Un auteur vu de l’intérieur

samedi 1 mai 2010

L’écrivain Hafid Aggoune est venu nous rencontrer les  6 et 13 novembre 2009. A l’occasion de ces rencontres, il a rédigé deux monologues où il se met dans la tête des élèves. A notre tour d’imaginer ce qui se passe dans la tête d’un auteur face à trente et un adolescents. Voici l’auteur, vu de l’intérieur :

Allez, je vais me lancer. Pourquoi j’ai peur cette fois ? Je l’ai déjà fait des centaines de fois. Bon peut être pas autant, c’est vrai, mais je devrais pourtant y être habitué. Oh, l’angoisse. L’angoisse, l’angoisse. Elle monte, elle monte, la petite peste … C’est toujours la même chose. Allez, respire un bon coup. Va-y, lance-toi. N’aie pas peur, ils ne vont pas te manger. Ah, la petite qui essaye de se caser. Pas trop à droite, ni à gauche, un peu devant, mais pas trop. Whaou, ils sont nombreux. Allez calme-toi, ne stresse pas. Souris, ça va passer. Pense à ce discours que tu as préparé : « Bonjour, je m’appelle Hafid Aggoune et je suis écrivain ». Au moins, tu sais ce que tu vas leur dire. Eux aussi, tiens, ils ont tout préparé. Les questions, et tout. Qu’est-ce qu’ils ont bien pu préparer ? Le professeur parle, me présente. Me présente ?! Alors je ne pourrais pas sortir « Bonjour, je m’appelle… » ? La petite boule dans ma gorge continue de grossir. Angoisse, quand tu me tiens …

Ah, c’est à moi. Ca y est, c’est à moi. Bon alors, qu’est-ce que je dis ? Aucune idée. Zen, calme. Inspiration, expiration. Allez. Je m’éclaircis la voix. La première question fuse. Je réfléchis un moment, puis je commence mon explication. Trente paires d’yeux, plus celles des deux professeurs, plus celle de la documentaliste me fixent alors. Emporté par ma passion et mon élan, je leur raconte tout. Horreur ! Ils prennent des notes ?! J’ai peut être parlé trop vite. Vite, vite, vite, mon débit de parole. Plus lent. Allez ! laisse leur le temps d’écrire ta vie …

Deuxième question. Quelle est l’origine de ma vocation ? Ah, c’est une question assez simple. J’ai toujours voulu devenir écrivain. Je peux le dire ? Hum … Oui, de toute façon, s’ils sont là, c’est bien pour me demander comment je suis devenu écrivain, non ? Ce sont les questions qu’on me pose souvent. Curiosité y oblige. Oui c’est vrai. Vais-je avouer que je tenais un journal intime au collège ? Ils vont se moquer de moi, non ? Enfin, c’est du passé, un passé qui m’a marqué quand même. Ils sont bien élevés, ils ne vont pas se moquer. Allez, je leur dis et puis tant pis pour la suite. Après tout, je ne risque rien. Encore une fois, je me laisse emporter par mon élan. C’est qu’ils ont l’air d’écouter en plus. Je m’arrête un peu, de peur qu’ils n’aient pas le temps d’écouter et d’écrire en même temps. Faudrait pas qu’ils s’endorment non plus. Encore un petit effort. Les questions fusent de plus en plus vite. Ah, cette question là est intéressante. Qui sont mes écrivains et livres préférés ? J’ai tout préparé, tout apporté … heureusement, je dois dire.

L’heure est déjà passée. Oh mon Dieu ! Je ne m’en étais pas rendu compte. Ils sont sympathiques finalement, ces élèves. Je reviendrais bien les voir. Attentifs, un peu sérieux quand même. J’espère que j’ai été clair … et précis. A voir leurs têtes j’ai l’impression que oui. Tant mieux. Je n’ai plus cette petite boule au fond de ma gorge, c’est bon signe, non ? Il me reste encore des choses à régler. Mais maintenant que je me suis dis que j’allais les revoir, cette idée ne cesse de me trotter dans la tête. Alors peut être que finalement, je reviendrais les voir ? Qui sait ?

Mélanie P.,
Sucy-en-Brie, le 8 février 2010

Tags :