Feb 26 2016

L’école castillane

Publié par Giraldillo dans Histoire, Toreo      

Si les écoles de Ronda et de Séville ont été les deux grandes écoles du toreo au début de la tauromachie à pied moderne, on a aujourd’hui l’habitude d’opposer les toreos andalous et castillans, comme deux concepts bien différenciés. On continue encore à parler avec une certaine fréquence du toreo sévillan, même s’il faut bien reconnaître qu’il a perdu une grande partie de sa force par rapport aux époques précédentes. Le deuxième est encore plus dilué et il est vrai qu’on parle actuellement peu de lui. Et il faut reconnaître que la plupart des toreros importants ne sont plus originaires d’Andalousie comme cela était le cas par le passé.

Encore une fois, le concept d’école correspond à une image du toreo qui a pu coïncider à un certain moment avec des toreros d’une zone géographique déterminée mais cela n’implique pas forcément que les matadors de cette zone suivent ce concept ni que ceux d’autres latitudes de puissent pas s’y retrouver.

Un des premiers toreros castillans a été sans aucun doute le madrilène Cayetano Sanz qui, vers la moitié du XIXe siècle, a été un torero de classe, en particulier à la cape (le principal instrument du toreo à cette époque) bien qu’il tuait de manière déficiente. Il a vécu une tragédie semblable à celle de Padilla et a été le premier torero, précisément en 1856, à rester seul en piste lors de la faena de muleta.

Mais c’est Vicente Pastor qui, au début du XXe siècle, sera réellement l’initiateur de ladite école, de par sa sobriété et la recherche de l’orthodoxie.

Nous retrouverons cette sobriété dans les années 30 avec Domingo Ortega et sa domination basée sur le principe de charger la suerte qu’il défendra comme un concept fondamental que l’afición de Madrid continue à exiger dans l’actualité. Nous pourrions inclure à cette époque des toreros comme Antonio Márquez, Marcial Lalanda (qu’on peut aussi considérer proche de l’école de Chiclana par certains aspects : son esthétique et sa variété) et pourquoi pas le valencien Manuel Granero.

Domingo Ortega

Domingo Ortega

Mais le grand torero castillan des années 50 est certainement Rafael Ortega qui était un autre grand défenseur du concept de charger la suerte. Il faudrait aussi inclure dans cette liste Julio Aparicio qui fut un bon lidiador au style dépuré.

Dans les années 60, le torero de Salamanque El Viti reprendra le flambeau du toreo castillan, fin mais sec, sans doute avec plus de liaison que les précédents, aux côtés de Gregorio Sánchez et Ángel Teruel.

A partir de la décennie suivante, et plus encore dans les années 80, Niño de la Capea et Julio Robles seront les toreros correspondant le mieux aux critères que nous avons définis.

Dans la dernière décennie du siècle, les toreros les plus castillans auront été Joselito et El Fundi, tous deux élèves de l’Ecole de Madrid, et surtout un colombien qui était chez lui dans le temple taurin de la capitale espagnole, le grand César Rincón.

Parmi les toreros actuels, José Tomás est l’exemple du toreo castillan le plus pur mais des toreros classiques comme Diego Urdiales, Iván Fandiño et le jeune López Simón sont de dignes représentants de cette école.


Feb 20 2016

L’école sévillane

Publié par Giraldillo dans Histoire, Toreo      

Selon Francisco de Cossío (neveu de José María et auteur des tomes VIII, IX, et X de Los Toros) : «(…) on peut parler de deux techniques et de deux finalités distinctes pour chacune des deux écoles: conserver la force et la mobilité du toro pour le moment de la mise à mort, pour tuer a recibir, dans la première, ou être brillant dans le toreo de cape et de muleta pour dominer le toro et le tuer a volapié, dans la seconde».1 

« C’est de ces deux manières de réaliser la mise à mort que naissent pour moi l’école de Ronda et l’école de Séville. Quiétude face à mobilité ? Toreo sobre face à un toreo de fioritures? ».2 

La première école sévillane apparaît avec Costillares et Pepe-Hillo puis ce sera Cúchares (celui qui inventa le toreo de la main droite) qui contribuera, vers la moitié du XIXe siècle, à la faire perdurer puis Antonio Fuentes au début du XXe.

Gallito, tueur somme toute moyen, aimait la variété et les ornements pour embellir son toreo profondément dominateur. Avant d’être influencé par son grand rival il a pu être considéré comme l’aboutissement de l’ancienne tauromachie et donc également de l’ancienne école sévillane. Belmonte, sévillan comme lui et artiste s’il en est, avait, quoi que dans un style, une personnalité et une technique toute différente, des détails on ne peut plus sévillans, notamment dans sa demi véronique ou son molinete, mais on peut néanmoins se demander si son toreo aux déplacements minimalistes n’allait pas vers l’idéal rondeño. Quoi qu’il en soit, avec lui tous les schémas se brouillaient et en réinventant le toreo il allait imposer de tout revoir à zéro.

C’est donc Chicuelo qui réaliserait la synthèse des deux maestros. En faisant évoluer le toreo vers plus de liaison tout en reprenant les grands principes du « belmontisme » il serait aussi à l’origine de ce qu’on peut considérer comme la nouvelle école sévillane. Même si à cette époque, Despeñaperros, la frontière naturelle de l’Andalousie sépare en deux le monde taurin, ce qui a fait dire à Cagancho qu’au-dessus de celle-ci on ne toréait pas, on travaillait,  un torero de la castillane Ségovie, Victoriano de la Serna, peut parfaitement s’inscrire dans cette école, tout comme, mais c’est plus naturel, Manolo Bienvenida.

