Le singe de Hartlepool de Wilfried Lupano

Cette BD s’inspire d’une histoire vraie : En 1814, pendant les guerres napoléoniennes, un navire s’échoue sur la côte anglaise, à proximité de Hartlepool, un petit village de pêcheurs. Seul survivant : un singe, affublé d’un uniforme français. Vu comme un soldat ennemi, il sera jugé et pendu par une foule ivre de bêtise et de peur.

La BD reprend la légende avec quelques arrangements…

Alors qu’un navire français longe les côtes britanniques, l’équipage trouve marrant d’habiller leur mascotte, un petit chimpanzé baptisé Nelson, en tenue d’officier. Lorsque le capitaine entend son mousse chanter en anglais  tandis qu’il nettoie le pont, il le jette à l’eau ! C’est à ce moment-là que débute une terrible tempête. La foudre frappe le mât, qui tombe à l’eau. Le mousse s’y agrippe, tandis que le navire verse sur le flanc. Tous les hommes tombent à la mer. Sur la côte, les habitants de Hartlepool sont euphoriques et fêtent le naufrage du bateau ennemi.

Le lendemain matin, les anglais se bousculent pour aller cueillir divers trésors échoués sur la plage. C’est ainsi qu’ils trouvent Nelson, le singe survivant, toujours en tenue d’officier… N’ayant jamais vu de français, ils en déduisent, vu le costume, qu’il s’agit d’un français (puisqu’il est petit comme Napoléon) envoyé comme espion par l’empereur lui-même !  Ils tentent alors de le capturer. Apeuré, l’animal se défend, mord les uns et les autres, finit dans un filet puis en prison.  Les habitants décident de le juger et de le pendre.

Plus loin sur la plage, le petit mousse est lui aussi vivant. Étant donné qu’il est parfaitement anglophone, il se fait passer pour un anglais…et rencontre un jeune garçon qui n’est autre que le futur Charles Darwin. Lorsque son père découvrira que les habitants ont pendu un singe, ce sera trop tard !

Cette BD vient d’obtenir le Prix de la BD historique en octobre 2013 ainsi que le Prix des Libraires 2013 (pour la BD). Une très belle BD sur la différence et le racisme, et la peur de l’inconnu…

Commentaires

Votre commentaire