Un élevage à l’honneur (17)

José Luis Osborne Vázquez a acheté en 1952 un élevage qui appartenait à Antonio Jiménez et qui provenait de celui de Juan Pedro Domecq Díez qui avait croisé le bétail de Veragua avec des animaux d’origine Conde de la Corte et Mora Figueroa ce qui en fait aujourd’hui en encaste particulier.

Le toro d’Osborne dans sa meilleure version a la réputation d’être un animal de poder à la charge rythmée. Dans l’actualité il s’agit d’une ganaderia devenue confidentielle.

Le toro d’Osborne c’est aussi ce logo publicitaire pour les brandy du même nom désormais protégé car il est surtout le symbole de l’Espagne

Encaste : Osborne (branche de Domecq)

Devise : vert et blanc

Ancienneté : 1959

Mayoral : José Román Cozar

Le lieu de vie des animaux de ce fer se situe aujourd’hui dans les communes de Castillo de las Guardas et El Madroño au nord de Séville.

Le toro le plus célèbre de cet élevage est sans nul doute Atrevido (photo), connu comme le taureau blanc d’Antoñete et qui permit à ce torero de réaliser ce qui est considéré comme l’une des plus grandes faenas jamais réalisées à Madrid.  On peut aussi parler du cas de Campesino qui reçut l’honneur d’une vuelta en 1985 à Pampelune et à qui Esplá coupa la queue. Et son opus 61, le maestro Viard nous rappelle que Regatillo fut gracié à Xérès par Jerezano en 64 ou que Jineto reçut une vuelta à Madrid l’année suivante.


Laisser un commentaire