Dans l’après-guerre Pepe Luis Vázquez, à une époque où les toreros artistes toréaient régulièrement des miuras, dignifiera et dépurera cette école. Ensuite son frère Manolo ou Pepín Martín Vázquez puis Curro Romero (dans un répertoire plus limité et face à des toros au tempérament plus apaisé) reprendront le flambeau. Diego Puerta sera le torero le moins sévillan de sa génération nés dans la capitale andalouse (le plus rondeño des sévillans peut-être) mais il l’est pour son toreo de compas fermé et pour certains ornements.

Media faraónicaDemi véronique pharaonique. Photo ABC.

Emilio Muñoz dans un style baroque portera les couleurs de sa ville dans son esprit puis Julio Aparicio fils quoi que sporadiquement et surtout à Madrid.

Depuis quelques années c’est Morante de la Puebla qui est son meilleur représentant. Il a su puiser dans les différentes sources qui se rejoignent dans le lit de son toreo.

MoranteLa particulière torería de Morante. Photo 6 toros 6.

Actuellement Antonio Nazaré ou Pepe Moral, les nouveaux matadors Lama de Góngora et Posada de Maravillas ou encore le novillero Ruiz Muñoz entretiennent l’espoir de cette école fragile et difficile qui propose le toreo dans ce qu’il a de plus grand, le don absolu de soi. Rappelons que les grands artistes, quoi qu’on en dise, sont souvent blessés. C’est le prix du sublime.

Mais à l’intérieur de cette école sévillane il y a la veine gitane qui reprend ses fondements mais avec plus d’emphase et de fioritures : El Gallo est son créateur. Il sera suivi, à l’époque de Chicuelo, de Gitanillo de Triana et de son voisin Cagancho puis de Rafael «Albaicín», pourtant madrilène, dans les années 40 et de Rafael de Paula à partir des années 60 pour arriver au « payo » Javier Conde et dans l’actualité à Oliva Soto, qui a plus de courage que le commun des mortels n’en accorde aux représentants de celle-ci. Certains ont inclus le « Pharaon de Camas » dans cette branche de l’école sévillane pour son côté tout ou rien, mais ce ne sont pas ses origines non-gitanes qui m’empêchent d’en faire de même mais son toreo somme toute très sobre comparé à celui d’un Paula. Le Mexicain Lorenzo Garza pourrait également avoir sa place ici, eu égard aux caractéristiques de son toreo.

Media PaulaLe génie de Rafael de Paula

_________________________________

  1. Los Toros en deux volumes : tome II p. 85.

 nn2. Los Toros en deux volumes : tome II pp. 88-89.


Feb 13 2016

L’école rondeña

Publié par Giraldillo dans Histoire, Toreo      

Voici comme elle se définit à ses débuts d’après son créateur : «L’honneur du matador consiste à ne pas fuir ni courir devant le toro ayant la muleta et l’épée dans les mains. Le torero ne doit jamais sauter la barrière une fois l’affrontement engagé car il s’agit là d’une action honteuse. Le lidiador ne doit pas compter sur ses pieds mais sur ses mains et dans l’arène, devant les toros, il doit tuer ou mourir avant de montrer de la peur. S’immobiliser et se laisser prendre : voilà la manière de permettre au toro de se livrer et de montrer le garrot.»1

Si Pedro Romero est incontestablement le fondateur de l’école de Ronda, celle-ci a semblé disparaître en même temps que la disparition de la suerte suprême en recevant l’animal.

Francisco_de_Goya_-_Portrait_of_the_Matador_Pedro_Romero_-_Google_Art_Project

Pedro Romero par Goya

Elle s’est toutefois perpétuée avec un style sans doute plus sec dans ce qui a été appelé l’école castillane sur laquelle nous reviendrons.

Au XXe siècle l’école rondeña s’est toutefois maintenue avec des toreros originaires de cette petite ville de la province de Malaga que furent « El Niño de la Palma » et son fils Antonio Ordóñez.  Le grand Gregorio Corrochano avait d’ailleurs donné à une des ses célèbres chroniques concernant le premier le titre de « Es de Ronda y se llama Cayetano ».

Il peut en effet être considéré comme le créateur de l’école de Ronda moderne où la quiétude, le pundonor mais aussi le sentiment, composant indispensable à toute bonne école andalouse qui se respecte, sont les trois piliers. Moins enjouée et inspirée que l’école sévillane elle est donc plus sérieuse et généralement plus profonde.

N’y a-t-il pas dans ces conditions d’autres toreros qui peuvent de près ou de loin s’inscrire dans ce concept ? A mon humble avis, chacun avec sa personnalité, il y a pour commencer Antoñete,  beaucoup plus artiste que ses compagnons de l’école castillane à laquelle on a voulu le rattacher eu égard à ses origines. Après j’y inclurais aussi Jaime Ostos, un des « lidiadors » les plus inspirés de l’histoire mais aussi Paco Camino, mal aimé chez lui mais idolâtré à Madrid où on lui reconnaissait des qualités intrinsèquement andalouses, puis il y a eu Manzanares, un torero d’Alicante qui ne ressemblait pas à ceux de sa terre et ces dernières années un torero sévillan un peu sec mais présentant un toreo de qualité où le temple et l’esthétique sont aussi essentielles que le courage et la technique pour dominer des animaux parfois redoutables : El Cid.

Arjona 2Manzanares recibiendo. Photo Arjona.

