Sous le règne de Bone / Russell Banks

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/1/8/5/9782742708581.jpg

Tout le monde n’a pas la chance de naître sous une bonne étoile…Bone (ex Chappie) à 14 ans,  en sait quelque chose.

Il n’a pas une vie facile et une allure de junkie (punk, nez percé et tatouage d’os en croix)… Bone n’a jamais connu son père. Il vit dans une caravane avec Ken, son beau-père violent et pervers, et sa mère qui est toujours dépressive.  Tous deux boivent sans discontinuer pour oublier leur vie misérable. Bone va mal, il sèche l’école et volent ce qu’il peut pour se payer de la drogue. Il se retrouve à la rue…

Bone va alors zoner de squat en squat, faire des rencontres peu recommandables pour tenter de trouver une place dans ce monde. Son périple l’amènera jusqu’en Jamaïque.

Mais Bone est un bon garçon.  Ce qu’il désire plus que tout, c’est de rencontrer quelqu’un qui l’aime comme il est…  Il s’interroge sur la différence entre le bien et le mal et se pose beaucoup de questions sur la société et ses inégalités.

Le destin va mettre sur sa route,  I-man, un jamaïcain rasta irresponsable mais plein de sagesse et, le gamin des rues va trouver un sens à sa vie…

Ce que j’en pense

« Vous allez sans doute croire que j’invente pour avoir l’air mieux que je suis en réalité ou plus malin… » voilà comment commence le roman, voilà comment Bone s’adresse au lecteur et l’implique dans son histoire…

Le ton du roman est très souvent vulgaire et familier. Mais même si Bone traverse des situations violentes ou choquantes, il évolue positivement au cours du roman.

Le lecteur retrouve l’insouciance de l’adolescence  mais aussi les doutes et les interrogations, le désir de provocation. Il voit Bone grandir, affirmer sa personnalité et prendre sa vie en main.

L’auteur ne dit pas que le milieu n’influence pas le devenir des êtres humains. Il démontre simplement que lorsque le bien et le mal sont clairement identifiés, l’adolescent délinquant est capable de se transformer pour devenir « quelqu’un de bien ». Encore faut-il que la société lui laisse sa chance…

A lire à partir de 14-15 ans

 

Commentaires

Votre commentaire