Temporada 2018

Que retiendra-t-on de cette saison, au-delà des anecdotes ?

  1. Tout d’abord que le sceptre du toreo a changé de main : Roca Rey est incontestablement devenu le roi ; pas seulement le triomphateur de la saison. Pour sa troisième année chez les grands, le petit Péruvien est devenu un Grand du toreo. On peut regretter qu’il ne sorte pas du monoencaste mais… il a encore si peu d’expérience. Son toreo s’est malgré tout affermi, et son courage n’a pas varié ; il est beaucoup plus sûr malgré des prises de risques encore insensées. Parfois il montre de son art une version moins bouillonnante en conduisant le toro derrière la hanche avec une pureté indéniable et s’il a trouvé un style propre il a largement les moyens de le faire évoluer et de bousculer encore les schémas préétablis. Révolutionnaire ou évolutionniste ? Cela reste à voir mais on peut d’ores et déjà lui réserver une place dans l’histoire du toreo.
  2. Justice pour De Justo! Don Emilio a fait son trou, à la force du poignet. Révélé à nous depuis plusieurs saisons, celui qui est considéré comme le torero révélation de l’année en Espagne a en fait explosé. Capable devant tout type de bétail, il possède un toreo de grande valeur qui devrait le maintenir au sommet, d’autant plus que contrairement à certains jeunes qui sont montés trop vite au firmament, il connaît et savoure déjà la valeur de son ascension.
  3. La véritable nouveauté de l’année a pour nom Álvaro Lorenzo, qu’on avait vu à Madrid dans une grande faena en tant que novillero mais qui n’avait pas pu éclater au grand jour en raison d’une épée maladroite. Ce problème résolu, son triomphe à Madrid dans un pur classicisme fait espérer qu’il sera l’un des chefs de file de la nouvelle génération, ce que son récent triomphe à Saragosse pourrait laisser entrevoir. S’agira-t-il d’un espoir déçu comme pour les révélations plus ou moins fugaces de ces dernières années ?
  4. A mi-chemin de l’ancienne et de la nouvelle, López Simón obtient lui aussi un triomphe madrilène (ils sont quatre à peine à en avoir obtenu autant que lui parmi les toreros actuels, seul José Tomás fait mieux) mais son indolence passée ne convainc pas les bureaux, qui l’ont ostracisé, à l’instar d’un Talavante. Après avoir quitté une des familles historiques de la pègre taurine (dixit l’ancien apoderado de Fandiño qui a eu maille à partir avec certains d’entre eux), lui aussi est très irrégulier, il est vrai, mais autant que c’est un vrai artiste. « On torée comme on est » disait le premier d’entre eux ; aussi comme on se sent sur l’instant et Dieu seul sait, si tant est qu’il existe, combien il est difficile de puiser en même temps dans la force et dans la fragilité pour créer le grand œuvre : il y parvient au centre du monde taurin pour la cinquième fois, une prouesse ! Mais l’injustice la plus flagrante a été à l’encontre de celui qui avait déjà fait montre de ses qualités en plus haut lieu et qui les a revendiquées de manière exponentielle à partir de la fin août pour son troisième contrat en ressuscitant de façon vengeresse le toreo éternel : Urdiales s’impose à Bilbao pour la troisième fois avant de le faire à Madrid en Automne deux contrats plus tard. Les mêmes qui l’ont méprisé l’an passé vont se mettre à genoux : ainsi vont les choses, les toros finissent par mettre chacun à sa place.
  5. Continuons avec ceux de la nouvelle génération : Román se maintient en payant plusieurs fois le prix fort, Marín déçoit les attentes placées en lui après avoir été révélation l’an dernier, malgré une oreille lors de la feria de San Isidro,  puis paye un lourd tribu en fin de saison avec une blessure au visage. C’est encore Luis David qui s’en tire le mieux malgré un début de saison difficile. S’il lui reste encore tout à prouver, l’originalité de son toreo de cape en fait une attraction mais c’est au prix d’éclipser son grand frère qui ponctue tout de même à Madrid comme on dit. Fortes, malgré un concept irréprochable, ne s’envole toujours pas bien qu’il ait ouvert la saison madrilène par une oreille d’un victorino pour les Rameaux mais il continue à être châtié par le destin, ce qui soit dit en passant ne le fait pas reculer. D’autres aussi semblent éternellement voués au rôle d’espoir, années après années : Luque ou Garrido notamment qui ne parviennent pas à transcender leurs indéniables qualités malgré quelques succès ponctuels.
  6. Le drame a encore été trop présent dans les arènes cette année, d’abord avec le jeune Manolo Vanegas qui est toujours paraplégique puis avec le grand Ureña qui a définitivement perdu la vision d’un œil dans une véronique à l’image de son toreo tout entier, d’une beauté désespérée. L’issue du coup de corne à Thomas Joubert à Bayonne aurait également pu être fatale mais il semble s’en être bien sorti. D’autre blessures aussi ont été terribles, notamment celle d’El Galo. Heureusement, il y a aussi de bonnes nouvelles avec le retour de De Miranda suite à sa lésion médulaire, un torero de personnalité qui peut fonctionner.
  7. Pour le reste de l’escalafón, certains se maintiennent au plus haut niveau : El Juli, tout en passant le témoin, le maestro Ponce bien-sûr toujours au-dessus de tout et Castella qui fait plus que jamais partie du groupe des as dans la capitale espagnole. Perera fait une temporada mitigée, Manzanares réalise une saison franchement mauvaise même s’il est toujours le Prince de Séville et Morante travaille à mi-temps sans trop forcer son talent mais avec un retour en forme dans son rincón d’Andalousie ou quelques arènes de deuxième catégorie du nord. Ferrera, qui avait réussi à renter dans les meilleurs cartes réalise quant à lui une saison en demi-teinte qui risque de lui faire perdre ce statut privilégié. José Tomás est presque un mirage qui surgit comme un spectre quand et où il veut; une seule fois cette année, réunissant cette fois ses sectateurs au plus profond de l’Espagne, là où se séparent deux continents et se réunissent la mer et l’océan, sur l’île : « al-yasîra », comme l’avait appelé les Arabes.
  8. Pour la deuxième file, Manuel Escribano est toujours là en corridas dures où la notion de triomphe est toujours plus aléatoire. Chacón arrive dans le circuit après avoir été inclus (comme le précédent) dans celui de nos terres taurines françaises. Moral se maintient aussi comme un élément indispensable dans cette catégorie avec un toreo plus esthétique et aussi peut-être plus léger mais avec le temple pour maître-mot. Robleño, quand on n’y croyait plus (sauf à Céret), se rappelle au bon souvenir des aficionados à Madrid.
  9. Deux toreros importants de retirent vers une vie plus paisible : Padilla et Juan Bautista. Pour les autres français, l’espoir reste de mise pour Dufau qui rentre dans le club fermé des toreros ayant coupé un trophée à Las Ventas et pour Juan Leal qui en obtient un à Bilbao au prix du sang après avoir triomphé des pedrazas à Béziers. El Adoureño a pris l’alternative et chez les novilleros Dorian Canton se révèle alors que Salenc se relève en fin de saison, surtout en Espagne et notamment à Saragosse. Cependant, le triomphateur dans la catégorie inférieure a pour nom De Manuel.
  10. Chez les toreros modestes, Javier Cortés coupe une oreille à Madrid (avant de triompher à Santander) et Juan Ortega sort des ténèbres en en faisant de même le 15 août avec un toreo exquis. Aguado a très peu toréé mais cela ne l’empêche pas d’être l’un des très rares toreros à avoir coupé une oreille à Séville et à Madrid. Je pourrais en citer d’autres comme Cristian Escribano, plus que digne pour sa Confirmation, mais mon intention n’est pas d’être prolixe.

