But ou commencement ?

Roca Rey a été à la fois la révélation et le triomphateur de la saison. Impressionnant à Valence, il coupe une oreille à Séville, puis triomphe en Arles, à Madrid, Grenade, Burgos, Alicante, Badajoz, à nouveau à Valence en juillet, à Pampelune par deux fois, Santander, Mont de Marsan, Donostia, Huesca, Pontevedra, Vitoria et Dax. Jouant trop souvent avec le feu, il s’est brûlé en fin de saison. Le prestidigitateur fatigué a arrêté de faire des miracles, à moins que ce ne soit son étoile qui ait filé; dur retour à la réalité de pantin désarticulé par un monstre noir à Malaga. Heureusement sans de trop graves conséquences mais les accidents se sont poursuivis car il manque encore de maîtrise et se brûle à son propre feu sacré. Ce surdoué n’a pourtant pas besoin de jouer sur le registre de la peur et de changer de manière parfois insensée la trajectoire des toros. Hay que templarse más, hombre !


Laisser un commentaire