L’anti-livre de lecture

fayantilivre On vous présente un livre qui s’appelle « L’anti-livre de lecture ». Son auteur est Elisabeth Brami.

Le slogan de ce livre est « Vous détestez lire? Vous risquer d’adorer. »

Dans ce livre, il ya 365 passages des livres de nombreux auteurs qui sont très différents, français ou étrangers, classique ou contemporains : Colette, Edmondo de Amicis, Anne Frank, Anna Gavalda, Jean-Paul Nozière, Raymond Queneau, Mark Twain, Gustave Flaubert, Sempé, Marcel Pagnol, Jean Paul Sartre, Charles Dickens…

Le livre commence au mois de septembre et finit à la fin du mois d’août : on peut lire tous les jours un extrait différent.
Son illustrateur est Claire Faÿ : Le livre a beaucoup d’illustrations et grâce à ces illustrations le livre devient plus amusant.
Après chaque extrait, on peut voir quelques questions amusantes.

51UTc2IY4BL._SS400_

Voici quelques extrait du livre sur le sujet de l’école et de l’enfance :

(Gustave Flaubert-Madame Bovary)

– Levez-vous, reprit le professeur, et dites-moi votre nom.

Le nouveau articula, d’une voix bredouillante, un nom inintelligible.

– Répétez !

Le même bredouillement de syllabes se fit entendre couvert par les huées de la classe.

– Plus haut! cria le maitre, plus haut !

Le nouveau, prenant alors une résolution extrême, ouvrit une bouche démesurée et lança à pleins poumons, comme pour appeler quelqu’un, ce mot :

Charbovari.

(Chris Donner-Emilio ou la petite leçon de littérature)

– Je crois que votre fils Henri essaie de se rendre intéressant avec sa maladie respiratoire. Ma mère s’est mise à chercher partout mon flacon de Ventoline que j’avais fait exprès de ne pas emporter pour que la crise soit plus grave et qu’Anais soit impressionnée par l’arrivée de l’ambulance.

(Charles Dickens-Les grandes espérances)

Je m’escrimais avec l’alphabet comme avec un buisson de ronces, et j’étais très fatigué et très égratigné par chaque lettre. Ensuite, je tombai parmi ces neuf gredins de chiffres, qui semblaient chaque soir prendre un nouveau déguisement pour éviter d’etre reconnus. Mais à la fin, je commençai à lire, écrire et calculer, le tout à l’aveuglette et en tâtonnant.

Commentaires (1)

Bigatth mars 2010 at 10:53

Bravo, donner envie de lire ouvre la porte à tant de voyages !

Commentaires

Vous devez vous connecter pour faire un commentaire.