Compte à rebours : 2

José Garrido profite de toutes les opportunités et termine la saison en figura. Il triomphe à Burgos, Badajoz, Saint-Sever, Bilbao (1+2), Bayonne, Logroño, Valladolid, Palencia et Mérida. Techniquement supérieur, volontaire comme personne (donc nécessairement très courageux), il semble être capable d’inventer son toreo. Ira-t-il vers plus de classicisme ou préférera-t-il trouver une formule plus vendeuse à l’instar d’un Juli ?


Laisser un commentaire