Nov 22 2011

Biographie de Staline par Eddy

Publié par 3eeddya dans 3E, 3ème, Histoire      

   Jeunesse

Joseph (Iossif) Vissarionovitch Djougachvili connu sous le nom de Joseph Staline est né   à Gori le 18 décembre 1878 et oficiellement le 21 décembre 1879, il est le troisième enfant et seul survivant de sa fratrie. Après avoir brillamment réussi ses examens, Iossif entre en 1894 au séminaire de Tiflis et y reste jusqu’à vingt ans. Il y suit un enseignement secondaire général. Le jeune Djougachvili devient athée et commence à se montrer rebelle à l’autorité du séminaire. Il reçoit de nombreuses punitions pour lecture de livres interdits. Il est expulsé en mai 1899, officiellement pour absence à l’examen de lectures bibliques. Il deviendra alors un <<révolutionnaire professionnel>>. Iossif Djougachvili commence alors sa carrière de révolutionnaire sous le surnom de Koba. Il se fait arrêter à de nombreuses reprises.En 1907, il est impliqué dans des braquages de banques sanglants servant à financer le Parti. Il est déporté plusieurs fois en Sibérie et s’évade à chaque fois.


Nov 22 2011

Biographie de Staline par Alexis et Brian

Publié par 3ealexism dans 3E      

I)La jeunesse de Staline (1878-1899)

Joseph Staline , de son vrai nom Iosif Vissarionovitch Djougachvili, est né le 18 décembre 1879 à Gori, aujourd’hui Tbilisi en Géorgie. Dans son enfance, le futur Staline est brutalisé par un père alcoolique et violent qu’il perd à l’âge de onze ans. Cela a créé en lui un profond désir de vengeance à l’encontre de quiconque s’opposerait à lui. Sa mère travaille durement pour l’envoyer à l’école religieuse de Gori. Bon élève, il entre au séminaire orthodoxe de Tiflis (capitale géorgienne) en 1893. Il y apprend le russe et est influencé par le nationalisme géorgien. Mais, il se révolte contre les règles de cette institution et ses idées marxistes lui valent d’être exclu du séminaire en 1899.

II)Prise de pouvoir (1899-1929)

Les socialistes russes sont de plus en plus divisés. La scission entre les deux ailes radicale et réformiste est consommée lors de la conférence qui a lieu en janvier-février 1912 à Prague. Il est en prison à ce moment là et ne peut y assister. Le parti est réformé lors de cette conférence et Lénine le fait nommer membre du comité central. Dès lors, il coordonne l’action révolutionnaire en Russie et contribue à la parution du quotidien bolchevik du parti, la Pravda. Lénine rend hommage à sa ténacité et le surnomme Staline, qui signifie « l’homme d’acier » en russe.

 

En février 1913, il est à nouveau arrêté et exilé en Sibérie, mais cette fois, il ne parvient pas à s’enfuir. Il y reste quatre années et ne revient à Petrograd que suite à la révolution de février 1917 et l’amnistie qui a suivi.  La plupart des dirigeants du parti sont en exil.  Le 25 mars 1917, il reprend la direction de la Pravda et du parti. Il fait pression sur le gouvernement provisoire pour engager des négociations de paix et cherche à se rapprocher des mencheviks. Il censure ainsi l’appel de Lénine à la prise de pouvoir. Mais dès le retour de celui-ci, il revient à une position plus radicale et contribue à la préparation de l’insurrection sous les ordres de Trotski, Chef de l’Armée Rouge. Il ne joue cependant pas de rôle majeur dans la révolution d’octobre 1917.

III) URSS de Staline (1953)

Il devient officiellement commissaire du peuple aux Nationalités dans le premier gouvernement formé par Lénine, et publie en 1918 la Déclaration des droits des peuples de Russie, dont le but est d’arrêter la contre-révolution et d’établir un État centralisé. En 1919, il est élu membre du Politburo (bureau politique du parti). Membre du conseil du Travail et de la Défense nationale, il participe activement à la guerre civile de 1918 à 1921 et fait à nouveau la démonstration de son caractère autoritaire, violent et méfiant. Il ne supporte pas que des gens compétents lui fassent de l’ombre. Il s’oppose plusieurs fois à Trotski, refusant de lui obéir. Il organise en 1918 la défense de Tsaritsyne (la future Stalingrad), puis en 1919, celle de Petrograd, aujourd’hui Saint-Pétersbourg et à l’occupation de la Géorgie en 1921. Il réprime sans pitié les socialistes-révolutionnaires et les anarchistes.

 

Culte de la personnalité:attitude donnant plus d’importance à l’image du chef politique qu’à la collectivité 

Déscription de l’image:on peut voir staline levant la main pour guider le peuple qui est dérriere lui afin de trouver la solution pour la faiblesse des récoltes russes.