Archive de mots clefs pour Trente Glorieuses

Quand les femmes des sixties chantaient « Liberté, Egalité, Féminité »…

En 1967, fièrement cambrée sur sa machine, Brigitte Bardot clame « Je n’ai besoin de personne« . Au cours des années 1960, les femmes s’affirment et leur émancipation se voit. Cuissardes, mini-jupes et cheveux au vent, elles sont prêtes à botter au loin les vieilles traditions. Serge Gainsbourg, le mécano de la célèbre « Harley Davidson », dessine en notes et paroles les contours d’une femme qui brise les chaînes d’une autre époque.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x61djx_brigitte-bardot-harley-davidson-196_music[/dailymotion]

Bien sûr, les femmes n’attendent pas les sixties pour revendiquer leurs libertés. En 1904, les féministes brûlaient le Code civil vieux d’un siècle qui affirmait « la femme doit obéissance à son mari » (article 213). En 1943, « une loi supprime la nécessité d’autorisation maritale pour l’ouverture d’un compte bancaire. Mais en pratique, les banques continuent de réclamer l’accord du mari. A partir de 1965, la femme mariée peut ouvrir un compte à son nom et en disposer librement. » L’indépendance économique qui se dessine en 1943 précède la charge de citoyenne à part entière. En 1944, les Françaises obtiennent le droit de vote et prennent légitimement part au débat politique.

A  l’occasion du travail sur les publicités de Moulinex, nous avions pu voir ce renversement de la condition féminine. L’épouse modèle, fée du logis et mère attentionnée (pub de 1959), cède la place à la femme active qui se défait du carcan des obligations ménagères. Le célèbre slogan « Moulinex libère la femme ! » (1962) prend étrangement les initiales d’un collectif féministe qui ne naîtra qu’à partir de 1968 : le Mouvement de Libération des Femmes. Sur cette affiche, la cuisinière tombe le tablier et laisse apparaître la séductrice, qui de ses bras en V, nous envoie le signal de la victoire des femmes.

publicités Moulinex MLF


 

France, Etats-Unis : même combat. La chanson de Nancy Sinatra, « These boots are made for walking » (1966), véritable hymne de l’émancipation, met en avant un symbole fort de la féminité (les bottes). Le mari infidèle n’arrache plus les larmes à sa femme mais réveille chez elle l’instinct de mutinerie.

"You keep saying you got something for me
Something you call love but confess
You've been a'messin' where you shouldn't 've been a'messin'
And now someone else is getting all your best
Well, these boots are made for walking, and that's just what they'll do
One of these days these boots are gonna walk all over you"

Traduction trouvée sur le site lacoccinelle.net

"Tu dis sans cesse que tu ressens quelque chose pour moi
Quelque chose que tu appelles de l'amour mais tu avoues
Que tu as gâché ce que tu n'aurais jamais dû gâcher
Et maintenant une autre prend ce qu'il y a de meilleur en toi
Eh bien, ces bottes sont faites pour marcher et c'est exactement ce qu'elles vont faire
Un de ces jours ces bottes vont te piétiner"

Nançy Sinatra bootsNancy marche sur le mâle et piétine ce qui lui reste de virilité... Au-delà de la mode et des codes vestimentaires, les bottes en disent long sur les femmes qui les portent.

D'ailleurs, quand retentit l'air de la chanson dans le film "Full Metal Jacket" (1987), il ne faut pas se fier aux apparences. La jeune femme qui se déhanche n'est pas la femme objet que l'on croit… et le GI mord à l'hameçon. Notons tout de même que ce tube des années 1960 a été composé par un homme Lee Hazlewood : le combat des femmes peut aussi être celui des hommes…

Liberté, égalité, féminité : les chanteuses des sixties ont incarné à merveille cet idéal. Chapeau mesdames ! … et bottes de cuir.

Sources : Les extraits cités dans cet article proviennent du site du Planning familial.

Les Trente Glorieuses : la consommation, une arme de séduction massive ?

Cette publicité réalisée en 1959 par Moulinex (fabricant français d’électroménager) illustre à merveille la société de consommation née des Trente Glorieuses.

Les publicitaires nous offrent une scène de ménage heureux. Dans une cuisine, où une ménagère est toute à sa préparation culinaire, arrive un homme au complet rayé. Il rentre du bureau et se glisse derrière sa belle et tendre pour lui offrir un cadeau. Cette femme est le stéréotype de la cuisinière modèle : tablier ajusté, cuisine étincelante, plats mitonnés avec amour.

