Il y a 30 ans mourait…

Francisco RIVERA  PÉREZ  “PAQUIRRI

 paquirri1Il est né à  Zahara de los Atunes (province de Cadix) le 23 mars 1948 et il est mort le 26 septembre 1984.

 Il torée sa première novillada à Barbate en 1962 puis débute avec picadors deux ans après, à Cadix. En 1965 il reçoit un coup de corne à Saragosse. Le 1er  mai 1966 il se présente à Séville et sort par la mythique Puerta del Príncipe. Le 17 juillet, jour de son alternative, à Barcelone, le toro du doctorat lui inflige une blessure avant que celui-ci puisse être célébré. Il prendra finalement l’alternative dans les mêmes arènes le 11 août avec Paco Camino pour témoin et en présence d’“El Viti” avec le toro Zambullido de Urquijo de Federico. Le 1er octobre il se présente comme matador dans la capitale de son Andalousie natale dans les arènes de laquelle il ressort en triomphe. Il confirme son alternative le 18 mai 1967 parrainé par Paco Camino à nouveau. En 1969 il ouvre la Grande Porte à Madrid par trois fois : le 17 mai – en coupant les deux oreilles d’un toro de Galache et sortant a hombros aux côtés d' »El Viti » – ainsi que le 22 du même mois – cette fois-ci avec “Miguelín” après avoir obtenu les appendices auriculaires d’un animal de Juan Mari Pérez Tabernero – et pour  la Corrida de Beneficencia. Cette année là il reçoit un coup de corne à Pampelune alors que lors de la temporada 1971 il sera blessé deux fois. Le 29 avril 1973 il coupe deux oreilles à Séville et le 21 mai 1974 il triomphe à Las Ventas aux côtés de “Niño de la Capea” après avoir coupé trois trophées à son lot d’Atanasio Fernández. Il connaît le revers de la médaille le 16 mai 1975 et lors de la Feria d’Avril de 1978 où il coupe 4 oreilles (comme l’année précédente) mais où un toro lui transperce les deux cuisses. Le 27 avril 1979 il sort une nouvelle fois par la Porte du Prince et le 24 mai, à Madrid, il « désoreille » Buenasuerte, un toro de vuelta de Torrestrella, après avoir obtenu un trophée de son premier adversaire. Il triomphe à Séville le 25 avril 1980, en coupant deux oreilles puis il obtient un nouveau succès dans la capitale espagnole le 19 juin pour la Corrida de Bienfaisance qu’il occit en solo. Le 28 avril 1981 ses opposants de Manolo González lui offrent la possibilité d’être hissé vers le ciel en direction d’un Guadalquivir céleste : quatrième Porte du Prince. Lors de cette saison là il est à nouveau blessé avant de recevoir un autre coupe de corne l’année d’après.

Le 26 de septembre 1984, à Pozoblanco, un village au nord de Cordoue, l’affiche annonce “Paquirri”, “El Soro” et “Yiyo”. Le premier est encorné dans la cuisse droite par son second toro, Avispado, alors qu’il toréait à la cape : il mourut dans l’ambulance qui le transportait dans la capitale provinciale.

“Paquirri” fut un torero d’un incroyable courage, un banderillero facile, un grand estoqueador et aussi un professionnel exemplaire plein de pundonor. Ses statistiques à Séville sont éloquentes : 30 oreilles en 31 corridas et 3 sorties par la Porte du Prince en tant que matador. A Madrid il a triomphé pleinement 4 fois lors de la feria de San Isidro.


Laisser un commentaire