Accueil > 3ème, Culture G, Histoire des Arts > Jean Ferrat, chanteur engagé (1930-2010)

Jean Ferrat, chanteur engagé (1930-2010)

Jean Ferrat photographié en 1968 à Montréal par Antoine Desilets devant un graffiti soutenant le le Front National de Libération du Vietnam, alors en guerre contre les Etats-Unis. Pour en savoir plus sur le FNL du Vietnam cliquez ici. (source: www.bilan.usherb.ca)

Jean Ferrat (Jean Tenenbaum de son vrai nom) est décédé le 13 mars dernier, l’occasion pour moi de vous présenter ici quelques chansons « historiques », en lien avec le programme de 3ème, de ce chanteur qui a su mettre en musique ses idées politiques, très marquées à gauche, puisqu’il fut longtemps considéré comme l’une des voix du parti communiste français (même s’il n’y a jamais adhéré officiellement), tout en ayant un regard critique sur les dérives de l’URSS. Jean Ferrat est considéré comme l’un des quatre Grands de la chanson française populaire et engagée, aux côtés de Jacques Brel, Léo Ferré et Georges Brassens. Enfin, une pensée pour Alain Goraguer, un des plus grands compositeurs de la chanson et du cinéma français, qui a accompagné Ferrat tout au long de sa carrière, et à qui l’on doit ces magnifiques arrangements.

Vue du village d'Antraigues-sur-Volane en Ardèche, où résidait Jean Ferrat et qui lui inspira sa chanson la plus célèbre: La Montagne (1964). Cliquez sur l'image pour voir Ferrat, sans moustache, chanter cette chanson écolo avant l'heure (source: wikimedia)

Les chansons de la playlist ci-dessous:

(cliquez sur le titre pour lire les paroles)

  • Potemkine (1965) hommage aux marins russes qui se sont révoltés à bord du cuirassé Potemkine en 1905, évènement considéré par Lénine comme fondateur de la révolution bolchévique de 1917. Ce qui s’est réellement passé n’est pas vraiment clair, la légende propagée par le film d’Eisenstein, cinéaste officiel de la propagande soviétique.
  • Nuit et Brouillard (1963) chanson en mémoire des victimes des camps d’extermination nazis, et notamment en hommage à son père décédé à Auschwitz. Le titre fait référence à la directive « Nuit et Brouillard » signée par Hitler en 1941 qui ordonnait la disparition, en secret, de tous les opposants au Reich. Cette chanson sort à une époque à laquelle la Shoah n’est pas au centre des débats historiques et est un sujet tabou. Les passages à la télévision (il n’existait qu’une seule chaine de télé, l’ORTF, son directeur « déconseilla » son passage à la télévision).
  • Le Bruit des Bottes (1975) chanson contre le fascisme et la privation de démocratie en Espagne et au Chili, tout en mettant en garde la France contre la tentation de « sauver l’Orde moral ». Ferrat y fait référence aux critiques qu’il a subi pour avoir chanté « Potemkine » et « Nuit et Brouillard ».
  • La Femme est l’Avenir de l’Homme (1975) Jean Ferrat rend hommage à son père spirituel, le poète Louis Aragon (1897-1982), tout en comparant le combat des femmes à celui de la classe ouvrière…Une chanson toujours d’actualité?
  • Le Bilan (1980) en réponse au dirigeant du Parti Communiste Français, Georges Marchais, qui disait que Staline et les soviétiques avaient « un bilan globalement positif », Ferrat dénonce les excès du régime et ses millions de victimes. Une analyse complète sur le site de M. Blottière, l’histgeobox. Les prises de position conservatrices de Marchais ont coûté de nombreuses voix au PCF.
  • Un Air de Liberté (1975)
  • Ma France (1969) un concentré d’identité nationale, au lendemain de mai 1968, pour rappeler que la France est à la fois une addition de terroirs, la patrie des artistes (Hugo, Picasso, Eluard), une certaine idée de la liberté marquée par le sang des ouvriers…Ferrat chante la France contre ceux qui usurpent son prestige (les gouvernants)…Cette chanson sera interdite de télévision pendant deux ans, Ferrat refusant alors d’être présent à l’antenne s’il ne pouvait pas la chanter.
  • Dans la Jungle ou dans le Zoo (1991) du Ferrat « moderne » mais toujours aussi énervé, se demandant si le seul choix de société possible pour les hommes est celui entre la jungle capitaliste ou le zoo communiste.
  • Maria (1967) chanson aussi triste que belle sur la guerre civile (fratricide) d’Espagne, entre 1936 et 1939.
  • Au Printemps de Quoi Rêvais-tu? (1969) une chanson sur mai 1968, les espoirs et les doutes de la jeunesse, elle aussi censurée.
  • Ils Volent Volent Volent (1972) regard sur les favelas brésiliennes, où pour s’en sortir mieux vaut être doué de ses pieds, pour le football, ou de ses mains, pour la guitare bossa nova.
  • Pour être encore en haut de l’affiche et Quand on n’interdira plus mes chansons (1980) regards assez drôles sur le métier de chanteur et sur son propre parcours. Où sont les nouveaux Ferrat, ceux qui chantent pour dire quelque chose, en français pour être compris et qui passent à la télévision?

Découvrez la playlist hommage à ferrat avec Jean Ferrat

Quelques liens pour en savoir plus sur Jean Ferrat:

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks
Vous devez être identifié pour poster un commentaire