Mais aujourd’hui le fils de l’un d’entre eux, dont le style rappelle celui de son géniteur mais qui est capable de l’imposer à un plus grand nombre de toros, revient aux sources de l’école de Ronda en pratiquant de manière quasi systématique la suerte a recibir. Décrié par les uns, adulé par les autres José María Manzanares ne laisse pas indifférent et même s’il ne s’est pas imposé à un grand nombre d’encastes comme ont pu le faire des toreros comme Ordóñez ou Camino il est à mon sens le dernier grand rondeño et je prends le pari que son toreo évoluera vers plus de profondeur pour s’accorder encore mieux à l’école dont il est l’héritier.

_______________________________

  1. Cf. Historia del toreo de Daniel Tapia p. 30 et suivantes.

Feb 6 2016

La tauromachie actuelle

Publié par Giraldillo dans Histoire, Toreo      

La décennie suivante est marquée, outre le retour à l’authenticité (les premiers toros marqués au fer rouge pour garantir leur date de naissance sortent du toril en 1972) et l’apparition du gros toro, par des toreros comme le regretté Paquirri, qui  était un torero d’un grand courage, par la qualité sobre d’Ángel Teruel, le lidiador Ruiz Miguel, la science (parfois trop sage) et l’esthétique de José María Manzanares et également le matador Niño de la Capea – un torero des plus complets qui atteindra une dimension plus importante dans les années 80 -, l’art castillan de Julio Robles, sans oublier Dámaso González, qui torée dans un mouchoir de poche, en liant les passes dans une immobilité absolue, et qui est le précurseur de la tauromachie de Paco Ojeda que certains jugeront révolutionnaire.

Le torero de SanlúcaPaco Ojeda "templant" et tordant la charge du toror est en effet considéré par beaucoup comme le dernier révolutionnaire pour avoir réussi la quiétude absolue (ne boit-il pas à la source du toreo de Manolete ?), pour les terrains pratiquement irrationnels qu’il occupait devant les toros (contribuant à ce que d’aucuns considèrent comme leur suppression) et pour sa ligazón des deux côtés dans une immobilité absolue et un aguante hors du commun. Outre le fait qu’Ojeda a été capable, grâce à sa personnalité torera, d’imposer ses manières au plus grand nombre, la différence de son toreo avec celui de Dámaso c’est le tracé courbe des passes permettant un toreo totalement emmêlé (en 8) quand celui du second était plus rectiligne et son toreo encimista souvent par le haut. Donc Ojeda progresse sur deux plans : sur le toreo statique (enchaîné) et sur le toreo de proximité (sans enchaînement ou en tous cas avec des pauses). Les deux sont, c’est certain, les premiers (l’un avec un bétail plus difficile que l’autre) à profiter des charges moins mobiles des toros apparus dans les années 70 où la fraude sur l’âge est certes devenue marginale mais où la mode d’un toro obèse, gonflé aux aliments composés dans les mois précédents son envoi aux arènes, s’est imposée. Cependant la tauromachie statique d’Ojeda est plus asphyxiante pour ses adversaires : il ne cherchait pas à s’adapter aux conditions des nouveaux toros mais à leur imposer sa domination en les contraignant par un tracé contre-nature issu du seul esprit humain. Ils ont également été capables de temple dans des terrains très courts. La distance et donc la perspective disparaissent, la structure de la faena confine à l’unité, les séries se fondent, les dogmes s’affolent, les terrains s’effondrent, l’impossible devient vérité : Ojeda serait-il le Picasso du toreo ?

Paco Ojeda, en compagnie du technicien Espartaco, laissera sa trace sur les années 80. Sans doute le temps donnera-t-il également raison à l’atypique – étant un torero à contre-courant – et très grand banderillero Luis Francisco Esplá et le placera à l’endroit qu’il mérite.

Le début des années 90 est marqué par les triomphes du colombien César Rincón et deux grands toreros vont rivaliser dans cette décennie : le torero largo José Miguel Arroyo Joselito et l’élégant et incombustible Enrique Ponce, à côté des exubérances d’un Jesulín de Ubrique. Un mot également pour ceux qui ont affronté pendant 20 ans ou plus le bétail de plus de respect comme le grand lidiadir José Pedro Prados  « El Fundi » ou le malheureux Cyclone de Xérès, Juan José Padilla.

en hombros Arjona1       

Le changement de millénaire est marqué par deux autres grands toreros que sont le polémique et stoïque José Tomás, tour à tour téméraire et splendide, et le jeune maestro « El Juli ». A côté d’eux, nous trouvons deux sévillans : un torero complet au poignet gauche prodigieux et capable devant n’importe quel type de bétail, Manuel Jesús « El Cid » et un artiste sans égal, au toreo magique : « Morante de la Puebla ». Et bien qu’il soit encore trop tôt pour prendre de la hauteur sur notre temps nous devons également distinguer le toreo impavide mais non dénué de finesse de Sébastien Castella mais aussi celui de son compatriote Juan Bautista, plus cérébral et lidiador, comme symbole du renouveau de la tauromachie en France. Il faut aussi mettre en exergue le style alluré et rythmé de José María Manzanares (fils), le toreo d’abandon d’Alejandro Talavante qui possède un prodigieux poignet et celui de Miguel Ángel Perera, aussi moderne que puissant. Parmi les toreros enfermés dans les corridas dures, qui ont réussi à s’y imposer voire à en sortir, citons Antonio Ferrera et  Iván Fandiño qui mettent en avant l’éthique. Pour les autres toreros de l’actualité, il ne fait aucun doute que certains écriront leur nom en lettres d’or mais il me paraît encore trop tôt pour juger leur carrière.

