Un élevage à l’honneur (94)

L’élevage de Conde de la Corte est la source de l’immense majorité des ganaderías actuelles dans la mesure où il est la base de ceux d’Atanasio Fernández d’un côté et de Juan Pedro Domecq de l’autre. Cependant, cet élevage primordial, en crise depuis une quarantaine d’années au moins, est désormais menacé de disparition dans la mesure où il ne resterait plus aujourd’hui que 25 vaches et deux étalons contre 10 fois plus de têtes en 2010.

Cette ganadería provient de celle de Tamarón elle-même de provenance Parladé-Ibarra. Il a été créé en 1920 par le grand-oncle, Agustín Mendoza Montero, du propriétaire actuel.

Photo Mariano Pascal, corrida Pamplona 2008

Encaste : Conde de la Corte

Devise : vert, rouge et or

Ancienneté : 1928

______________________

Les animaux  de ce fer paissent dans le domaine Los Bolsicos à Jerez de los Caballeros, dans la province de Badajoz, sur plus de 700 ha.

S’ils ont du mal à trouver acquéreur, Riscle a programmé une novillada de très bon niveau en 2014 après un quart de siècle d’absence en France.

Il convient de citer le semental Alpargatero, de Parladé, comme père de cette lignée (et donc de ses descendantes), au travers de deux de ses fils, Cazador et Valeroso; mais aussi, plus tard, l’étalon Gaitero.

Ajoutons qu’en 1952, Antonio Bienvenida réalisa à Madrid une grande faena au toro Gracioso et qu’en 1968 Ordóñez et Márquez y triophèrent également. Lors de cette corrida sortit le toro Ochopicos qui fut considéré comme le plus brave de la feria tout comme Nochetriste en 91.


Laisser un commentaire