Collaboration avec le CipM et l’ERAC – Lecture à l’IMMS (La Friche)

Grâce au programme Averroès Junior et en partenariat avec le CipM, les élèves de l’UPE2A ont eu la chance de travailler avec la poète Jihanne El Meddeb .

FullSizeRender-2

C’était au mois de janvier, deux samedis matin, il faisait froid dehors. Et aussi dedans ! Jihanne est arrivée, généreuse et pleine d’envie : elle est allée chercher les élèves les plus en difficultés avec l’écriture, jusqu’à celui qui s’y refusait entièrement. De cette belle rencontre ont jailli des textes forts.

FullSizeRender-7FullSizeRender_1FullSizeRender_3FullSizeRender

Du temps a passé, on a laissé les textes décanter. Lorry Hardel et Pauline Parigot, bientôt rejointes par Julien Breda, tous trois étudiants comédiens à l’École Régionale d’Acteurs de Cannes et Marseille (ERAC), sont ensuite intervenus deux mercredis après-midi du mois de mars. Ils ont transmis aux élèves l’énergie, la concentration et la confiance pour se mettre en scène et donner du souffle aux mots sur le papier. Et, de « grommelot » en « jeu du samouraï », chacun a fini par trouver sa voix et incarner son texte, ou celui d’un camarade.

FullSizeRender-4 FullSizeRender-5

La présentation des textes a eu lieu à l’Institut Méditerranéen des Métiers du Spectacle (IMMS)  à la Friche la Belle de Mai le mardi 22 mars 2016.

FullSizeRender_1 FullSizeRender_2

DSC_0051DSC_0055

Merci à Jihanne, Lorry, Pauline, Julien et merci à tous les élèves de l’UPE2A pour ce beau partage littéraire et scénique.

Voici les textes des élèves, anonymés, dans l’ordre dans lequel ils ont été dits. 

Irak

Je ne sais pas comment commencer

Je ne peux pas parler

Je ne peux pas dire ce que l’Irak a laissé dans mon coeur,

Je m’ennuie de ma montagne, je m’ennuie du ciel clair.

***

Quitter le pays de mon enfance, le pays où j’ai grandi

Chercher une communauté où on peut vivre sans violence

Changer de vie complètement et oublier la dureté de vivre en Algérie

Oublier le pays qui ronge sans pitié ton cœur devenu noir

Formater la mémoire du cœur !

Demander un visa, acheter un billet

Naviguer sur la mer méditerranée, mettre le cap sur Marseille

Passer la nuit dans le bateau

Pleurer

Se poser des questions « Pourquoi ma vie n’est pas banale ? »

Arriver au port, choqué par des policiers qui sont gentils, pas comme dans mon pays

Commencer à comparer la vie que je vis maintenant avec l’ancienne

Installer le sourire automatiquement parce que je suis avec ma famille

Regarder le visage heureux de ma mère, celui que je souhaitais voir en Algérie

Voir ma petite sœur Sara devenir gentille, capable d’imaginer, de dessiner avec des couleurs joyeuses

Comprendre le sens de « la vie en rose »

Retenir que dans tous les peuples du monde il y a le bon et le mauvais

Regarder la télévision et pleurer de voir tous les pays avancer et l’Algérie revenir en arrière

Plaindre mes amis qui tombent jour après jour dans le trou noir creusé par les monstres qui ont le pouvoir en Algérie

Grandir dans un quartier fermé comme si on n’existait jamais pour eux

Exister en France même si je n’ai pas mon nom sur la liste des citoyens

***

Je suis

le bouclier de ma famille.

Je dois

résoudre des problèmes et

maintenant

c’est moi qui m’occupe de ma famille,

c’est moi qui dois parler à la place de mon père

et ma mère.

Et la force pour ça est apparue automatiquement.

Mais parfois

cette force

disparaît

complètement

et je ne peux trouver cette force nulle part.

Mais à ce moment-même je regarde mon père

et ma mère

et ce sont eux qui me donnent la force.

De temps un temps je pense que c’est un cauchemar

quand je ne peux pas exprimer tout ce que je ressens,

tout ce que je veux dire.

Parce que cette langue

ne me permet pas

de parler.

***

Tristesse de quitter mes amies et mon pays.

S’éloigner de notre amour, notre sentiment.

Se sentir triste triste triste.

M’inquiéter pour mes études.

Parler avec mes amies.

Rêver de ce que je vais vivre.

Penser à mon avenir.

Me questions : quoi faire ? Est-ce que je vais être seule ?

Changer de vie, Changer la vie.

Voyager de mon pays étoilé l’Algérie vers d’autres pays tels la France.

Se déplacer s’envoler waouuuu voler comme un oiseau ! Pourquoi ne pas le faire ?

Se retrouver à l’aéroport de Marseille.

Retrouver mon père qui a vécu seul, pourquoi tout ce temps loin de lui ? La vie avec lui est joyeuse !

Découvrir la France, le regard des gens, leurs habitudes, leur esprit développé

Trouver des amis.

Mettre une couronne de joie d’être avec mon père.

***

Être seul sur la planète.

Quitter l’Algérie, ma famille, mes amis, mon quartier.

Voyager en Italie.

Passer par la mer, sous la pluie, les éclairs, le tonnerre.

Traverser des montagnes, avoir les pieds blessés.

Marcher sur la route et avoir soif et faim.

Conduire la voiture et vouloir dormir.

Arriver en France avec l’air fatigué.

Rencontrer des amis quand tu fais du sport.

Reconnaître le bien et le mal.

Rire avec les gens malheureux.

Pleurer dans la nuit quand tu te souviens de ta famille.

Rêver des ennemis, les gens qui toujours me suivent dans mes cauchemars.

Sortir dans la nuit pour être seul.

Être attrapé par la police car je n’ai pas de papiers.

Se souvenir des moments où j’étais joyeux.

Réfléchir au passé quand j’étais en Algérie avec ma famille, mes amis.

Se souvenir de mon enfance quand j’étais petit … je croyais que tout était facile.

Penser au futur, comment je vais être ?

Se questionner soi même … Pourquoi je ne suis pas comme les autres ?

***

Voyager en Biélorussie : être heureuse,

rencontrer mes amies,

mes grand-parents que j’aime,

ambiance tranquille

maternelle

venir avec le cœur lourd,

partir avec le cœur léger,

comprendre que je dois être contente,

valeur de quoi j’ai peut-être du regret mais pourquoi?

Parce que ma vie n’est pas ici maintenant ?

Parce que je vais changer la vie? Peut-être tout ça.

Penser,

que mon cœur

est toujours

là.

***

L’amour

Vivre l’amour

Quand ça sera ?

Pourquoi pas maintenant ?

Me questionner : c’est où ça ?

Je veux bien. Je vais partir le trouver

Voyager pour trouver l’amour / vivre l’amour

Un pays avec beaucoup de sentiments

Un pays qui est plaisir de l’amour

Où puis-je trouver l’amour ?

Ce pays c’est le pays de

Joie-amour !

***

Je suis comme la lune

Personne ne peut me voir le jour

Ma mère est comme la terre

Je lui tourne autour tous les jours

 

Je suis comme la lune

Comme je parle moins, j’aime être timide

Quand le soleil se couche je me sens la liberté sans limite

J’adore rester dans mon univers sombre

Et voyager avec mes amies qui tournent autour du soleil, il y en a huit

 

Je suis comme la lune

Je ne rencontre jamais le soleil qui se lève

Tous le temps je veux que le soleil arrête de se lever, mais c’est un rêve

Quand le soleil se lève, je commence à dormir

Quand le soleil se couche, je me lève comme l’opposition

La vie continue !

***

Etre à côté de la rivière Tigre,

Et il fait très froid !

Aller en Turquie,

Mais la route est fermée

Voir la mort, la mort partout

Et les Cadavres sous mes pieds

Faire la guerre : mon peuple adore faire la guerre …

***

Déménager pendant une semaine

Quitter mon pays au beau milieu de la nuit

Voler au-dessus des étoiles, seule

Pleurer, se poser des questions

 

Aller où ? qu’est-ce que ce pays ?!

Est-ce qu’il est comme mon pays?!

Non c’est pas possible …

Découvrir des gens différents…

 

Les trouver méchants ou gentils !

Parler… comment je fais pour parler ?

Je ne parle pas leur langue ?!

Je ne sais rien de tout

 

Comment je passe mon temps ?

La tristesse dans mon cœur

Je quitte mon trésor mon père

Que je ne connais pourtant pas depuis longtemps

 

Ma famille, mes amis je vais être seule

Être seule au milieu des gens nouveaux

Les yeux fixés sur mes photos

Penser à tous mes souvenirs

 

Rêver : comment va être ma vie ?!!

Être heureuse pour la nouvelle vie ou être triste ?!

C’est la seule question dont je n’ai pas trouvé la réponse …

***

Texte lu à deux voix :

écrire-écrire quoi-voyager-voyager-pourquoi voyager-pourquoi déménager ?-pour abandonner !-pour oublier !!-ou pour me reposer !!! –est-ce que c’est pour découvrir ?-pour changer la vie-juste des vacances- ou un truc qui n’est pas clair pour le moment !!! -penser à quel pays ?-rêver du voyage ?-décider de partir-dire au revoir- larguer les amarres- démarrer la nouvelle vie-quitter-oublier l’ancienne vie- quitter le pays-changer la vie-changer mon caractère-devenir un autre-supprimer les mauvaises choses -partir-dormir à la belle étoile sur le pont du bateau !-regarder le ciel-parler aux étoiles- se poser des questions-penser au futur-se souvenir du passé-pleurer à cause du stress de l’avenir-arriver en Turquie-sortir-regarder-parler-découvrir-prendre des photos-quoi faire ?- on fait quoi ?-s’installer ?-chercher un travail- voyager encore ?-aimer cette vie ?-être perturbé !-réfléchir !-décider !-voyager !-aller et venir, va et vient, tout est possible ,impossible-est ce que tout va bien ? Est ce que c’est pur ?est ce que ça se termine? je reviens! quoi faire ? voyager vers quel but ! Voyager vers quel monde-voyager vers quelle vie !