Pour clore ce résumé linéaire de l’histoire taurine, disons finalement que la tauromachie est quelque chose d’atemporel, où les contraires fusionnent. Rationalité et sensibilité ou profondeur et sentiment sont indissociables. Il s’agit de deux attitudes de départ qui se croisent pour aller l’une vers l’émotion surgie de la lutte, l’autre vers une intellectualisation surgie de l’art. Tragédie et esthétique sont des concepts qui peuvent rejoindre des manières différentes de voir le monde entre le nord et le sud (entre la culture basque et la culture andalouse par exemple). Il n’a jamais existé une manière unique de comprendre la tauromachie. Comme en toute chose, la diversité fait sa force (par la variété des encastes et des différentes classes de toreros : téméraires, largos, « lidiadors », complets, artistes ou populistes). Quoi qu’il en soit, pour Ortega y Gasset, toréer c’est dominer mais c’est en même temps danser avec la mort. Toréer est devenu parar, mandar, templar et ligar mais il s’agit surtout de la célébration de la vie dans une danse amoureuse. Eros et Thanatos, les deux préoccupations majeures de l’humanité, sont ici en pleine osmose.


1. José Tomás y El Juli sortant triomphalement des arènes de Badajoz. Photo : Arjona.


Jan 30 2016

La cristallisation du toreo classique

Publié par Giraldillo dans Histoire, Toreo      

A partir de 1928 les chevaux sont protégés par le caparaçon puis les picadors n’apparaissent plus en piste qu’après que le toro ait été arrêté à la cape, ce qui modifie substantiellement les choses. Cette époque de post-belmontisme est riche en apparition de figures et on peut la considérer comme l’âge d’argent du toreo. Nous trouvons surtout deux toreros importants : Manolo Bienvenida, un classique sévillan, et Domingo Ortega avec sa domination dépurée, sans oublier le génial Victoriano de la Serna. En 1936 apparaît le descabello.

ManoleteAprès la guerre civile de 1936-39 apparaît Manuel Rodríguez “Manolete” qui perfectionne le toreo dans la quiétude, l’immobilisme et l’enchaînement des passes, même si on lui reproche de toréer de profil, la muleta en retrait et sans « charger la suerte », une manière de toréer qui comprend aussi certains risques. Le toreo de Manolete, qui a pu s’inspirer du toreo de Vicente Barrera et par certains aspects de celui de Cagancho, était révolutionnaire sans être complètement iconoclaste, vertical, sobre, dépuré, réunissant domination et style.  Très bon capeador et muletero, même si on lui a reproché de ne pas charger la suerte, il n’était pas un torero largo dans le sens où il prétendait comme Belmonte avant lui (puis José Tomás aujourd’hui), imposer son concept, sa faena à tous les toros, ce qui ne l’a pas empêché d’être un grand dominateur qui arrivait à ses fins presque à chaque fois. Il a par ailleurs imprimé son style à une passe qui prit le nom de manoletina et fut dès le début un grand estoqueador. Il fut un grand tueur avant de devenir un grand torero. Son toreo de grande personnalité mais sans inspiration portait la marque de la tristesse. Il appelait les toros de près et de profil, la muleta derrière la hanche. On lui reproche aussi parfois d’avoir imposé la diminution de la taille des toros (mais la Guerre Civile, qui décima le cheptel brave, a sans doute plus de tort que lui) et l’afeitado des cornes, même s’il fut encorné un grand nombre de fois. Il impose également le concept de quiétude, soit une parcimonie des déplacements et des gestes superflus. Une technique est plus facile à copier qu’une personnalité et si la première s’est répandue de manière diffuse peu de toreros ont été considérés amanoletados. « Manolete » n’était certes pas parfait mais il était unique, plus que n’importe quel autre torero. « On torée comme on est », disait Belmonte.

Dominguín ne fera que reprendre les manières du « Monstruo » en améliorant peut-être certains aspects mais dans un toreo globalement plus léger : Claude Popelin le classait d’ailleurs devant le cordouan dans son livre La corrida vue des coulisses (mais derrière Gallito, Belmonte et Ordóñez). « El Cordobés » aussi s’inspirera du grand Calife de Cordoue mais à sa manière vulgaire.

A la même époque, le mexicain Carlos Arruza est sans doute le premier torero “trémendiste”, en plus d’être un  torero largo, et le seul, avec Pepe Luis Vázquez, et son classicisme sévillan exacerbé, à rivaliser avec le Calife de Cordoue1, lequel, en 1947, allait être tué par un Miura à Linares.

Dans les années 50 les passes en quart de cercle vont s’allonger pour atteindre parfois, même si cela reste exceptionnel, le cercle complet (César Girón le donne parfois) avant que n’apparaisse, 30 ans plus tard, un torero capable de donner un double cercle, un de chaque côté (mais chaque chose en son temps). Pour ce qui est du deuxième tiers, notons que les banderilles de feu furent définitivement remplacées par les noires en 19502 et que« Jusqu’aux années cinquante, beaucoup de toreros posaient les banderilles, mais tous le faisaient au XIX? siècle. »3  Les toreros qui se détachent sont le lidiador Julio Aparicio et le tremendista Miguel Báez « Litri  » se distinguent particulièrement et réussissent à passionner à nouveau le public. A la fin de la décennie antérieure, le dominateur Luis Miguel Dominguín était monté sur le trône, mais il dut bientôt laisser cette place à Antonio Ordóñez, un immense torero, très complet. En 1953, Antonio Bienvenida, dont la qualité première est la naturalité, dénonce la pratique de l’afeitado. Cette décennie a été propice en création de styles et l’art de la tauromachie a traversé un grand moment. Il convient de citer les matadors Manolo González, à la fois artiste et lidiador, Rafael Ortega, un matador on ne peut plus orthodoxe, Manolo Vázquez, un sévillan classique, le puissant César Girón, l’artiste dépuré Antoñete, et le lidiador Gregorio Sánchez. En 1959 apparaît le double cercle pour indiquer la distance minimale aux piques.

