Jusqu’où le JT sera prêt à aller ?!

Ce débat fut vraiment très riche, les notions fondamentales vues lors des séances de Littérature et Société avec Mme Leroy et Mme Lopez, furent énoncées et débattues.

Les élèves de 2nde 1, plus informés sur le sujet, ont nourri le débat d’exemples concrets, que l’on citera. Les autres ont donné leur avis et ont eu la possibilité d’accroître leurs connaissances sur le sujet.

 

Parmi ces notions, de prime à bord nous avons parlé de notre position vis-à-vis du média télévision, la fréquence et la manière dont on le visionnait. Mais aussi, nous sommes très rapidement arrivés à se questionner sur la crédibilité de ce média et des Journaux Télévisés (JT) qu’il nous propose. Faut-il s’informer uniquement par ce biais ? Sur une seule chaîne ? Croire aux informations présentées ? Ou plutôt, approfondir nos recherches grâce à la presse écrite, à la radio, à Internet, zapper sur plusieurs chaînes et prendre du recul vis-à-vis de l’information ? Y a t il influence du JT sur notre vision du monde ?

 

Tout d’abord dans l’élaboration d’un JT, l’équipe de journalistes chargés de la rédaction, amassent les données et nouvelles reçues sur le terrain par des organismes tels HAVAS et des envoyés spéciaux. Ces derniers sont de plus en rares sur le terrain, car grâce à l’avancé du média Internet, il est beaucoup plus simple et rapide de trouver des informations. Cependant, les sources sont de moins en moins fiables, les informations étant de moins en moins vérifiées par soucis de temps. Il subsiste une forte concurrence entre les médias, c’est pourquoi il y a un désir d’aller vite et de vérifier moins.

Après ce travail de stockage des données, il faut faire un choix. Pour cela, intervient automatiquement la subjectivité des journalistes, pourquoi garder le sujet sur le Football plutôt que celui sur la Voile ? Tout simplement parce que le rédacteur en chef préfère le Football. Puis vient le temps imparti à chacun des sujets ; plus un sujet est long, plus les journalistes y portent un intérêt et plus il a d’impact sur la population. Il s’agit bien de nous influencer.

Mais ce n’est pas tout, un sujet peut être traité sous deux angles, positif alors on donne une image méliorative du sujet, ou négatif et l’on fait un  « blâme » de celui-ci. Notre opinion ira ou aura tendance à aller en faveur de celle que l’on nous présente.

Ce qui nous déresponsabilise et conditionne notre avis. Par exemple, si la chaîne n’est pas partisane du parti socialiste, un sujet sur les grèves en défaveur de celui-ci sera dressé.

Mais aussi, sur le reportage évoquant les enlèvements d’enfants par l’un des parents, on ne nous propose que le point de vue des pères, étant français ! On ne nous parle nullement du Pourquoi de ces actes, du passé des ces famille déchirées… L’information est incomplète pour pouvoir se faire une opinion raisonnable et PERSONNELLE. Aussi, ce reportage fut très mal organisé comme si l’on ne prenait pas les téléspectateurs au sérieux, comme si on les estimait inférieurs.

          De nombreux autres aspects de ce média et journal télévisé ont été abordés lors de ce débat. Qui fut une très bonne occasion de partage, d’ouverture à l’autre et de mise en commun des idées, qu’elles soient convergentes ou divergentes. Nous fûmes d’accord sur le fait qu’il y a une forte influence de ce média sur la population, dans le but d’accroître l’audimat et de forger une opinion favorable à celle qu’il défend.

Anaïs

Tags : , ,

Laisser un commentaire

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire.