L’Histoire du livre

mardi 2 février 2010

                                  

enlum

a première oeuvre écrite, L’Illiade de Homère, est un volumen datant du IIIième siècle avant J-C. C’est un rouleau, de papyrus, extrêmement fragile, rare et coûteux. Sa forme empèche la prise de notes ainsi que les comparaisons de textes, et oblige le lecteur à se tenir debout. La lecture est publique puisque peu de gens savent lire.

La bibliothèque d’Alexandrie, interdisant l’exportation du papyrus, était la plus riche de l’époque.

Au IX-Xième siècle, apparaît le codex , premier livre en parchemin nécessitant une dizaine de peaux de moutons. Ce nouveau format est le même que celui que nous connaissons. Plus pratique il permet la numérotation des pages, l’index et les comparaisons entre codex.  Les livres, toujours rares et chers, sont incrustés d’or, écrits et décorés à la main par des moines. Les sujets léturgiques et religieux, peuvent aussi être médicaux, juridiques pour les professionnels. La ponctuation ainsi que les majuscules apparaissent. La population lisant de plus en  plus, la lecture silencieuse s’installe. Au XIIIième, les scripts laïques permettent des sujets plus légers que la religion.

DSCF5141

 

Gutenberg « créé » l’imprimerie au XIième siècle, permettant la publication de la première Bible. Le parchemin est remplacé par le papier, facillitant l’imprimerie ainsi que la commercialisation du livre à travers différents pays. Les livres, imprimés plus rapidement, sont reliés à la main.

imprimerie

La bourgeoisie commence à créer des bibliothèques personnelles, puis la noblesse. Les livres étant beaucoup plus lus, les rois surveillent les auteurs et créent lez dépôt légal,  le droit d’imprimer et la censure. L’Eglise aussi surveille les écrits : elle invente l’Index.

Le papier est moin important, moins sacré les paragraphes apparaissent donc. Il y a dorénavant un lectorat à la campagne; le papier est de moins bonne qualité, les histoires sont courtesz et simples (bibliothèque bleue).

Au XVIIIième siècle, les écrivains se révoltent et ramènent l’imprimerie libre. Ils confisquent et brûlent les livres du Clergé. Mais au XIXième siècle, la censure et l’Index reviennent.

Les livres sont maintenant reliés en toile et l’imprimerie fonctionne à la vapeur. Dewey crée une nouvelle classification pour les livres en 10 grandes classses. Le format livre de poche arrive au XXième siècle, il y a de plus en plus d’écrivains.

 

De nos jours la lecture sur ordinateur est de plus en plus envisagée, surtout depuis la création du I-Book : c’est un livre électronique qui  télécharge les textes.

IBook

 Ainsi, nous avons pu voir que le livre a beaucoup changé depuis sa création mais n’a pas fini d’évoluer.

 

Roxane Durand et Lauriane Giuranna

Tags : , , , ,

Histoire du livre

mardi 26 janvier 2010

L’objet livre n’a cessé d’évoluer au cours du temps avec des formes et des lecteurs différents. Il existe trois époques fondamentales dans l’évolution de cet objet: la création du livre, la naissance de l’imprimerie, et la suppression du support papier que nous sommes aujourd’hui même en train de vivre.

C’est entre le IIè siècle avant Jésus Christ et le IIè siècle après Jésus Christ qu’apparaît le volumen. Il prend la forme d’un rouleau en papyrus, il est  fragile et coûteux. Il est peu pratique. Il est impossible de prendre des notes ou de faire des commentaires car il nécessite les deux mains pour le consulter. De plus, l’essentiel de la lecture est orale et publique. L’Iliade d’Homère fut la première œuvre écrite en volumen.

Une première transition s’effectue lorsque Ptolémée interdit l’exportation du papyrus en Europe pour conserver la bibliothèque d’Alexandrie comme la plus grandiose. On invente donc le codex en Europe au Moyen-Âge. Il prend la forme de feuilles de parchemin (peau de mouton) cousues et reliées avec du cuir. Ils sont richement décorés avec des enluminures. De plus il est recopié à la main par des moines copistes, la fabrication est longue (cent heures pour  faire un exemplaire). A cette époque, les codex traitent comme sujets la religion, les sciences et la justice. On considère le livre comme un objet sacré, rare et très précieux. Ce format bouleverse l’organisation du livre. En effet, on remarque l’apparition des repérages (numéro de pages, index). On peut également plus facilement rédiger des commentaires et comparer des textes qu’avec les volumen. De plus la lecture devient silencieuse.

Vers la fin du Moyen-Âge, les sujets traités dans les codex sont de moins en moins religieux et s’adressent à des laïcs.

manuscrit datant du Moyen-Âge
manuscrit datant du Moyen-Âge

Ensuite l’objet livre est bouleversé par l’invention de l’imprimerie par Gutenberg en 1450 grâce à une presse avec des poinçons. Les grands textes sont de plus en plus prisés. Avec l’essor du commerce et  les grandes découvertes, les livres sont commercialisés et dupliqués peu à peu grâce à la rapidité de l’imprimerie. De plus, les types de lecteurs changent, de plus en plus de bourgeois aisés savent et aiment lire. L’imprimerie permet également d’inventer de nouveaux formats comme l’octavo.

Avec la multiplication des sujets traités, les livres peuvent faire passer des mouvements contestataires. Les rois au XVIè siècle, comme François 1er, créent le dépôt légal qui permet de contrôler les œuvres. De plus l’Eglise crée l’index, une liste de livres interdits. Ainsi certains auteurs s’enfuient à l’étranger.

Au XVIIè siècle, sous Louis XIV, l’imprimerie subit davantage la censure. C’est à cette époque que la noblesse commence à s’intéresser à la lecture. La forme du livre change encore, comme le papier devient de plus en plus courant, les éditeurs n’hésitent pas à « aérer » les textes (création de paragraphes).

Au XVIIIè siècle, la diffusion devient de plus en plus importante avec le siècle des Lumières (Encyclopédie). En outre, une littérature populaire se développe avec la création de la Bibliothèque Bleue.

Après la Révolution Française, l’imprimerie devient totalement libre. C’est à ce moment là que les bibliothèques municipales se forment composées de livres volés aux nobles. Tout au long du XIXè siècle la censure réapparaît avec les règnes de Napoléon 1er et Napoléon III. Certains auteurs comme Baudelaire, Flaubert et Balzac la subissent.

La présentation du livre change encore, la reliure est maintenant en toile et le livre est plus souple. C’est à cette époque que les grands éditeurs comme Larousse et Hachette apparaissent, ainsi que la classification Dewey encore aujourd’hui présente dans nos bibliothèques et nos CDI.

Au XXè siècle apparaît un rapport différent avec le livre, son format est encore réduit avec la création du livre de poche. Certains voient cette nouveauté d’un oeil négatif car le livre devient un objet  du quotidien et banal, certains livres sont même vendus en grande surface. A notre époque, le livre devient un véritable produit de marketing avec la création de prix littéraires, d’émissions littéraire et la notion de best-seller.

Enfin, à la fin du XXè siècle et au début du XXIè siècle, la technologie fait peu à peu disparaître le support papier. Effectivement, le téléchargement de plusieurs dizaines d’œuvres sur Internet, pour pouvoir les transporter partout sur l’E-Book, devient très important et cette alternative devient très intéressante. Il s’agit de l’avenir du livre qui ne cessera d’évoluer.

Ainsi, on peut remarquer que le livre a subi énormément de transformation au fil des siècles avec des modes de lectures et des lecteurs différents,  selon les époques.

Arnaud, Etienne, Thomas.

Tags : , , , , ,