Les années 60 verront l’éclosion de cinq grands toreros qui sont les vaillants Jaime Ostos et Diego Puerta, le pur castillan El Viti, Paco Camino, qui réunissait des qualités de lidiador et d’artiste, et, malgré son irrégularité, Curro Romero, et ses manières sévillanes dépurées. Cette décennie sera surtout celle de toutes les fraudes (sur l’âge et les cornes) et de tous les records (du nombre d’oreilles coupées et d’affluence) avec le phénomène El Cordobés, au courage certain et liant les passes comme personne, mais qui base son concept de la tauromachie sur le spectacle et l’aspect commercial (ce qui lui permettra de porter le record de corridas toréées en une saison en Europe à 121 en 1970), tout comme son « compère »  Palomo Linares. A l’opposé de ce concept nous trouvons un grand artiste, représentant de l’école gitane – s’il est possible d’appliquer ici la connotation académique d’école – Rafael de Paula.

__________________________________

1. Il était courant à cette époque de faire ainsi référence à la figure de “Manolete”. Photo Les taureaux et la corridade J.L. Acquaroni; s. l., Noguer, 1958.

2. Cours de l’UNED de Víctor Pérez López, module 3, chapitre 3 p.61.

3. Cf. Histoire de la tauromachie de Bartolomé Bennassar.


Jan 23 2016

L’Age d’or et l’âge d’argent

Publié par Giraldillo dans Histoire, Toreo      

Avec Joselito  « El Gallo », dont l’alternative est célébrée en 1912, qui représente le faîte d’une forme de toreo, et Juan Belmonte (1913), qui est l’initiateur d’une nouvelle, la tauromachie rentre dans ce qu’on considérera son Âge d’Or. Ce dernier torero révolutionne le toreo, en réduisant les déplacements et en les compensant par un jeu de bras et de ceinture. Il attend immobile le toro, en le déviant et en se plaçant dans un terrain défendu, et il ramène l’animal sur lui après le passage des cornes, en « templant » sa charge. Pour Belmonte, toréer c’est parar, mandar et templar, et avec lui la tauromachie rentre dans son époque contemporaine. La contrepartie sera une adaptation du toro à la tauromachie nouvelle, ce qui entraînera une disparition quasi complète des castes morucha et navarraise. C’est également au début de ce siècle qu’apparaîtront des élevages comme Santa Coloma ou Parladé, bases de la plupart des ganaderías actuelles.

El Espartero a été le premier torero à s’immobiliser devant la charge des toros ce qui en fait le précurseur du toreo de Belmonte qui, s’il fut une révolution, était plus une évolution technique sur ce point précis. Manuel García était stoïque et téméraire mais dépourvu de technique. C’est donc un évolutionniste malgré lui. Les toros lui passaient très près de corps, ce qui lui valu d’être tué par le miura Perdigón en 1894.

Reverte ensuite, lui-aussi sujet aux coups de cornes, est un autre torero ayant pu inspiré Belmonte dans ses manières ajustées. Il était d’un grand courage mais aussi plein de gaucherie dit-on.

Antonio Montes (alternative en 1899 et tué par un toro mexicain en 1907) est l’autre composant du creuset belmontien. Son temple, son toreo plus immobile et les mains plus basses que la moyenne doivent être mentionnées pour lui rendre justice et le faire sortir post-mortem de la position de torero modeste qu’il n’a jamais quitté de son vivant en raison de son manque de grâce et de ce qui passait aussi pour de la maladresse.

Je ne vais pas revenir ici longuement sur le toreo de Belmonte puisqu’il a fait l’objet d’un article précédent mais il faut rappeler qu’il est le créateur du toreo moderne avec l’imposition des trois canons de base : parar (stopper le toro pour que le torero puisse s’immobiliser ), templar et mandar. Mais, si le « terremoto de Triana » fait la statue (le don Tancredo comme on disait), face à la ligne frontale du toro, c’est à dire croisé, pour ensuite conduire la passe le plus loin possible avec suavité, son grand rival, qui aura la clairvoyance de voir en cela une évolution définitive du toreo, va quant à lui esquisser les prémices de l’enchaînement des passes au moins à partir de 1914. Avec José Gómez, qui représente tout d’abord l’ancienne manière de toréer à l’état de perfection, va apparaître le toreo en rond alors que jusque là les passes non seulement se donnaient d’une en une mais souvent d’un côté différent à chaque fois.

Verónica BelmonteVéronique de Juan Belmonte. Photo ‘6 TOROS 6’

En 1917 les piques sont pourvues d’un cran d’arrêt pour éviter qu’elles pénètrent de trop. Les imitateurs de Belmonte sont nombreux à partir des années 20 et le répertoire de cape s’enrichit considérablement : Gaona – qui a pu être considéré comme le troisième homme dans la rivalité entre Joselito et Belmonte – invente la gaonera, « Chicuelo » – un autre artiste novateur qui pratiquera un début de liaison des passes – la chicuelina, Marcial Lalanda la mariposa, comme une preuve supplémentaire de son toreo varié, Antonio Márquez – un torero à l’art dépuré – réalise une demi-véronique très personnelle qui fera école, pouvant pour cela être considéré comme son inventeur, et « Gitanillo de Triana » améliore la véronique, inaugurant ainsi le toreo de mains basses, qu’un grand critique qualifia de minute de silence. Le lidiador Manuel Granero et le vaillant Ignacio Sánchez Mejías meurent en toreros. D’autres toreros importants sont « Niño de la Palma », qui aurait pu être un torero complet, le génial « Cagancho » ou le mexicain « Armillita », torero largo, et la machine à triompher qu’était Nicanor Villalta. Avec Domingo Ortega, avec une manière de toréer sans pathétisme, le toreo castillan prendra de plus en plus d’importance. Il acquiert même le rang d’école, héritière de celle de Ronda par certains aspects.