Aux anges, elle semble dire à son mari : « Mais quelle merveille m’as tu encore apporté ? J’apprends tout juste à utiliser le merveilleux robot-charlotte et tu me couvres encore de cadeaux !« . Les mains jointes en signe de rêve exaucé, elle est sûre que son cher mari a pensé à la dernière nouveauté de chez Moulinex : le batteur électrique qui lui allégera bien la tâche pour monter ses œufs en neige…

Le mari a le beau rôle : il travaille et assure le bien être de sa petite famille. En 1959, les indicateurs (PIB, PNB) sont au vert et il peut compter sur une promotion professionnelle (le costume) et sociale (une belle résidence, les cadeaux). Généreux, il n’en reste pas moins intéressé dans ses offrandes puisque son regard oblique clairement vers les tomates farcies. Son regard approbateur montre que la cuisine de sa compagne le met en appétit. Il continuera à l’équiper pour leur plus grand plaisir car comme le dit le slogan :

« Pour elle, un Moulinex

Pour lui, des bons petits plats »

Cette publicité offre une vision assez machiste (l’homme travaille, la femme cuisine) d’un couple de Français. On y voit clairement que l’achat fait le bonheur dans une société de consommation. Dans une époque où le portefeuille devient une arme de séduction massive, le chansonnier Boris Vian écrit la “complainte du progrès (les arts ménagers) », une satire pétillante de la consommation de masse. Ecoutez bien cette chanson écrite en 1955 : il semble bien que les publicitaires de Moulinex aient écouté Boris Vian pour vanter les mérites de leurs mixers, batteurs et des robots géniaux.

“Autrefois pour faire sa cour, on parlait d’amour…Aujourd’hui, c’est plus pareil, ça change, ça change. Pour séduire le cher ange, on lui glisse à l’oreille : Oh Gudule, viens m’embrasser et je te donnerai un frigidaire, un joli scooter…et une tourniquette pour faire la vinaigrette…”

NB : Cette publicité a été analysée en classe (manuel - 2 p 174-) selon la méthode habituelle (1. Présenter 2. Décrire 3. Interpréter) que je reprends d'ailleurs ici.

Pour aller plus loin :

- "Au petit bonheur la France" : une réflexion sur le pouvoir d'achat et les indicateurs du bien-être aujourd'hui :

- Boris Vian (1920-1959) est un chanteur, trompettiste de jazz, écrivain, un artiste touche à tout. Nous pourrons aborder une autre de ses chansons "Le déserteur" évoquant son refus de combattre pendant les guerres coloniales françaises (1954 : guerres d'Indochine et d'Algérie)

 

Carte mentale : de la théorie à la pratique

J’ai présenté cette semaine aux classes de 3ème la méthode de la carte mentale. Une vidéo cite l’exemple finnois (en Finlande) et montre que cette façon d’organiser ses idées rend l’élève plus autonome et plus libre que la trace écrite traditionnelle. En cours, les élèves ont construit une carte mentale sur le thème « Les migrations internationales » après un travail sur fiche. Lors du devoir sur les Trente Glorieuses, ils ont pu passer de la théorie à la pratique.

Pour que les élèves gèrent au mieux leur temps en évaluation, je leur ai conseillé d’utiliser la carte mentale pour réaliser leur brouillon.

Le sujet de l’évaluation portait sur « les changements apparus dans les pays industrialisés pendant les Trente Glorieuses« .

Voici trois brouillons d’élèves recueillis à chaud après le devoir… Vous en excuserez les fautes et l’écriture, puisque de la carte mentale au paragraphe argumenté les fautes auront toutes disparu (enfin presque…)  :

La carte mentale de Valentine : schéma avec trois idées importantes + mots-clés et exemples tirés des documents

Xavier va t-il briser la malédiction de « la note en dessous de 14 » avec cette carte mentale qui montre une bonne logique ?

Sarah a réalisé une « pieuvre » aux tentacules armés de mots-clés du cours (sur le modèle du trousseau de mots-clés)

La carte mentale peut faire office de brouillon car elle permet de rassembler ses idées avec efficacité et logique. D’autres méthodes sont tout aussi recevables : à vous de trouver l’outil qui vous correspond pour organiser vos écrits …