les produits qui durent sont un désastre pour la société de consommation. En effet, plus la durée de vie d’un produit est longue, moins nous consommons. Alors pour donner un coup de fouet au commerce et continuer d’exploiter le filon, l’industrie nous fait le coup de la panne.

C'est dans les années 1920 que commence cette économie du gaspillage. Des ampoules sont mises au point pour durer 2500 heures : les professionnels du secteur décident alors de raccourcir son espérance de vie (1000 heures) pour continuer à vendre toujours plus. Les bas en nylon, les imprimantes, les machines à laver, l'I.Pod seraient ainsi programmés à lâcher leur dernier souffle de façon prématurée.

Extrait du rapport des Amis de la terre sur l'obsolescence programmée

Concevoir un produit pour qu'il tombe en panne pose évidemment une question d'éthique pour les ingénieurs. Le consommateur doit quand à lui rester vigilant. Les outils utilisés pour lui faire ouvrir son porte-feuille sont redoutables :

Il paraît qu'un nouveau produit est conçu toutes les trois minutes dans le monde. La société de consommation nous tente et titille nos pulsions d'achat. Pourtant des choses durent et se transmettent : le combiné Jeannette de Moulinex daté par la main de ma grand-mère au 31 mai 1970 a râpé des carottes pour trois générations et rend déjà aimable la quatrième. A l'ère du jetable et du coup de la panne, c'est presque un exploit…

Aller + loin :

Un rapport des Amis de la terre définit l'obsolescence programmée comme :

"…le processus par lequel un bien devient obsolète pour un utilisateur, parce que l'objet en question n'est plus « à la mode » ou qu'il n'est plus utilisable. Cette stratégie est planifiée ou programmée par les entreprises, et le raccourcissement de la durée de vie est pensé dès la conception du produit. Cela crée en permanence chez le consommateur un besoin concret (l’appareil ne fonctionne plus) ou le sentiment du besoin (l’appareil ne lui plaît plus) de racheter de nouveaux biens."

Dans les années 1930, l'Américain Bernard London pense l'obsolescence programmée comme une stratégie efficace pour surmonter les conséquences désastreuses du krach boursier de 1929. Si la consommation est forte, les entreprises produisent plus et le plein emploi est envisageable.

Les conséquences de l'économie de gaspillage au Ghana : des poubelles à ciel ouvert ouvertes par la consommation déraisonnable des pays riches.


Les Trente Glorieuses : la consommation, une arme de séduction massive ?

Cette publicité réalisée en 1959 par Moulinex (fabricant français d’électroménager) illustre à merveille la société de consommation née des Trente Glorieuses.

Les publicitaires nous offrent une scène de ménage heureux. Dans une cuisine, où une ménagère est toute à sa préparation culinaire, arrive un homme au complet rayé. Il rentre du bureau et se glisse derrière sa belle et tendre pour lui offrir un cadeau. Cette femme est le stéréotype de la cuisinière modèle : tablier ajusté, cuisine étincelante, plats mitonnés avec amour.

Aux anges, elle semble dire à son mari : « Mais quelle merveille m’as tu encore apporté ? J’apprends tout juste à utiliser le merveilleux robot-charlotte et tu me couvres encore de cadeaux !« . Les mains jointes en signe de rêve exaucé, elle est sûre que son cher mari a pensé à la dernière nouveauté de chez Moulinex : le batteur électrique qui lui allégera bien la tâche pour monter ses œufs en neige…

Le mari a le beau rôle : il travaille et assure le bien être de sa petite famille. En 1959, les indicateurs (PIB, PNB) sont au vert et il peut compter sur une promotion professionnelle (le costume) et sociale (une belle résidence, les cadeaux). Généreux, il n’en reste pas moins intéressé dans ses offrandes puisque son regard oblique clairement vers les tomates farcies. Son regard approbateur montre que la cuisine de sa compagne le met en appétit. Il continuera à l’équiper pour leur plus grand plaisir car comme le dit le slogan :

« Pour elle, un Moulinex

Pour lui, des bons petits plats »

Cette publicité offre une vision assez machiste (l’homme travaille, la femme cuisine) d’un couple de Français. On y voit clairement que l’achat fait le bonheur dans une société de consommation. Dans une époque où le portefeuille devient une arme de séduction massive, le chansonnier Boris Vian écrit la “complainte du progrès (les arts ménagers) », une satire pétillante de la consommation de masse. Ecoutez bien cette chanson écrite en 1955 : il semble bien que les publicitaires de Moulinex aient écouté Boris Vian pour vanter les mérites de leurs mixers, batteurs et des robots géniaux.

“Autrefois pour faire sa cour, on parlait d’amour…Aujourd’hui, c’est plus pareil, ça change, ça change. Pour séduire le cher ange, on lui glisse à l’oreille : Oh Gudule, viens m’embrasser et je te donnerai un frigidaire, un joli scooter…et une tourniquette pour faire la vinaigrette…”

NB : Cette publicité a été analysée en classe (manuel - 2 p 174-) selon la méthode habituelle (1. Présenter 2. Décrire 3. Interpréter) que je reprends d'ailleurs ici.

Pour aller plus loin :

- "Au petit bonheur la France" : une réflexion sur le pouvoir d'achat et les indicateurs du bien-être aujourd'hui :

- Boris Vian (1920-1959) est un chanteur, trompettiste de jazz, écrivain, un artiste touche à tout. Nous pourrons aborder une autre de ses chansons "Le déserteur" évoquant son refus de combattre pendant les guerres coloniales françaises (1954 : guerres d'Indochine et d'Algérie)