« Chicuelo » avait d’après Cossío « une connaissance et une maîtrise extraordinaires de sa profession et des toros (…). Son courage et même sa volonté, qui n’ont pas toujours été suffisamment fermes pour soutenir et faire valoir ces qualités exceptionnelles, pourront manquer ou se briser mais il n’a jamais déçu. »1. Le créateur de la chicuelina était à la cape l’un des plus grands toreros de l’histoire taurine, un maître de la véronique, un artiste génial au style dépuré et très personnel, capable d’après ses contemporains de perfection dans toutes les suertes mais ce qu’il a apporté à sa discipline c’est avant tout l’amélioration de la liaison des passes comme objectif à atteindre. Mais si celle-ci reste encore exceptionnelle, elle apparaît quelques fois, tout d’abord à Madrid en 1928 avec le graciliano Corchaíto (une grande faena d’à peine une vingtaine de passes). Cependant cette façon de faire n’est pas encore la norme. Ce torero est en tout cas celui qui synthétise les toreos de « Gallito » et Belmonte et le chaînon manquant entre eux et « Manolete ».

Au même moment « Gitanillo de Triana » est l’auteur d’une évolution considérable dans la manière de toréer : baisser les mains (lors de la véronique dans un premier temps) pour dominer l’adversaire, chose non évidente jusqu’alors. Ce moment coïncide avec l’apparition du peto protecteur des chevaux, évolution également fondamentale pour la Corrida.

Francisco Vega de los Reyes "Gitanillo de Triana", dit Curro Puya

Francisco Vega de los Reyes « Gitanillo de Triana », dit Curro Puya

_________________________________

1. Cf. Los Toros en deux volumes : tome II p. 526.


Jan 16 2016

Chiclana et Cordoue

Publié par Giraldillo dans Histoire, Toreo      

1      Au cours du XIXe siècPaquirole les pasodobles font leur apparition dans les  arènes. Paquiro (alternative en 1831), torero athlétique mais orthodoxe dans le sens où il pratiquait toutes les suertes des différents toreos existants d’une manière supérieure, organise les corridas. Bien que les picadors continuent encore à défiler devant lors du paseo, ils deviennent subalternes. Le nombre de banderilleros se réduit définitivement à trois, comme aujourd’hui, et l’habit de lumière apparaît (montera, boléro plus court, épaulettes caractéristiques, machos…)2. Si la tauromachie du sud s’impose définitivement, il convient de noter que Montes a fréquemment pratiqué des suertes provenant du toreo du nord comme le saut à trascuerno qui survit actuellement dans les concours de recortadores ou le saut à la perche. L’artiste Cúchares, qui vulgarise le derechazo, El Chiclanero, avec un toreo qui évolue vers l’immobilité et Cayetano Sanz, le premier grand torero castillan, sont les autres grands toreros de l’époque de Montes.

Si Paquiro est connu pour avoir fixé un grand nombre de règles du toreo, ce que ce dernier lui doit le plus est sans doute son ample répertoire de cape, au travers de ses galleos, c’est à dire une tauromachie certainement en mouvement mais en avançant, soit en se croisant, suivant en cela la dynamique initiée par Pepe Hillo. Mais si la postérité a gardé, pour faire référence à l’art dont nous nous occupons, l’expression « l’art de Cúchares », c’est que le torero sévillan a plus marqué les esprits que son collègue grâce à son inventivité. Même si avec le temps il finira par considérer la muleta comme un instrument de défense, le fait d’imposer les passes avec la main droite démontre qu’il ne se servait pas seulement de cet instrument pour la préparation à la suerte suprême. Avec les passes aidées dont il est également le créateur, l’épée participe également au toreo. A la même époque, El Chiclanero dépasse son maître vers l’immobilité (non pas qu’il restait complètement immobile mais sans doute stoppait-il son mouvement d’avancée, sans en esquisser un de recul au moment de la rencontre).

En 1847 Melchor Ordóñez, un homme politique de Malaga, légifère sur le thème qui nous intéresse et il crée la première véritable réglementation sur la tauromachie3.

Le torero Gordito invente la pose de banderilles dite al quiebro à la fin des années 50 du XIXe siècle.

A cette époque également, deux pratiques barbares réservées aux mansos cessent : les morsures de chiens (pour remplacer les piques) et le desjarrete (coupure au niveau des jarrets avec un instrument en demi-lune lorsque l’estocade semblait impossible).

La première oreille concédée à Madrid est attribuée à José Larra « Chicorro » le 29 octobre 1876, la seconde en 1898 et il faudra attendre 1910 pour la concession du troisième appendice dans la capitale espagnole. A partir de là, l’attribution de trophées se généralise. Il existait à Séville, avant l’époque moderne,  une ancienne pratique, au moins depuis 1751, consistant à donner l’oreille à un torero comme contremarque signifiant que le prix en viande du taureau lui revenait3. Le nombre de toros par corrida est très aléatoire mais il se réduit progressivement : de 12 (6 le matin), qui était le chiffre normal à Madrid à la fin du XVIIIe siècle on passe dans la plupart des cas à 8 dans la première moitié du XIXe4.

