Le passage / Louis Sachar

Ce roman est précédemment paru chez le même éditeur (École des Loisirs) sous le titre « La morsure du lézard« . C’est sous ce titre qu’un film qui raconte cette histoire est sorti en salle.

Stanley est accusé d’avoir volé les chaussures de Clyde Livingston, un célèbre joueur de base-ball ! En réalité quand ces chaussures sont tombées du ciel, il a cru voir un signe du destin…mais il s’est simplement trouvé comme tous les hommes de sa famille depuis des générations, au mauvais endroit au mauvais moment !

En effet  la famille Yelnats est poursuivie par la malchance…

Voilà Stanley condamné à passer 18 mois au Camp du Lac Vert. Là-bas, soit dit en passant, il n’y a pas de lac, ni de verdure, mais un désert où les délinquants réunis dans le camp doivent creuser des trous et des trous toute la journée sous le soleil, en économisant l’eau, et au milieu des terribles lézards à tâches jaunes bien plus dangereux que des serpents à sonnettes.

Ils sont aussi condamnés à se donner des surnoms, à s’habiller en orange à avoir peur du directeur et de son affreux vernis à ongle fabriqué avec du venin de serpent…

Et s’ils trouvent quelque chose au fond du trou, ils doivent le montrer d’urgence !

Dès le départ, Stanley comprend que le terrible directeur, qui est en fait une femme, recherche quelque chose de précis dans cette étendue désertique. Pourquoi sinon, surveillerait-elle de si près les trous et leurs contenus ? Il va tenter d’élucider ce mystère…

Il y a plusieurs histoires en parallèle qui se recoupent et se rejoignent : la vie quotidienne des pensionnaires du Lac Vert ;  la malédiction qui pèse sur la famille de Stanley ;  plus, une histoire d’amour qui a eu lieu il y a plus de 100 ans sur les bords du lac…Mais CHUT… je n’en dirai pas plus !

Le lecteur comprend peu à peu pourquoi ces histoires sont extrêmement liées…


Vous en avez assez des histoires de vampires…

alors ce roman est pour vous.

Suspense, frisson, humour et aventure sont au rendez-vous.

Vous verrez vous ne le regretterez pas !

A lire à partir de 12 ans.

 

 

Commentaires

Votre commentaire