Un élevage à l’honneur (57)

L’élevage de Samuel Flores est l’un des plus anciens du campo brave. A l’origine pasteurs itinérants, les Flores sont pratiquement les plus grands propriétaires terriens d’Espagne. Les chasses qu’ils organisent sont on ne peut plus réputées et Franco ou le roi Juan Carlos étaient des assidus.

L’éleveur actuel représente la septième génération mais le sang qui court dans les artères de ces toros provient de l’achat effectué en 1926 d’une partie du cheptel de Gamero Cívico.

Samuel FloresOn observe ici la taille caractéristique des cornes

Encaste : Gamero Cívico

Devise : bleu, incarnat et or

Ancienneté : 1928

nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn

Le deuxième fer, au nom de Manuela Agustina López Flores (mère de l’éleveur), est en fait celui d’origine, fondé au XVIIe siècle avec des animaux de caste Jijón.

Encaste : Gamero Cívico

Devise : blanc, bleu et incarnat

Ancienneté : 1864

nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn

Aujourd’hui tous les animaux sont rassemblés à El Palomar, commune de Povedilla, dans la province d’Albacete.

Cet élevage a obtenu les prix au meilleur lot de la San Isidro en 1990 et 1995.

En 1999, à Dax, les samueles ont permis à Ponce (une queue), Morante et Abellán de couper la bagatelle de 11 oreilles avec deux toros qui firent le tour d’honneur.

Les étalons fondamentaux furent d’abord Naviero après la Guerre puis Desconocido et surtout son fils Azucena.

Dans son opus n° 14 de sa version espagnole, André Viard établit une liste des grands toros de ce fer : Biendesado reçut deux vueltas à Valence en 42, Manolete coupa la queue de Zapatilla à Pampelune en 43 et le mouchoir bleu fut sorti à Madrid pour Recoba en 57. En 1987, Loquillo fut considéré l’animal le plus brave de la feria de San Isidro.

Ces toros permirent de grands triomphes dans les plus grandes arènes : à Madrid ils permirent à Ordóñez et à Dominguín de sortir a hombros en 1960, et à Curro Girón, d’en faire autant l’année suivante, comme à Andrés Vázquez en 71, Ortega Cano et César Rincón vingt ans plus tard et Ponce en 92. A Séville, El Viti réalisa une grande faena en 66 et Manolo Cortés en fit de même en 72.


Laisser un commentaire