Avant cela, Lagartijo (alternative en 1865) est le protagoniste avec le vaillant Frascuelo de la première grande époque de la tauromachie. Le premier sera sans doute le premier grand torero complet (dans le sens d’un équilibre entre courage, technique et esthétique) et permettra surtout au toreo de rentrer dans une dimension esthétique qu’il ne fera ensuite qu’approfondir.

Après eux, Guerrita (alternative en 1887), torero largo s’il en est, règnera en solitaire. Ce torero cordouan torée de profil à la cape et commence à baisser les mains. Il impose le toro de 5 ans et il est également l’un des derniers à pratiquer le saut a trascuerno. A cette époque, Luis Mazzantini, un excellent tueur, impose le tirage au sort. Il est également le premier matador à recevoir l’alternative sans être passé par le quadrille d’un maître. 

A la fin du siècle il faut aussi faire référence à El Espartero (alternative en 1885) qui s’immobilisait pour dévier le toro avec la muleta et le vaillant Reverte, spécialiste des recortes cape au bras et auteur d’un toreo on ne peut plus ajusté.A cette époque apparaît également la gregoriana, c’est à dire la protection de la jambe droite, de la part du grand picador Badila.

Au début du XXe siècle, le travail à la  muleta reste bien souvent un simple trasteo, un toreo par devant avec des toros mansos le plus souvent, une manière de jouer avec le leurre autour et sous la tête du toro, « un art de birlibirloque », un art de l’abracadabra, dans sa meilleure version, comme disait le poète José Bergamín. Bombita, en plus de créer Montepío, une sorte de Sécurité sociale pour toreros, en 1909, réduira les distances et « citera » de profil, établissant les bases du toreo de proximité qui apparaîtra quelques 70 années plus tard. La rivalité entre ce dernier (alternative en 1899), qui fut un véritable torero largo, et le lidiador Machaquito est intéressante mais la tauromachie ne traverse pas son meilleur moment. A côté d’un torero austère comme Vicente Pastor  apparaissent cependant des toreros artistes comme  Antonio Fuentes, qui impose par ailleurs le cuarteo aux banderilles5, et surtout Rafael « El Gallo », premier grand artiste inspiré.

Bombita

_____________________

1. Paquiro. Document Los Toros.

2. Cf. “Reglamento” dans le dictionnaire de M. Ortiz Blasco.

3. Anales de la plaza de toros de Sevilla de Ricardo de Rojas y Solís, p.91.

4. Cours de l'UNED de Víctor Pérez López, module 3, chapitre 1 p.73.

5. Cours de la UNED de Víctor Pérez López, modulo 3, chapitre 3 p.35.


Jan 13 2016

Compte à rebours : 9

Publié par Giraldillo dans Toreo, Vidéos      

Rafaelillo après sa grande faena madrilène récidive à Valence face à un miura puis se montre à son avantage à Mont de Marsan et à Dax. Il termine l’année par une bonne prestation à Madrid et une oreille à sang et à feu à Saragosse.


Jan 9 2016

Ronda et Séville

Publié par Giraldillo dans Histoire, Toreo      

“(…) j’affirme, de la manière la plus précise, qu’on ne peut pas bien comprendre l’histoire de l’Espagne depuis 1650 à aujourd’hui si on s’est pas rigoureusement construit, dans le sens strict du terme, l’histoire des corridas de toros; non pas de la tauromachie qui a plus ou moins vaguement existé dans la Péninsule depuis trois millénaires, mais ce que nous appelons ainsi actuellement.”

José  ORTEGA Y GASSET

Pedro Romero2          

L’habit de torero est, à la fin du XVIIIe siècle, un vêtement de ville enrichi de taffetas et de soie, inspiré de la tenue que portaient les « manolos », ou bas peuple de Madrid3, avec les cheveux emprisonnés à l’intérieur d’un filet. Peu à peu, cet habit s’embellira : par exemple Costillares utilisera des galons et des franges argentés. L’alguacil, représentant les forces de l’ordre, apparaît en tête du défilé d’ouverture. Les trois tiers sont ceux d’aujourd’hui, la lidia est organisée et tout ce qui se fait dans l’arène a pour seul objectif de tuer le toro selon les règles fixées, a recibir pour Pedro Romero, et à vuelapié pour Costillares. La muleta est un instrument de défense avant de devenir un outil artistique. La véronique apparaît avec Joaquín Rodríguez « Costillares » (il n’en est pas réellement l’inventeur, pas plus que du volapié, mais sans doute l’a-t-il perfectionné et lui a-t-il donné sa valeur première pour la domination sur l’animal) et le répertoire de cape deviendra de plus en plus varié.

Le combat de taureaux primitif se transforme en art de « lidier » les toros dans l’arène. Nous pouvons également lire dans le livre Histoire de la tauromachie dudit historien français : « Dans l’Andalousie des années 1770-72, la mutation décisive qui a donné naissance à la tauromachie nouvelle était accomplie. » (Comparaison des récits de Edward Clarke à Madrid en 1760 et de R. Twiss à El Puerto et à Cádiz en 1772.) « (…) trois tiers, qui, à cette époque, sont d’égale longueur : cinq minutes chacun, sois un quart d’heure au total ; durée réglementée »4. A cette époque, jusqu’à vingt-cinq taureaux sont tués par journée de festivités.

