Un élevage à l’honneur (36)

L’élevage de Victoriano del Río a été formé en 1985 avec du bétail de Juan Pedro Domecq, Luis Algarra, en particulier le semental Aldeano et son fils Alcalde, et Jandilla. Par la suite ont été ajoutées des animaux en provenance d’El Torreón et surtout El Torero (80 vaches).

victoriano-del-rio-cortes

Encaste : Domecq

Devise : noir et jaune

Ancienneté : 1942

Mayoral : Miguel González Vargas

___________________________

La finca El Palomar se trouve dans la commune de Guadalix de la Sierra de la Communauté de Madrid. Le deuxième fer s’intitule Toros de Cortés (devise paille et rouge).

Hierro de Toros de Cortés

Ces dernières années les toros de don Victoriano ont permis d’importants triomphes en particulier à Madrid, c’est le cas notamment de César Jiménez qui sut exploiter les possibilités de son lot en 2006, d’El Juli qui sortit en triomphe après sa faena à Cantapájaros en 2007 (une oreille avec pétition de la deuxième), de José Tomás qui en coupa 4 en 2008, d’Esplá en 2009 qui coupa les deux appendices auriculaires de Beato, toro de vuelta, de Talavante qui en fit de même à Artillero en 2013, de Perera en 2014 et de López Simón et Manzanares pour leur double triomphe de 2016. Le toro de Manzanares, Dalia, fut un brave qui aurait mérité un tour de piste posthume. Morante avait essorillé un toro en 2000 à Séville et Manzanares y avait coupé 4 oreilles à son lot en 2012 alors que Nazaré avait obtenu un double trophée en 2013 après le coup de corne à El Juli.

Il a obtenu le prix au meilleur élevage à Madrid en 2006, 2007 puis 2013. En 2001 Disparate avait été considéré comme le meilleur toro de la feria d’Avril et la même année Descarado avait été gracié par Ponce à Nîmes (en 2008 Perera en avait fait de même à Dax mais les critères n’étaient pas aussi rigoureux : données terredetoros.com). Il a également remporté le prix Carriquiri 2014 de Pampelune au meilleur toro et au meilleur élevage. En 2016 il obtient également la récompense au meilleur lot des Sanfermines. Lors de la Goyesque arlésienne de 2018, le toro Cantaor, auquel Castella coupa les deux oreilles, fut primé d’une vuelta. Le même week-end, il en fut de même pour Copito à Dax qui permit à El Adoureño de couper sa première oreille de matador. La semaine suivante c’est Devoto, auquel Ponce coupe une queue symbolique, qui est grâcié à Nîmes (fer de Toros de Cortés). En 2019, Ureña obtient enfin sa Grande Porte madrilène en tirant parti d’Empanado qu’il parvient à essoriller et Manzanares ne tire pas tout le parti de Ruiseñor, primé d’une vuelta à Bilbao.


Laisser un commentaire