***

            En dehors des arènes, plusieurs choses ont également frappé mon attention. La première est à mettre au crédit de Simon Casas, qui, s’il n’est pas un saint de ma dévotion, a le mérite d’avoir eu l’un des coups de génie dont il est parfois capable. Peut-être le bombo (tirage au sort, par métonymie) n’aura-t-il pas un effet cataclysmique comme mais il sera à n’en pas douter salutaire… si tant est qu’il parvienne vraiment à l’imposer. Si c’est le cas, faire venir les figuras une seule fois avec les élevages qu’ils exigent sans qu’ils mettent de véto à leur collègues va nécessairement ouvrir des portes. L’expérience a le mérite d’être tentée.

            Côté animalistes, s’ils gagnent du terrain médiatiquement parlant, ils semblent moins virulents à notre endroit en élargissement le débat sur la question de la condition animale dans son ensemble (la condition humaine ne semble plus faire rectte) : les boucheries étant maintenant visées, ils montrent au grand public l’ineptie de leurs positions liberticides. C’est à Nîmes où ils ont été le plus actifs avec 200 activistes qui ont fait autant parlé que s’ils étaient 2 millions. Le journal Libération a été de leurs soutiens avec en particulier son article contre les sorties scolaires à Nîmes : les parents de ces gamins sont vraiment indignes ! C’est à un beau retour d’un paternalisme jacobin auquel on assiste, celui d’une forme de bienpensance et à l’apparition simultanée d’une totale absence de hiérarchisation dans les problèmes du monde.

            En Espagne, les insultes à la mémoire de Víctor Barrio et Iván Fandiño ont été pénalement punies grâce à la Fundación del Toro qui s’est alliée avec les organisations françaises et portugaises pour défendre la tauromachie auprès des institutions publiques, notamment européennes. Une instance publique, le PENTAURO, essaie aussi de faire avancer le schmilblick, sans que ses travaux n’ait débouché sur quelque chose de concret. Malheureusement, le leader de PODEMOS a eu l’idée d’un référendum sur la question taurine. Et demain pourquoi ne pas interdire la viande si les omnivores passent en-dessous de 50 % ? Voilà les combats qui pointent accompagnés de la fin des idées de tolérance et de liberté.

            Heureusement que l’ANPTE (association des présidents, l’équivalent du CAPAC en France), après sa reconnaissance officielle passée, défend sans esprit corporatiste les aficionados. J’en veux pour preuve le soutien apporté à Ana María Romero, vilipendée par les professionnels parce qu’elle maintient des critères sérieux en rapport avec la catégorie de Malaga comme arènes de première catégorie. D’un autre côté, cette même association a déjugé le président qui a refusé à Madrid une oreille majoritaire à Fortes ; justice contre l’arbitraire, à tous les niveaux.


Laisser un commentaire