Pepe-Hillo est le premier à « se croiser », c’est-à-dire à se situer entre les cornes et à se servir de la muleta pour toréer. Il améliore le toreo de cape avec les inventions du frente por detrás et du capeo dans le dos. Son toreo était offensif (ce qui représente une contradiction avec les préconisations de son traité), en se plaçant délibérément en situation de danger, ce qui d’ailleurs lui valut un coup de corne mortel en 1801. Il fut la première idole populaire et le pseudo auteur, en 1796, d’un des premiers traités exclusivement consacré à la tauromachie à pied. Il s’agissait plus précisément du troisième après la Cartilla en que se notan algunas reglas de torear a pie de la bibliothèque d’Osuna – plus connue comme “Cartilla de torear” -, au XVIIe siècle ou début du suivant – bien qu’il existât antérieurement des traités de tauromachie à cheval qui avaient inclus quelques paragraphes sur le toreo à pied-, et l’œuvre Noche fantástica de García Baragaña publiée en 17505. Les corridas sont interdites en 1805 mais elles sont rétablies en 1808 grâce à José I, plus connu en Espagne sous le sobriquet de Pepe Bonaparte « El Botella ». 

_____________________

1. In Sobre la caza, los Toros, y el toreo p. 136.

2. Pedro Romero. Document Los Toros.

3. Cf. tome “El Toreo” de Los Toros en fascicules p. 46.

4. Cf. Histoire de la tauromachie de Bennassar pp. 47-48.

5. Cf. “La técnica y el arte del toreo” du tome “El toreo”, p. 222 et suivantes, de l’encyclopédie Los Toros en fascicules.


Dec 19 2015

L’Art du toreo

Publié par Giraldillo dans Histoire, Toreo      

Si les grands-pères du toreo sont Pedro Romero et Costillares, ses pères sont indubitablement Gallito et Belmonte, mais tous les toreros qui ont marqué ou ont fait évoluer le toreo n’ont pas le même statut.
Les révolutionnaires ont été, à mon avis, au nombre de trois (même si cela peut paraître très réducteur) Belmonte, bien-sûr, ensuite Manolete puis Ojeda, qui ne cassent pas les schémas belmontistes mais les complètent.
Cependant, le toreo s’est surtout forgé avec les synthétiques : Gallito, Chicuelo, Ordóñez et maintenant José Tomás.
Il faut en plus parler des évolutionnistes qui sont comme les chaînons manquants sans lesquels les uns et les autres n’auraient jamais pu créer le toreo comme nous le connaissons aujourd’hui : Pepe Hillo, Paquiro, Lagartijo, Guerrita, Espartero, Bombita, Gitanillo, Cagancho et Barrera, Don Domingo et beaucoup d’autres, comme Dámaso González.
Parmi eux, les deux toreros qui ont laissé l’empreinte la plus importante sur cet art sculptural en mouvement probablement sont-ils Belmonte et Manolete. Et s’il faut constituer un poker d’as il faut alors parler de Chicuelo et Ojeda. Ces quatre toreros probablement sont-ils les responsables des quatre grands pas donnés au XXe siècle dans cette discipline artistique, mais beaucoup d’autres, comme nous l’avons dit, lui ont permis d’évoluer.
Si les qualités d’un torero sont un équilibre entre ces trois valeurs de base que sont l’art (temple, esthétique et inspiration), le courage et la technique, c’est sur le dernier point que nous nous concentrerons pour parler de l’évolution du toreo bien qu’il y ait eu certaines évolutions purement esthétiques. Ceci dit, il convient de dire que certains toreros ont fait évoluer leur discipline sur un aspect précis et limité, parfois par maladresse ou limitation physique, d’autres fois, plus volontairement, pour ouvrir et suivre une voie même sans la conduire complètement à son terme.
Par exemple, Dámaso González fut, dans les années 70, un torero puissant qui peut être considéré comme le précurseur du toreo de Paco Ojeda, basé sur la quiétude absolue entre chaque passe. Il s’agissait d’un torero « trémendiste », courageux et plein de pundonor et si son esthétique peut être mise en doutes, il était capable de toréer avec temple les toros les plus compliqués et spectaculaires.
A la fin de ses faenas, il se plaçait littéralement entre les cornes et il se faisait passer le toro au plus près sans bouger. L’image de lui qui nous vient immédiatement à l’esprit est celle d’un homme défiant la mort, en faisant par exemple ce que j’appelle le « tic-tac » de l’horloge (d’autres préfèrent le terme de pendule également utilisé pour la passe changée dans le dos), regardant un gradin apeuré. Il est sans doute à Ojeda ce que fut El Espartero pour Belmonte.
Au-delà des révolutionnaires et des évolutionnistes, il existe des toreros cristallisateurs qui reprennent et améliorent le toreo pour le dépurer. Les plus importants en ce sens sont sans doute Antonio Ordóñez et José Tomás. Ils sont souvent imités mais jamais égalés, contrairement aux purs artistes qui impriment à leur toreo leur personnalité de manière absolument inimitable. Certaines attitudes constituant le charisme sont copiées mais pour l’essentiel du toreo il ne peut en être de même. Dans tous les arts, il y a de grands novateurs et de grands classiques. Si ces derniers reprennent des recettes plus ou moins connues, ils ne sont pas seulement capables d’insuffler un style particulier mais surtout d’aller un peu plus loin dans le monde connu, sur presque tous les plans, pour améliorer encore ce qui se fait de mieux.
C’est de cette évolution du toreo et du substrat antérieur à la tauromachie moderne dont nous parlerons dans les prochaines semaines.