La prise de la Bastille au 14 juillet 1789(Julien Partier 4°A)

La prise de la Bastille, par Jean-Pierre Houel (1789)

Introduction :

La prise de la bastille, survenue le mardi 14 juillet 1789 a Paris, est l’un des événements et emblématiques de la Révolution Française. 1789-1791 (des sujets du roi et du citoyens).

Du 14 juillet 1789 : le peuple de paris entre en révolution :

Cette journée, la Bastille est attaquée par des émeutiers, considérée comme la première intervention d’ampleur du peuple parisien dans le cours de la Révolution et dans la vie politique française.

Le 14 juillet 1789, la forteresse ne comptait que sept prisonniers : quatre faussaires, dont le procès était en cours d’instruction ; deux fous, Auguste Tavernier et de Francis Xavier Whyte dit chevalier de Whyte de Malleville ; le comte de Solages, un noble, criminel, enfermé à la demande de sa famille, probablement pour inceste. Les autres prisonniers, comme le marquis de Sade ou Anne-Gédéon Laffite de Pelleport avaient été transférés ou libérés peu avant. « Quasi vide sans doute, mais surchargée : surchargée de la longue histoire entretenue entre la monarchie et sa justice ». Ainsi, une légende noire enveloppait la forteresse et en faisait le symbole du despotisme ministériel ou de l’arbitraire royal. Cette image, dont témoigne les Cahiers parisiens explique pour une part l’« émotion populaire » de cette journée du 14 juillet.

Les révolutionnaires sont tellement déçus de trouver ces prisonniers en nombre si faible et manquant de prestige qu’ils en inventent un faux, appelé comte de Lorges, « un malheureux vieillard qui fut trouvé chargé de chaînes, à moitié nu, avec des cheveux et une barbe de divinité fluviale, au fond d’un cachot où ne pénétrait pas la lumière et dont les murailles suintaient l’humidité (…). Le misérable vieillard, qui gisait là depuis des années et des années, fut comme de juste porté en triomphe par les amis de la liberté aux acclamations d’un peuple en délire »

La forteresse était défendue par une centaine d’hommes qui firent près de cent morts parmi les assiégeants. Il y en eut six parmi les assiégés, dont le gouverneur de Launay. Cependant, la reddition de la Bastille fit l’effet d’un séisme, en France en Europe, jusqu’en Russie impériale.

Le siège et la reddition de la forteresse royale s’inscrivent dans une période de vide gouvernemental, de crise économique et de tensions politiques à la faveur de la réunion des Etats généraux et de leur proclamation par le Tiers en Assemblée constituante. L’agitation du peuple parisien est à son comble suite au renvoi de Necker (11 juillet) et du fait de la présence de troupes mercenaires aux abords de la ville.

Suite au renvoie du ministre des finances Monsieur Necker, le roi Louis XVI fait venir ses soldats autour de Paris, le peuple prend peur et se dirige vers la prison royale de la Bastille pour y prendre des armes et de la poudre. Le gouverneur De Launay et ses soldats résistent, mais 4 invalides s’approchent des ponts pour les ouvrir et les baisser, alors la foule entra saccagea et pilla tout sur son passage laissant vainqueur le peuple qui se promènera dans les rues de Paris avec la tête de De Launay au bout d’une pique.

D’emblée, l’événement est considéré comme un tournant radical dans le cours des événements par les Parisiens et le pouvoir royal. Il marque l’effondrement de l’administration royale et provoque une révolution municipale. La capitale puis le pays se mobilise derrière les Constituants. De plus, il est immédiatement mis en scène et célébré par ses partisans. Il revêt par la suite une charge symbolique extrêmement forte dans la culture politique républicaine.

La Fête de la Fédération fut organisée à la même date l’année suivante, pour coïncider avec le premier anniversaire de événement. La date du 14 juillet fut choisie en 1880 pour célébrer la fête nationale française en souvenir de cette double commémoration.

Lexique :

émeutiers : Personne qui prend part a une émeute ou qui en a eu l’initiative.

assiégés : Personne qui subit un siège.

reddition : se rendre.

faussaire : Personne qui commet une atteinte a la confiance publique en réalisant un faux.

surchargée : Charge qui excède la normale.

despotisme : Régime politique dans lequel un seul homme gouverne de façon arbitraire et autoritaire.

un faux : sans fondement.


Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.