***

Décider de quitter le pays, se déplacer.

Penser et rêver…

Etre seul …, laisser ma famille et mes amis.

Avoir peur que quelqu’un de ma famille meurt sans que je ne sois là.

Pleurer, être triste.

Rencontrer des nouveaux amis que je ne connaissais pas.

Découvrir le pays, les gens, les cultures, tout ça ! ça me fait peur, pourquoi ça me fait peur? Pourquoi, pourquoi ??

Ma vie sera changée complètement, qu’est-ce qui sera différent ? Les habits, la nourriture, les mentalités des gens, la langue, la langue !!! Pourrais-je l’apprendre? Y a-t-il des gens pour me comprendre ? Est ce qu’il y a des gens qui parlent ma langue ?!

Se réveiller, voir mon quartier une dernière fois, prendre mes valises, embrasser ma famille, mon frère, ma sœur, mes voisins, mes amis, c’était le pire des jours.

Monter dans la voiture, pleurer durant toute la route.

Arriver à l’aéroport, descendre, prendre les valises.

Monter dans l’avion, regarder mon pays par la fenêtre de l’avion, pleurer !

Arriver à Marseille, voir mon oncle, être heureux. Un peu.

Voir notre nouvelle maison, notre nouveau quartier, un nouveau pays.

Etre seul, ni amis, ni frères, ni sœurs, seulement moi et mes parents,

Marcher dans les rues comme un fou

Personne qui me connaît, personne !!

Abandonner la peur de rencontrer les gens, de parler avec eux en français !

Passer le test pour rentrer au lycée, être fier et heureux.

Aller au lycée, le voir la première fois, être apeuré, être timide, voir madame Exbrayat ma professeure de français, voir ma classe, voir les élèves, rentrer dans la classe, s’asseoir,

Jour après jour, être heureux.

Finalement, être à l’aise dans ce pays, cette classe, ce lycée,

Mais je n’oublie pas mon pays où j’ai de beaux souvenirs, où j’ai grandi, mon pays de naissance, mon quartier d’enfance.

Aujourd’hui je suis fier de d’écrire tout ça en français.

***

Aller aux Etats-Unis, beaucoup de choses j’ai vues

Mais rien de comparable avec ma rose qui est perdue !

Ne rien pouvoir dire, je n’ai pas un seul mot …

Avoir besoin de ma rose, comme Chypre de l’eau

Venir en France, n’y rien trouver

Remplacer ma rose, personne ne peut le faire …

Voir l’inévitable, ne pas pouvoir l’accepter

Être une cellule perdue dans une grand mer …

Penser que je ne pourrai pas continuer

Voir toutes les étoiles tomber du ciel.

Sentir quelque chose encore plus fort que pour ma famille

Penser que je suis fou, mais ça c’est la vie,

Voir tous les pays, tout le monde le souhaite

Ne pas vouloir entendre ma grand-mère pleurer.

Parler peu, parce que c’est perdre du temps

Vouloir être seul dans un grand champ

Voir mes deux grands-parents, que je vais questionner :

-Pourquoi, vous n’êtes pas ici, pour m’aider ?

Avoir un cœur de glace, je n’ai jamais pu…

Être dans l’enfer des émotions, en faire un tour

Écrire avec du sang noir entre quatre murs.

Changer toutes les choses, je ne vais pas le faire, c’est sûr !

***

Gorge qui brûle …

 

Voyager… l’histoire était écrite.

Abandonner… Qu’est-ce qui s’est vraiment passé.

Quitter la Syrie… C’était la première décision.

Aller au Liban… C’était la première étape.

 

Gorge qui brûle,

Yeux qui brillent

 

Rêver de la nouvelle vie est le verbe qui m’accompagne pendant ce voyage.

Espérer l’impossible c’est ce que j’ai attendu.

 

Avec la gorge qui brûle,

yeux qui brillent,

mains qui frémissent..

 

Dire « tu vas me manquer » à la vue de ma fenêtre, cette vue de chaque jour, c’était la chose la plus difficile.

Voir le chemin, et savoir que c’est la dernière fois que je vais passer par là, ce n’était pas facile à faire.

S’interroger : pourquoi on se sent comme ça?

S’interroger.. pourquoi on s’attache à une vue, à une rue.. qui ne sont pourtant rien.. mais qui sont tout quand on est loin..

 

Avec la gorge qui brûle,

yeux qui brillent,

mains qui frémissent

 

et larmes sur mes joues…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *