Archive for the ‘2008 avril’ Category

AGIR C’EST CHOISIR LE MONDE

Vendredi, avril 18th, 2008

Le développement durable, nous avons essayé de le mettre en pratique.
Nous avons choisi, au collège Anita Conti, de créer un jardin potager bio.

 

 

Pourquoi un jardin potager ?

En premier, parce que nous avons rencontré l’an dernier un maraîcher bio, René
Kermagoret. Il nous a fait visiter son exploitation, nous a fait découvrir des
légumes que l’on croyait connaître mais en fait pas vraiment. Nous sommes rentrés au collège avec quelques boutures et l’envie de les planter. Si seulement nous avions un petit jardin !


Une oeuvre collective

Et puis un jardin, ça plaît à tout le monde et c’est une oeuvre collective. Il faut être capable d’imaginer (Virgile fait ça très bien), de dessiner (ça c’est pour Jérémy), de s’exprimer et de demander conseil (on envoie Justine et Alexandra), d’être responsable (on peut toujours compter sur Ludivine et Maïline), d’être actif et sportif pour bêcher un terrain en friche (là, nous avons une super équipe : Loic, Kevin, Morgane, Jordan et les autres), de participer dans la bonne humeur (comme Séverine, Angélique et Madison), de tenir un album photos pour voir le chemin parcouru (Constantine devrait y arriver), d’être créatif (Killian quand il veut) et même de rêver (Fabien est imbattable).


Sortir une motte à quatre c’est plus facile !

Et ça plaît aussi aux professeurs. Autour du jardin on peut faire des sciences naturelles, de la géographie, de l’art, de la littérature, du français, du latin, découvrir le monde professionnel, se cultiver, etc….

Et si on demande à Mme Corvellec, elle ajoutera qu’en cultivant son jardin on apprend à se projeter dans le temps, à planifier, à attendre (le calme et la patience ne font pas partie des qualités de notre classe), à faire des efforts aujourd’hui pour récolter demain et, comme un jardin c’est collectif, on apprend aussi à respecter les autres et à partager.


La classe de 5ème6, collège Anita Conti, Lorient

Le bonheur est dans le potager

Vendredi, avril 18th, 2008

Si vous pensez que le jardinage est réservé aux gens qui possèdent un jardin, vous ne connaissez pas les jardins familiaux.

 

Visite en agriculture urbaine

Vous pouvez habiter une tour de Lorient ou de Rennes  et cultiver un jardin potager. A Lorient, à deux pas des tours de Kervénanec et avec vue imprenable sur le quartier, des jardiniers passionnés ou amateurs se partagent 120 jardins. Chacun cultive comme il veut mais les pratiques naturelles sont de plus en plus privilégiées. C’est une façon de consommer meilleur et moins cher.

Comment rendre la ville plus belle et plus durable

L’aménagement des grandes villes ne laisse pas beaucoup de place aux jardins. Pourtant ce sont des lieux de détente, de partage et d’apprentissage de la nature. Les citadins peuvent y retrouver le goût de travailler la terre et de récolter au rythme des saisons. Ils peuvent même s’offrir le plaisir de planter des arbres fruitiers. Nous aussi, dans notre jardin expérimental, nous allons planter des cerisiers et des pommiers. Nous aurons quitté le collège avant qu’ils ne donnent des fruits mais ça nous fait plaisir de les planter aussi pour les autres.

Le bonheur est dans le potager, cours-y vite, cours-y vite, il va filer……………


Petite leçon de jardinage par M. Le Cante, président des jardins familiaux

La classe de 5ème 6, collège Anita Conti Lorient

La dame de la mer

Vendredi, avril 18th, 2008

« Il faut cesser de piller l’océan »
« Nous devons penser aux générations futures »

Ces phrases pourraient être prononcées aujourd’hui pour alerter et promouvoir le développement durable. Et pourtant elles ont été écrites au mileu du siècle dernier par une femme au parcours exceptionnel : ANITA CONTI.

Anita Conti est née en 1899 et elle a traversé tout le XXème siècle. Ecivain, photographe, océanographe, Anita Conti a été une aventurière passionnée et libre. Née dans une famille fortunée, c’est dans le mileu rude et fermé de la mer et des marins qu’elle s’imposera. Elle ne cessera toute sa vie de parcourir les océans à bord de chalutiers, du Spizberg à l’Afrique, en passant par les dragueurs de mine en mer du Nord pendant la guerre. Et toujours avec un courage et un sens de l’adaptation qui la faisait accepter aussi bien des morutiers de la grande pêche que des chefs de tribus africaines.

Anita Conti et Lorient

C’est la ville de Lorient qui a la chance et la charge de tirer et d’archiver les 50000 photos de cette passionnée de l’océan. Des photos qui témoignent ou qui émeuvent : portraits de moussaillons (de notre âge !), de pêcheurs de requins ou photos de mer en furie.

Pour voir ses photographies, l’association Cap sur Anita Conti organise une exposition, RACLEURS D’OCEANS, du 2 avril au 2 mai, à Lorient, à l’Hôtel Gabriel dans l’Enclos de la Marine.

La classe de 5ème 6 collège Anita Conti Lorient

Le développement durable en affiches

Vendredi, avril 18th, 2008

Nous avons proposé aux élèves du collège de faire un concours d’affiches sur le développement durable. Ils les ont réalisées en arts plastiques, avec Claire Lucas.

Voilà les 3 que nous avons choisies :

 

La classe de 5e6 collège Anita Conti Lorient

Histoire de pomme de terre

Vendredi, avril 18th, 2008

Un trésor inca dans notre jardin potager expérimental !

Morgane et Fabien à l’oeuvre dans le jardin d’Anita

Pour la toute première plantation dans notre potager au collège nous avons choisi, à l’unanimité la pomme de terre. Banal, penseront certains. Pas vraiment !
Savez-vous par exemple qu’il en existe plus de 7000 variétés dont certaines sauvages.
Pour notre jardin, deux ou trois variétés nous suffiront pour cette année!
Et puis 2008 est l’année internationale de la pomme de terre.

Cultivée partout dans le monde

Nous avons appris beaucoup de choses sur la pomme de terre. Par exemple qu’elle était déjà cultivée il y a 8000 ans dans le Andes et qu’elle est cultivée aujoud’hui partout dans le monde. Aussi bien en Chine qu’en Inde ou en Russie.
Elle est arrivée en Europe grâce aux Espagnols au XVIème siècle, elle a rapidement gagné le reste du globe.

Un aliment pour le XXIème siècle

Au cours des vingt prochaines années, la population mondiale devrait croître de plus de 100 millions d’habitants par an. Le défi du XXIème siècle sera de garantir la sécurité alimentaire des générations présentes et futures. La pomme de terre produit davantage de nourriture nutritive sur moins de terre et dans des climats plus rudes que toute autre grande culture.

La pomme de terre, bonne pour la santé

Les pommes de terre sont riches en glucides, ce qui en fait une bonne source d’énergie. Elles ont la plus haute teneur en protéines de toute la famille des racines et tubercules. Elles sont également très riches en vitamine C. C’est une bonne source de vitamines B9, B5 et B2.


2008 , année internationale de la pomme de terre

La pomme de terre méritait bien d’être choisie par l’ONU pour être à l’honneur pendant toute l’année. Cela amènera a prendre conscience de l’importance des produits de base dans l’alimentation mondiale .


La pomme de terre, symbole de la biodiversité à préserver.

L’agriculture a besoin du potentiel que représentent les variétés anciennes. Mais le constat est alarmant. Des pommes de terre cultivées pendant des millénaires ont déjà disparu et les espèces sauvages sont menacées par les changements climatiques. Heureusement, les agriculteurs péruviens prennent désormais des mesures pour conserver et utiliser durablement celles qui leur restent.

Et l’histore n’est pas finie, la suite reste à écrire, pour celle que les populations des Andes surnomment MAMA JATHA, mère de la croissance.

 

La classe de 5e6, collège Anita Conti

Un jardin bio au collège Anita Conti de Lorient

Vendredi, avril 18th, 2008

Un jardin au collège pour éviter de rester assis, et pour pouvoir travailler dehors !


Les classes de 6e5 et 5e6 réalisent le jardin d’Anita

 

« Mais ceci n’est pas si facile que ça, car il faut bêcher toute la terre », expliquent les élèves. En creusant, ils ont trouvé des morceaux de verre, de porcelaine, des pierres. Deux mois pour tout déblayer !
« Nous devions être quatre pour porter une seule pierre ! », déclare un élève, encore impressionné.
Pour eux, le développement durable, c’est une manière de produire sans polluer.

Les 6e5 commencent déjà à faire de petits carrés de plantation.

Les aliments bio

Dans ce jardin, ils culitveront des pommes de terre et peut-être, des fraises. Un jardinier leur a offert des semences de pommes de terre sinon, ils les achètent dans un magasin de produits biologiques.

« L’année dernière, nous étions allés visiter la ferme d’un maraîcher bio, il nous avait offert quelques plants de pommes de terre. Pour pouvoir les garder, nous avons toute de suite eu l’idée de réaliser un jardin bio » raconte le professeur des 5e6, Mme Corvellec.

En attendant que les pommes de terre germent dans la classe, ils ont commencé à bêcher et creuser, derrière les bâtiments où réside le personnel du collège. Les élèves et leur professeur nous ont montré leur jardin, où ils vont planter trois sortes de pommes de terre.

Ils continueront sans doute les années suivantes. Pour apprendre à jardiner, ils sont allés visiter des jardins familiaux de Lorient et rencontrer un maraîcher.

Ceci est très bien pour la planète et pour le développement durable.
Le collège n’est pas seulement un endroit pour travailler à l’intérieur, il peut aussi permettre de jardiner, de sortir tout en s’instruisant.

Nous pensons qu’ils prennent plaisir à faire ce jardin.

 

 

 

 

 

 


Mme Corvellec et quelques élèves au travail, en train de bêcher. Derrière, se trouve le bâtiment du personnel du collège.

Prendre l’air tout en apprenant !

Margaux et Zoé, 5e4, collège Anita Conti Lorient

La naissance du jardin d’Anita

Vendredi, avril 18th, 2008

Nous avons rencontré la classe de 5ème6 avec leur professeur, madame Corvellec, au collège Anita Conti, à Lorient, le jeudi 20 mars 2008. Depuis début janvier, cette classe travaille sur un jardin biologique et réfléchit au dévelopement durable et à la protection de la planète. Nous les avons interviewés.

L’idée

 

Ils ont eu l’idée de créer ce jardin l’année dernière, après avoir visité un maraîcher biologique: «C’est mieux que de rester en classe ! » déclara Fabien.. Ils cherchaient un emplacement dans l’enceinte du collège. Finalement, ils ont trouvé un espace derrière les logements de l’administration, à l’arrière du collège. Selon eux, c’était le meilleur endroit : à l’abri des gens malveillants !!!

 


Dur, dur le bêchage pour cet élève, attention aux chaussures !

 

Le jardinage

 

Ces élèves ont reçu, de la part de jardiniers de Lorient, quelques graines et plants, le reste a été acheté dans un magasin biologique. Pendant que les semences de pommes de terre étaient en train de germer au chaud dans la classe, ils ont entrepris de bêcher la terre. Ce travail a été très difficile : « Quand nous avons bêché, il y avait une énorme pierre que l’on a dû, à quatre, déterrer. Il y avait toutes sortes de choses enfouies dans la terre. » soupire l’un d’eux.

Après ce nettoyage, ils ont creusé, avec des pelles, un trou, pour pouvoir, plus tard, planter un cerisier : les abeilles butineront ses fleurs avant la dégustation des futurs fruits !

A côté, après avoir délimité leur terrain, ils ont organisé la plantation des pommes de terre en rangées rectilignes guidées par des fils. Pour l’instant, les élèves ont planté trois sortes de pommes de terre ; il en existe 7000 dans le monde !

Les 6ème5, de leur côté, ont choisi une autre technique qui consiste à faire plusieurs petites parcelles, divisées en quatre pour recevoir différentes sortes de plantes : radis, persil, etc…

Epilogue

 

Quand les élèves auront récolté, en juin, leurs pommes de terre, ils ont l’intention d’en faire un repas (frites, pommes sautées, vapeur, purée…? ), pour les savourer ensemble.

A suivre…

 

Insa, Susana, Victor et Matthieu, 5e 4, collège Anita Conti Lorient

Bio is biotiful

Vendredi, avril 18th, 2008

Rencontre avec un professionnel de l’agriculture biologique.

L’an dernier, une visite de l’exploitation maraîchère de René Kermagoret à Kervignac nous a donné envie de faire un potager bio au collège. Nous avons préparé le terrain pendant l’hiver et nous allons commencer à semer. C’est le moment de retourner voir les plantations de René et de prendre quelques conseils. Et comme René est aussi président du Groupement des Agriculteurs Bio du Morbihan, nous voudrions lui demander son opinion sur le développement durable en agriculture.

Pour commencer, une petite visite des cultures et là nous devons être très attentifs et observateurs pour répondre aux questions de René. Il faut reconnaître les légumes, trouver à quelles familles ils appartiennent, savoir à quel moment les semer et les récolter. Et aussi voir s’ils ne sont pas trop difficiles à cultiver pour des débutants.

En agriculture bio, nous a déjà dit René, les traitements chimiques sont interdits. Mais alors comment faire pour protéger les légumes ? En premier, choisir des variétés adaptées au sol de son jardin ? Ensuite recouvrir les légumes fragiles d’un voilage, très utile pour les carottes, pour les haricots (les pigeons sont redoutables dans un champ de haricots), ou pour empêcher les lapins de manger les salades, et aussi pour avoir des légumes primeurs.


Cultures sous voile

Jardiner bio = jardiner durable ?

En quoi l’agriculture bio est-elle durable ? En agriculture conventionnelle, nous explique René, on a tendance à considérer le sol comme un support inerte, il s’agit alors de nourrir les plantes avec des engrais chimiques. En agriculture bio, le développement de la vie du sol est très important et est pensé sur le long terme. Le but de la fertilisation n’est pas seulement d’apporter de la nourriture aux plantes, mais aussi d’améliorer la fertilité du sol. Il faut essayer de penser le jardin de façon globale.


Ici, jamais de pesticides, alors on peut même goûter les légumes sans les laver.

Nous commençons à comprendre le rôle important de l’humus. Pas la peine d’engraisser les plantes, il paraît même que ça attire tous les pucerons du quartier. Un compost fait mieux, moins cher et plus durable. Sans oublier les engrais verts. Bref, fertilisez malin. Et ne pas oublier que l’avenir de la planète se joue aussi dans les jardins et est de la responsabilité de chacun.


Et, avant de repartir, René nous a offert quelques plants à repiquer dans notre jardin au collège.

Justine, Alexandra, Madison, Loïc, Fabien, Maïline, Constantine et Ludivine, 5ème 6, collège Anita Conti Lorient

Le jardin du collège Anita Conti

Vendredi, avril 18th, 2008

Cours de jardinage

 

 


Nous regardons les pommes de terre avec M. Le Cante

 

 

Avant de commencer, il est utile de prendre quelques conseils d’un jardinier, un vrai : M. Le Cante des jardins familiaux de Lorient. Il nous a expliqué comment bêcher correctement le terrain. Et en plus, il nous a apporté de belles pommes de terre violettes.

Séverine et Angélique, 5ème6, collège Anita Conti Lorient

 

Le crieur de journaux

Vendredi, avril 18th, 2008

Dessin de Jérémy, 5e6 collège Anita Conti Lorient